Un morganours pour ma cavalière

Depuis qu’elle est toute petite, pépette la chouette est fascinée par les poneys et les chevaux. C’était une vraie surprise car aucun de nous deux n’est cavalier. Et au fil des années, sa passion s’est confirmée. Depuis un an et demi, elle fait du poney et adore ça, une cavalière de choc qui monte des doubles poneys, galope, trotte comme une chef!

Lors de mon gros craquage chez mamzelle fourmi, je n’ai pas résisté au sweat gris chiné envers minkee vert pâle avec imprimé chevaux pailleté vert pâle. C’était pour elle! Lorsque je lui ai montré le coupon, elle était emballée. J’aurais bien fait une tunique un peu longue mais la demoiselle est dans une phase sans robe et sans jupe, elle voulait un sweat shirt et c’était non négociable. J’ai traîné quelques jours et j’ai lu le billet de Tasticottine sur la salopette cousue pour sa fille. J’ai bien rigolé sur le coup et j’ai fait mon mea culpa, ma princesse attendait son sweat pour maintenant.

Aime comme Morganours

Je suis donc partie sur le Morganours de Aime comme Marie, déjà testé ici. J’ai à nouveau fait du 8 ans sans marges de couture et j’ai raccourci les manches de 3 cm, elle les roule tout le temps sur le premier car elle les trouve trop longues. Comme la dernière fois, j’ai calculé la longueur des bandes de bord côte en fonction des préconisations de Marie Poisson et ça a roulé nickel. J’avais justement du bord côte vert pâle en stock.

Aime comme Morganours

Aime comme Morganours

Aime comme Morganours

Finalement le plus long, ça aura presque été de couper les pièces du patron et de régler la surjeteuse. Après le sweat se monte en une petite heure à coup de surjeteuse. Une fois les chaînettes de fil rentrés, un petit tour au lave linge et hop la jeune fille avait un nouveau sweat. Essayé, adopté!

Aime comme Morganours

Briacaddiction

Je m’étais promis d’être raisonnable pendant les soldes et j’ai fait un tour sur le site de mamzelle fourmi. La tentation était évidemment trop grande et j’ai craqué sur des coupons de jersey et notamment un joli jersey gris chiné avec des petites flèches roses pâles brillantes. Ce serait un briac pour moi et un tee-shirt pour pépette la chouette.

L’étendue du massacre :
IMG_3770

En ce moment, j’ai peu le temps de coudre. Les semaines sont chargées et je n’ai pas souvent l’énergie pour m’installer le soir à ma couture. Et vendredi, je suis rentrée plus tôt, les lutins et mon amoureux étaient occupés alors je me suis découpé un troisième briac dans mon joli coupon. Le Briac est un basique qui a tout de suite trouvé sa place dans ma garde robe. J’ai choisi cette fois-ci l’encolure ronde dégagée. J’ai forcément modifié le dos car la ligne des épaules n’est pas la même que sur la version de base.

Briac fléché

Briac fléché

FullSizeRender (2) - Copie

Comme d’habitude, ce tee-shirt se monte très vite une fois la surjeteuse réglée. Elle m’a joué des tours d’ailleurs et m’a obligée à finir ma cousette le samedi matin. J’ai ajouté une petite surpiqûre le long de la couture d’épaule, à la manière de la finition plus d’Ivanne Soufflet pour bien maintenir le surjet et la laminette en place.

Briac surpiqûre

Pour l’encolure, ce jersey n’est pas très élastique (environ 30%) et j’ai suivi les conseils de Marie Poisson. C’est donc une encolure rabattue sur l’endroit. Avec ses conseils et de la minutie, le résultat a été à la hauteur de mes espérances.

Briac encolure

L’encolure directement sur la bête
IMG_3899 - Copie

Les ourlets sont à l’aiguille double comme d’habitude.

IMG_3900

J’en profite pour vous dire tout le bien que je pense de « Coudre le stretch« . Ce livre est une vraie bible pour la couture du jersey et tout est expliqué de manière limpide. Il a complètement changé ma façon de coudre le jersey, moi qui aime beaucoup en porter et en coudre pour mes lutins. Mes encolures sont de plus en plus réussies et je prends vraiment plaisir à coudre et porter du jersey. La preuve, mon amoureux a reconnu qu’on ne voyait plus la différence entre mes cousettes et les tee-shirts du commerce, la classe non!

Evidemment, il y aura d’autres briacs et d’autres modèles de Coudre le stretch dans les mois à venir :-)

Be pretty voie lactée – Janvier de ma Garde robe capsule 2017

J’ai eu un énorme coup de coeur pour ce sergé de coton bleu nuit parsemé de pois dorés de la collection automne-hiver France Duval Stalla. Je n’ai pas hésité en recevant mon bon cadeau d’anniversaire, j’en ai pris un bon métrage pour me faire un haut. J’avais en tête une jolie blouse, un peu classe, qui se porterait aussi bien avec un jean qu’une jupe. J’avais initialement prévu d’en faire une blouse violette de dessine moi un patron mais j’ai changé d’avis. Ce serait une be pretty dont j’ai acheté le patron il y a un an sans jamais le réaliser! Ca a d’ailleurs été une évidence quand Clothilde a lancé le défi garde robe capsule 2017! Janvier serait le mois de ma Be Pretty.

IMG_3791

Malgré mon envie d’attaquer tout de suite, j’ai fait une toile, sans doublure, sans finition. Bilan de ma toile : la tunique en 38 est un peu trop ample mais la carrure épaule est bonne. J’ai donc réduit d’un centimètre l’ampleur de la tunique en partant du dessous des pinces poitrines, jusqu’à la taille. Les poignets de manche ne me plaisaient pas trop, j’ai les poignets très fins et ce genre de détail ne me va jamais. Les manches étaient forcément trop amples puisque prévues pour être resserrées par le poignet de manche boutonnée. J’ai donc enlevé 1,5 centimètre d’ampleur en traçant une ligne 8,5 cm en dessous de la couture d’emmanchure. J’ai rallongé 5 cm aux manches, j’aime que mes manches longues soient bien longues (je déteste le petit centimètre qui ne couvre pas le poignet et qui profite du vent en hiver).

J’avoue n’avoir rien compris aux instructions de montage de la parementure pour la version blouse. J’ai eu beau relire plusieurs fois, cela m’a paru très nébuleux. Alors que j’attaquais ma toile, la jolie girafe a posté sur instagram sa sublime version de la blouse Be pretty. Je lui ai demandé conseil car elle expliquait avoir eu beaucoup de mal avec la parementure. Elle m’a carrément conseillé de la doubler, ce qui avait aussi été l’option d’Alice de Mes petites coutures. J’ai donc sagement suivi leurs conseils avisés. Comme je n’avais pas prévu de tissu de doublure, j’ai farfouillé dans mon stock et déniché du coton première étoile coloris nude et de la batiste gris pâle France Duval Stalla. La doublure est donc composée de ces deux tissus (pas assez de métrage dans chacun de mes coupons) et nettement plus courte que la blouse elle-même (pour la même raison).

Après un surfilage minutieux à la surjeteuse et la corvée de rentrée les chaînettes de fil (la bagatelle d’une bonne heure et demie), j’ai attaqué le montage de ma blouse. La première partie ne pose pas de difficulté particulière si ce n’est la minutie sur les fronces (moins réussies sur la doublure d’ailleurs). J’ai bien positionné la doublure à l’intérieur avec ma centrale vapeur et je verrai à l’usage si une surpiqure est nécessaire pour qu’elle reste bien en place quand la blouse est portée.

J’ai cousu les ourlets des manches avant de les joindre au corps, c’est plus simple et nettement plus net. J’ai fatigué en arrivant à la couture des manches. J’ai eu beau bien résorber mon embu, mes épingles ont du considérer qu’elles avaient trop travaillé durant le week-end et elles sautaient les unes après les autres. Les manches étaient mal montées, une catastrophe, surtout qu’il y a un fort embu à résorber. J’ai donc tout démonté et changé d’angle d’attaque. J’ai réparti l’embu plus loin que les crans de montage et ça passait nettement mieux, c’est d’ailleurs ce que j’avais fait par distraction sur ma toile. J’ai bâti mes deux manches à la main et laissé reposer le tout plusieurs soirées d’affilée. En reprenant la couture à tête reposée, cela s’est fait sans grande difficulté et ma couture est tout à fait propre.

Il n’y avait plus qu’à coudre l’ourlet (un double rentré ce qu’il y a de plus classique) et tadam, une belle blouse. Verdict une fois cousue, je la trouve très élégante et très jolie, elle aurait peut-être mérité d’être un peu plus cintrée mais à voir à l’usage. Si je lui fais une petite soeur, je pense faire l’encolure au biais rapporté pour une couture plus rapide avec une jolie finition.

Pour ce premier projet de ma garde robe capsule, on a pris le temps de faire de jolies photos en extérieur. On a profité du soleil qui pointait le bout de son nez :-)

Be Pretty France Duval Stalla

Be Pretty France Duval Stalla

Be Pretty France Duval Stalla

L’empiècement passepoilé :
IMG_3916

L’ourlet de la doublure :
Be Pretty France DUval Stalla

Je me suis félicitée d’avoir cousu ma cousette dans les délais (finie le 25 sans tricher). J’ai prévu une autre pièce un peu technique en février, il faudra que je me repose en mars :-)

Be Pretty France Duval Stalla

Je couds ma garde-robe capsule 2017

J’ai immédiatement été séduite par le projet de garde robe capsule lancé par Clothilde du blog Clo piano sur Instagram. Le principe est simple, sélectionner 12 patrons pour 12 pièces différentes pour se coudre une garde robe sur mesure. Il s’agit donc de bien sélectionner ses patrons, les matières et de réfléchir aux différentes associations patrons, tissus et pièces entre elles évidemment. L’idée est que quand on coud, on coud beaucoup et souvent trop. Cela fait maintenant deux ans que je couds et s’il y a eu des réussites, il y a eu des flops ou des projets jamais portés (peu adaptés à ma morphologie, choix du tissu inadéquat pour la saison etc). Ce projet tombait pile dans ma réflexion sur une couture plus raisonnable et plus raisonnée. Et c’était aussi l’occasion de réaliser des patrons qui dorment gentiment dans mon stock. On les achète sur un coup de coeur et puis un autre projet s’impose et on finit par les oublier…

Haut chaîne et trame : la blouse be pretty, une évidence
C’est typiquement la patron coup de coeur que je n’ai pas pris le temps de réaliser. J’ai envie d’une belle blouse, bien classe que je puisse porter avec un jean ou une jupe. Je pense la coudre dans une merveille de France Duval Stalla (après une toile bien sûr).
2-blouse-be-pretty-atelier-scammit-sergé-France-Duval-Stalla-600x400

Manteau : le manteau Nelly de Coralie Bijasson créations
J’aime beaucoup la ligne féminine de ce patron que le Père Noël a déposé sous le sapin. J’aurais facilement pu craquer pour le précieux de la jolie girafe mais je pourrai toujours y succomber aussi 😉 J’ai en réserve depuis plus d’un an un très beau coupon de laine et cachemire bleu grisé des coupons de saint pierre et je couperai ma doublure dans un très beau chambray étoilé plein de peps de chez henry et henriette qui attend dans mon stock depuis bientôt deux ans.
patrons-patron-manteau-nelly-girly-mante-4669997-illu-nelly-v-ma-jpg-b778d_big

Haut jersey : Aime comme Moelleux de Aime comme Marie
J’adore ce patron, je l’ai déjà cousu 4 fois et je ne m’en lasse pas, c’est un basique très bien coupé. Cette version sera une version tee-shirt en jersey ajouré France Duval Stalla (qui attend son heure depuis le CSF de 2015) et en liberty mauvay, j’en trépigne déjà d’impatience.
Moelleux-femme-600x600

Chemise : Melilot de Deer and Doe
Je porte très peu de chemises mais j’aime beaucoup son style décontracté et ce sera l’occasion de me lancer un défi, ma première chemise! Pour la matière, je n’ai pas encore choisi.
patron-chemise-melilot

Jupe : Aime comme Mini ou 1001 perles ou Brume
Là, j’avoue que je suis dans l’indécision la plus totale… Cela dépendra sûrement du mois où je coudrais cette pièce et de mon stock.
Aime comme mini :
Mini-600x600
1001 perles :
1001 perles
Brume:
patron-jupe-brume

Short : Chataigne de Deer and Doe
J’ai récemment acheté le patron dans un vide atelier sur instagram. Je pense le réaliser en gabardine ou en sergé, dans un tissu qui ait de la tenue mais cela dépendra aussi de la saison où je le coudrai.
patron-short-chataigne

Robe : Rue de Sévigné de La droguerie
J’ai été littéralement conquise par ce patron et j’adore la première version que j’en ai cousu. Elle se porte aussi bien classe avec des bottes que casual avec un collant opaque et des boots. Et sa coupe correspond parfaitement à ma morphologie. Je vais donc oser couper dans un autre de mes précieux : mon modal Lili d’atelier brunette.
RobeS--vign--1-38

Veste : autre projet indécis, j’arbitrerai entre une nouvelle Aime comme Mina, un gilet Cannelle ou une veste Michelle
J’aime beaucoup ma Mina qui est une des pièces dont je suis les plus fières. Mon gilet cannelle est également très souvent porté et pourrait avoir un petit frère qui se plairait bien dans ma garde robe. Enfin, j’ai le patron de Michelle dans mon stock depuis longtemps mais je reste très indécise, j’ai peur que sa coupe n’aille pas à ma morphologie, j’essaierai une de celles cousues par ma copine Léna pour avoir une idée 😉
Aime comme Mina
Mina-600x600
Gilet cannelle de Christelle Beneytout :
visuel-_cannelle-300x300
Veste Michelle de République du chiffon
veste-michelle

Pantalon : Port trousers de Pauline Alice
J’ai tout de suite flashé sur ce patron de pantalon et ce sera l’un de mes défis (à coudre donc quand j’aurai du temps libre à revendre). Je n’ai pas de pantalon gris clair dans ma garde robe et ce sera l’occasion.
technicaldrawingport

Combinaison : Aime comme mine de rien
Sans la garde robe capsule, je n’aurai jamais osé me coudre une combinaison. Je me lance donc dans ce patron, en espérant que cela me conviendra et que cette combinaison sera portée. Ce sera sûrement une version printanière ou été (je ne peux pas la porter au travail) alors peut-être rose pâle ou vert pâle… à voir.
Mine-de-rien-600x600

Lingerie : ultimate pyjama sew over it

C’est exactement la forme que j’aime et je me prépare psychologiquement pour la séance de découpage et scotchage du PDF (grrr). Ce sera sûrement une version bien chaude en flanelle de coton, un pantalon doudou.
Ultimate-Pyjamas-New

Maillot de bain : ce sera un ensemble de lingerie Nora petit patron
Au prix des jolis tissus de maillot de bain et vu mon aisance limitée en maillot de bain ce sera un ensemble de lingerie à la place, vraisemblablement non photographié sur la bestiole. Je verrai si ce modèle qui me convient parfaitement à priori peut se transformer en maillot de bain avec le tissu adéquat.
Je n’ai pas réussi à copier l’image, il faudra donc aller voir sur le site 😉

Voici donc la liste à la Prévert des 12 pièces de ma garde robe capsule 2017. Evidemment, certaines vont changer, sûrement pour mieux s’harmoniser entre elles. J’ai alterné les pièces techniques (blouse be pretty, manteau, combinaison, chemise, pantalon) avec des pièces plus faciles ou déjà réalisées. Je vais aussi essayer de piocher au maximum dans mon stock de tissu qui grossit à vue d’oeil et fait froncer les sourcils de mon amoureux. Sur les patrons, je n’en ai que trois à acheter : le port trouser, Ultimate Pyjama et ensemble Nora. Le reste est déjà dans mon stock ou emprunté à des copines. J’ai alterné entre des marques que je connais déjà (aime comme marie, deer and doe, christelle beneytout, atelier scammit) et d’autres encore non réalisées (Pauline Alice, Sew over it, petit patron).

Bon, je vous laisse, je vais aller finir mon premier projet :-)

Briac couleur noisette

J’ai tout de suite flashé sur les tissus pluie d’or sortis par Aime comme Marie cet été et j’ai craqué sur le jersey viscose couleur noisette. J’ai précieusement rangé le coupon dans l’attente du projet parfait. Et un jour, j’ai décidé de coudre un briac avec le bas de ma robe chouchou.

J’ai réfléchi pour l’encolure, une encolure dite relevée comme celle du Briac classique me paraissait risquée, le tissu étant très mou. Une encolure rabattue sur le devant ne me plaisait pas en raison des motifs. Je me suis donc replongée dans mon « Coudre le stretch » et j’ai opté pour l’encolure rabattue sur l’envers, comme une parementure. C’est parfaitement adapté pour ce tissu, ce bouquin est décidément une vraie mine d’or!

Briac pluie d'or

J’adapte légèrement le bas du briac pour coïncider avec les repères de la jupe en question, je modifie très légèrement l’emmanchure (-0,2cm de chaque côté pour tenir dans mon coupon). Réglage impeccable de la surjeteuse et je me lance… Mais voilà, le résultat est décevant. Ce jersey viscose est trop mou et la robe donne l’impression d’avoir été étirée, la forme fait mémère… Grosse déception. Je retenterai mon idée (non, ne je suis pas têtue) mais dans un jersey de coton avec plus de tenue.

Briac pluie d'or

Briac pluie d'or

Je l’ai finalement recoupée en tee-shirt avec des ourlets classiques à l’aiguille double et c’est parfait. Du coup, il me reste un beau coupon de jersey à utiliser…

Pimp ta basic 3 avec du Liberty

J’adore le patron de la basic three de la jolie girafe. Je l’ai réalisé deux fois en version robe trapèze en jersey bleu et noir. Je savais évidemment que je n’allais pas m’arrêter là! Avec l’arrivée du froid, j’ai envie de tenues faciles à porter au travail et à la maison. Une nouvelle basic 3 s’est donc imposée. Il y avait dans mon stock un très beau jersey modal violet, encore un trésor de mamzelle fourmi. Seulement, j’avais très peur de l’encolure avec ce jersey très mou et fluide et j’ai décidé de faire mon encolure avec un biais liberty à cheval, dans une merveille que ma collègue m’a ramené de la boutique londonienne s’il vous plaît!

Basic 3

J’ai donc modifié l’encolure en ajoutant un centimètre partout puisqu’il n’y aurait pas de biais d’encolure en jersey. J’ai rallongé un peu mes manches par rapport à mes premières versions et comme pour la seconde, j’ai rallongé le buste de 5 cm, marges de couture incluses pour que la ligne de raccord entre le buste et la jupe soit bien en dessous de la poitrine.

Basic 3

Basic 3

La réalisation de la robe est assez simple, surtout avec une surjeteuse. Il faut juste être bien minutieuse pour le pli creux surtout avec ce jersey fuyant. La pose du biais d’encolure nécessite aussi de la précision mais finalement, le biais liberty se travaille très bien et avec un peu de patience, le fer à repasser et des épingles, ça se fait sans accroc. J’essaie la robe avant la couture des ourlets et clairement, ce choix de tissu n’est pas adapté. Ce jersey trop mou tombe et la robe souligne un peu trop mes cuisses version mémère. J’ai finalement choisi de couper ma basic three en version tunique et là, c’est au top. Les ourlets sont classiquement réalisés à l’aiguille double et au fil mousse.

Basic 3

Alors , j’ai retenu la leçon. Le jersey de viscose et le jersey de modal sont très agréables à porter mais ne me conviennent que pour des hauts. Le côté très mou du tissu donne un tombant qui ne convient pas du tout pour des robes avec ma morphologie. Enfin, je ne regrette pas franchement car si mon placard est rempli de robes, je manque de hauts et c’était normalement ma mission couture des prochains mois. Ce mauvais choix de tissu m’a permis d’avoir une nouvelle tunique dans ma garde robe et j’adore le peps apporté par son encolure en liberty :-)

IMG_7161

Petits accessoires en petit pan

J’adore les enduits petit pan. Ils ont une tenue parfaite, des motifs originaux et des couleurs lumineuses. Je n’en achète pas très souvent car je les utilise toujours très vite :-) Encore une fois, ça n’a pas raté. Profitant d’une commande commune chez Mamzelle fourmi, je me suis achetée un coupon de coquelicot bleu enduit et il n’a pas traîné longtemps.

Depuis un moment, je suis agacée de voir les snoods, bonnets et gants de mes enfants traîner partout dans l’entrée. On ne retrouve plus rien et notamment les matins où on est en retard (genre tous les matins en fait). Et je me disais souvent que j’allais coudre un grand panier en toile enduite et natté de coton, selon le tuto d’Ernest est céleste pour ranger tout ça. Evidemment, c’est le genre de cousette que je repousse car je sus plus motivée par les vêtements que par les accessoires.

Seulement, pépette la chouette avait besoin d’une trousse à bons points, la boîte qu’elle avait choisie déborde dans son cartable. Aussi, dimanche, je me suis bougée et j’ai sorti ma toile enduite pour une petite pochette en toile enduite selon le patron maison de Zazacam. J’ai choisi une doublure en toile enduite plus fine achetée chez Mamzelle fourmi en me disant que je lui trouverai toujours une utilité. Et une pression kam de mon stock pour finir le tout. Tant que j’y étais, je m’en suis cousue une aussi, histoire de ranger mes clefs au bureau et d’arrêter de les chercher partout douze fois par jour…

img_3707

fullsizerender

Ensuite, j’ai cousu mon panier. Je voulais un grand panier donc j’ai agrandi le gabarit en respectant les proportions (vive la règle de trois). J’ai utilisé les chutes de mon natté de coton cousette (une très grande laize qui me dure depuis un an) gris clair et mon enduit petit pan. Bon, juste pour le fun, j’ai cousu envers contre envers les deux paniers et j’ai donc du recommencer. Enfin, une jolie surpiqûre pour fermer le tout et une heure après le panier était installé dans l’entrée.

img_3710

img_3710

img_3709

En deux heures, j’ai donc fait un sort à mon coupon d’enduit :-) Maintenant, pépette la chouette a une jolie pochette à bons points et les accessoires d’hiver sont bien rangés dans l’entrée mais jusqu’à quand ? 😉

img_3713

Des petites bouillottes sèches pour réchauffer l’hiver

Depuis deux ans que je couds, je multiplie les cadeaux de Noël faits maison. J’avoue en avoir un peu assez de courir les magasins et dépenser beaucoup au final pour des cadeaux qui ne font pas forcément plaisir. Alors je fais moi-même, ça prend du temps, je réfléchis au modèle, au tissu et je me lance. La première année, j’avais cousu des trousses doublées et zippées et j’y avais passé de nombreuses soirées et laissé de nombreux cheveux. L’an dernier, j’avais cousu des paniers en natté de coton et toile enduite petit pan ainsi que des snoods doudou-liberty.

Cette année, je voulais initialement tisser des petits bijoux en perles. Seulement, j’ai sous-estimé ma charge de travail à cette époque de l’année et bien qu’ayant commencé les cadeaux faits maison le 01er décembre, j’ai manqué de temps. Comme je n’ai pas perlé depuis cet été, je savais qu’il me faudrait du temps pour le faire bien et j’ai préféré repartir sur la couture, une valeur sûre.

J’ai fini par me décider pour des bouillottes sèches selon le tuto de Lucette et Suzette. N’ayant pas d’orge perlé sous la main, je les ai faites avec du riz, et bon, je l’avoue je n’en avais pas acheté assez, j’ai donc fini les réserves de riz de la maison 😉 J’ai utilisé les chutes de la turbulette d’été, un joli tissu étoilé et 100 % coton. La couture des coussins remplie de riz est très simple, seule petite diffculté, fermer l’ouverture avec laquelle on a inséré le riz. Il faut arriver à trouver le bon positionnement du coussin pour éviter que le poids du riz ne déforme la couture ou que le riz s’échappe pendant la couture (c’est du vécu). J’avais pensé à des points invisibles à la main pour une finition plus élégante. Seulement, la couture machine est plus résistante et donc plus adaptée au poids du riz.7

Coussins remplis de riz

J’avais pensé initialement tailler les housses des bouillottes dans du liberty. J’ai changé d’avis au dernier moment et utilisé du matelassé bleu France Duval Stalla (les chutes de mon dernier confortable), du matelassé Camillette Création (les chutes de mon gilet cannelle) et du molleton doublé doudou (les chutes d’une tunique de Pépette la chouette). Je suis très contente de ce changement, cela donne des petites housses toutes moelleuses qui ne laisseront passer la chaleur en douceur. Des pressions Kam assorties et le tour est joué !

bouillotte sèche camillette création

Bouillotte sèche

bouillotte sèche France duval Stalla

Et hop, dans sa housse !

Bouillote sèche france duval Stalla

Après réflexion, j’ai décidé de décorer les bouillottes en matelassé France Duval Stalla avec des petits thermocollants de la fabrique d’Ava et Madame Mademoiselle, je les trouvais un peu ternes toutes unies.

 Bouillotte ananas

Bouillotte étoilée

Bouillotte plumes

Série des bouillottes

Avec ce projet, j’ai fini mes cadeaux maison le 22 décembre (un record)!

img_3560

Le tuto est vraiment bien fait car il propose une étiquette à imprimer. Mon amoureux a modifié légèrement les étiquettes avec photoshop puisque mes bouillottes sont au riz et non à l’orge (là, ça dépassait clairement mes compétences).

img_3563

Et en guest stars, les bavoirs commandés par ma belle-soeur pour ma nièce, mon patron le plus rentabilisé je crois :-) Bon il y en a 6, mais 3 modèles différents.

bavoirs

Bavoirs

Et maintenant, il n’y a plus qu’à glisser tous ces cadeaux sous le sapin !

Tous en pyjama !

Après le succès du pyjama vroum, très souvent porté par mon lutin, j’ai eu envie de coudre d’autres pyjamas pour enfant. C’est du boulot certes mais ça permet de choisir des chouettes tissus et ce sont des coutures utiles, vite rentabilisées. J’ai proposé à ma mère pour Noël de faire un cadeau à mains pour mes deux loustics et leur cousin (leur cousine est trop petite, je ne tente pas le pyjama de bébé). Elle offrait les tissus et je réalisais les pyjamas. Marché conclu, j’ai tout de suite pensé à la panda love fabrics. Ils ont des jerseys et molletons hyper jolis et originaux.

Pépette la chouette a choisi un jersey plein de peps, blanc avec des nuages de toutes les couleurs.

la pluie la panda love fabrics

Ma mère a choisi un jersey marin pour mon neveu qui a une passion pour les baleines.

Jersey marin La panda love fabrics

J’avais choisi un premier jersey pour mon lutin mais le temps que je passe commande, il n’y en avait plus. Je me suis rabattue sur un molleton vert pâle avec des renards, une merveille à porter à mon avis.

Molleton renards la panda lova fabrics

Côté patron, sans hésitation, je me suis tournée vers ottobre. J’ai repris le modèle smart guitars pour le tee- shirt et le modèle de jogging three pieces pour le bas, dont j’ai juste supprimé la poche ventrale. Le montage est assez simple, seule difficulté comme d’habitude, la gestion du bord côte à l’encolure, aux bracelets de manche et aux bracelets de cheville. Je progresse mais ça n’est jamais totalement parfait.

Le haut :
Smart guitars

Le bas :
Three pieces

Le montage de la ceinture du pantalon n’est pas évident à maîtriser. Il faut créer une coulisse avec un repli marqué au fer à repasser, épingler l’élastique aux quatre quarts du tour de taille et ensuite créer la coulisse en cousant son rebord ainsi que l’élastique tiré à fond. J’ai enchaîné les trois d’affilée et j’avais super mal à la main à force de tirer sur l’élastique. Cette technique nécessite de prendre le coup de main mais assure de bien répartir l’élastique, les fronces et d’empêcher l’élastique de vriller à l’intérieur de la coulisse, bref, le top !

pyjama la panda love fabrics

8

Un petit thermocollant Madame Mademoiselle pour distinguer le devant du derrière :

5

fullsizerender-3

Les ourlets des tee shirts sont cousus comme d’habitude à l’aiguille double et avec du fil mousse dans la canette. Le surplus de couture intérieur est ensuite coupé au ciseau à ras de la couture.

pyjama la panda love fabrics

J’ai pas mal traîné sur cette couture. Les journées étaient très chargées au boulot et j’avais peur de faire des bêtises irréparables à la surjeteuse. Au final, j’aime beaucoup ces trois pyjamas qui ont du peps. Ils sont tous doux et avec des imprimés plus originaux que dans le commerce. Les trois cousins les ont trouvé sous le sapin de Noël et mes lutins les ont aussitôt adoptés :-)

Pyjama la Panda Love fabrics

Promenade en rue de Sévigné

Rue de Sévigné, c’est un très joli modèle de robe fluide de La Droguerie. Cela fait maintenant deux ans que je me suis lancée dans l’aventure de la couture et je n’avais, jusqu’à hier, jamais cousu de modèle de La Droguerie. Et oui, pour moi, La Droguerie, c’était l’antre des tricoteuses, ma mère a des doigts de fée et j’y suis souvent allée enfant.

Justement, pour mon anniversaire, ma mère m’a emmenée à la droguerie, choisir deux patrons et tout le matos pour les réaliser. Evidemment, je n’ai pas pu m’empêcher de craquer sur ce patron de robe (c’est pas comme si mon armoire était remplie de robes hein). Le côté loose et décontracté de ce modèle avec les petits revers de manche ainsi que la possibilité de la porter ceinturée ou non m’a tout de suite tapé dans l’oeil. J’avais initialement choisi du coton mais la vendeuse m’a conseillé de rester sur de la viscose pour garder ce côté loose et que ma robe ait un joli tombé. J’ai finalement craqué pour le tissu dans lequel le patron d’expo était réalisé, une merveilleuse viscose bleu marine à feuillage brun, réveillée par des petits points bleus ciels.

viscose la droguerie

Je n’ai pas attaqué tout de suite la réalisation, ayant d’autres en cours mais j’ai voulu coudre cette robe avant d’attaquer les cadeaux de Noël maison (maintenant je ne peux plus reculer). J’ai décalqué la robe en 38, pour ma taille habituelle. Le patron est marges de couture incluses ce qui est assez pratique. Je n’ai pas voulu tenter les coutures anglaises pour une première réalisation mais je ne suis pas sûre que ce soit très compatible avec les découpes du devant pour garder ce joli tombé fluide. Je n’ai pas suivi le plan de coupe du patron qui propose une coupe tissu à plat pour deux raisons. D’abord ma table n’est pas assez grande pour qu’un coupon de 2 m sur 145 de laize tienne à plat. Le tissu aurait pendouillé par endroit et c’est le meilleur moyen de ne pas avoir une coupe droite. En plus, les pièces étant décalquées en demi-pièces, il aurait fallu épingler chaque pièce en dessinant son empreinte puis la repositionner en miroir pour découper l’autre moitié. Bref, cela aurait été très compliqué pour un résultat risqué. J’ai préféré plier en portefeuille mon coupon pour découper les pièces au pli, sauf pour les manches qui se découpent à plat en miroir. J’ai empesé ma viscose avec du fabulon en spray, elle a moins bougé et m’a permis une coupe plus rapide et plus nette.

Après la découpe, j’ai cousu immédiatement les pinces du dos et attaqué la soirée surfilage… J’ai eu beau suivre à la lettre les conseils de Marie-Emilienne dans son cours d’Artesane sur la surjeteuse pour équilibrer mon surjet, il n’est pas au top. Il faut dire que les aiguilles fines que j’ai achetées pour la surjeteuse semblent avoir un défaut et sortent de leur logement. J’ai donc du remettre celle pour le molleton, un peu fatiguée et épaisse pour ce tissu fin. Bon, mon surjet fait le job, mais ce n’est pas du travail nickel.

J’ai été désarçonnée par le livret de montage de la droguerie. Les explications sont très succinctes et je ne le recommande pas aux débutantes. La robe est d’un niveau 3/4 mais j’ai surtout été gênée par les schémas. J’ai l’habitude des notices de montage qui montrent comment disposer les pièces avant couture (Aime comme Marie, Christelle coud) et là, c’est l’inverse. Surtout que toutes les étapes ne font pas l’objet d’un schéma. J’ai principalement été gênée pour la couture des côtés du devant, et d’un coup, j’ai compris qu’il fallait inverser la logique. En cherchant à reconstruire le devant une fois monté, j’ai compris comment faire et ça a été tout seul.

Cette viscose est très agréable à porter car très fluide. Du coup, elle a tendance à glisser et à ne vouloir en faire qu’à sa tête sous le pied de biche. Heureusement que Germaine a le système double entraînement car sinon, cela aurait été l’enfer et j’aurais dû tout bâtir.

Cette robe se porte aussi bien ceinturée :
Robe rue de sévigné

Que non :
Robe rue de Sévigné

Robe rue de Sévigné

L’ourlet a été un peu compliqué et il n’est pas parfait. J’ai découpé à nouveau proprement le bas de la robe pour garder la forme initiale et fait un double ourlet de deux fois deux cm, un tout petit peu plus court que celui de la notice. J’ai passé une soirée entière à marquer mon ourlet à la craie, le plier, repasser pour finalement le piquer.

Robe Rue de Sévigné

Le petit revers des manches :

Robe Rue de Sévigné

Un petit tour au lave-linge, un séchage sur cintre et ma robe était prête à porter le lendemain matin. Je suis ravie de ce modèle qui est un bonheur à porter et se marie très bien avec ma garde robe actuelle. Je peux maintenant crâner dans ma robe Rue de Sévigné :-)