La parfaite petite robe d’été – juin de ma garde robe capsule

Au moins de juin, j’avais prévu de coudre un short. Seulement, je me suis lancée dans un projet imprévu, en craquant pour un coupon de double gaze. Bien plus compliqué que je ne l’avais prévu, ce projet est devenu celui de ma garde robe capsule. J’ai donc cousu une robe (c’est pas comme si j’en avais plein mon armoire)…

Je venais juste de finir ma blouse la brune qui est un régal à porter. Avec cette double gaze aérienne, une version robe s’imposait. Je ne voulais cependant pas juste allonger la robe car avec mes hanches, ça peut vite faire sac à patates. J’ai donc repris le bas du pattern hacking que m’avait donné ma belle-soeur, déjà cousu deux fois ici et ici.

Alors découper de la double gaze, c’est pas de la tarte. Ca bouge énormément et respecter le droit fil n’est pas une mince affaire. J’ai modifié les volants de la brune que j’ai raccourci de 4 cm et allégé de 2 cm sur les côté. Cette ampleur là me convient beaucoup mieux. J’ai ensuite adapté le bas de la blouse pour qu’il corresponde au buste de la robe d’été et c’était parti. Craignant le côté traître de la double gaze, j’ai rallongé les jupes et j’ai bien fait. A tête reposée, j’ai réalisé que je n’avais pas coupé très droit… Heureusement, j’ai pu corriger mon erreur.

Le montage du buste a été assez rapide comme je venais de réaliser le patron. J’ai choisi de faire un ourlet roulotté pour les volants et les emmanchures. Je trouve que c’est parfait avec ce tissu fin et un peu récalcitrant.

IMG_5737

J’ai ensuite attaqué les jupes avec la pose du passepoil le long des poches. J’ai repris mon joli passepoil fleuri la droguerie que j’adore. J’ai renforcé les bords des poches à l’italienne avec du formband vu la fragilité du tissu. J’ai ajouté une surpiqûre ton sur son le long de cette bordure que que la couture ne se déforme pas.IMG_5764

Ensuite, j’ai cousu les fronces et ajouté les jupes aux bustes. La couture était délicate car le montage de la brune impose de coudre les deux bustes pour y coincer les volants. Du coup, il a fallu manipuler toute la robe à chaque fois. Et là, ça a été le drame! J’ai commencé par coudre une jupe envers contre endroit. Je ne sais pas comment je me suis débrouillée mais mes deux bustes n’avaient pas la même longueur, celui du devant était nettement plus long. J’ai donc du découdre ma couture anglaise (joie, bonheur) et recouper ce buste en prenant bien en compte les marges de couture. J’avais des sueurs froides à chaque fois que j’ai sorti mon découd vite vu la fragilité du tissu mais il n’y a pas eu de drame (ouf). J’ai cousu tous les assemblages en coutures anglaises pour de jolies finitions.

Enfin, j’ai réalisé l’ourlet de l’encolure au biais rapporté (une merveille dénichée chez une petite mercerie du coin). J’ai aussi fait ce choix pour les jupes. Je craignais un beau roulotté pas droit du tout. Le biais rapporté permet d’être plus vigilant là dessus et surtout de pouvoir rattraper une erreur, vite définitive quand on utilise la surjeteuse. Pour vérifier que je suivais, j’ai cousu mon biais dans le mauvais sens! A nouveau, sueur froide quand j’ai décousu. Je repositionne le tout et au moment de piquer… Je réalise que j’ai épinglé le biais exactement de la même façon :-( Après un petit café, j’ai enfin positionné correctement mon biais et je l’ai cousu dans la foulée!

IMG_5818

IMG_5830

IMG_5832

Ce projet que j’imaginais rapide a traîné sur plus d’une semaine au vu de tous mes couacs. Il est donc devenu mon projet pour la garde robe capsule (le short sera bien en juillet aussi hein). Malgré toutes les péripéties, j’adore cette robe. Son ampleur est très agréable et avec la chaleur, c’est juste magique ! C’est la première fois que je mixe deux patrons pour moi et j’y ai pris beaucoup de plaisir.

IMG_5819

IMG_5820

Vive les poches!
IMG_5821

IMG_5840

IMG_5839

IMG_5827

Maintenant, il faut attaquer les coutures de find d’année des maîtresses et ATSEM en mode couture de l’extrême!

IMG_5824

Ma brune compte pas pour des prunes

Cela faisait de nombreux mois que j’avais envie de me coudre La Brune de Delphine et Morissette mais entre le temps, les envies et le stock de tissus, je ne trouvais pas le bon compromis. Avec ces grosses chaleurs, l’envie d’un top d’été, léger et élégant m’a fait sauter le pas. J’ai d’abord sorti un coupon de voile de coton Henry et Henriette mais sa laize en 110 cm ne permettait pas de coudre le projet. Je me suis rabattue sur un coupon de plumetis France Duval Stalla, acheté il y a deux ans. Je n’avais pris qu’un mètre ce qui limitait mes possibilités.

J’ai découpé et scotché le PDF en 38 (bon point, il est marges incluses) et découpé mon joli tissu.

La brune

J’ai voulu faire un double ourlet aux volants (que je n’avais pas découpé en entier au début, erreur quand tu nous tiens) mais je l’ai piqué trop près… Après lavage de la blouse, l’ourlet a lâché par endroit et j’ai du surfiler à nouveau et repiquer mon ourlet (ça a juste retardé le port de ma blouse d’une demie-heure). J’ai réduit les volants d’un centimètre en largeur. Je les réduirai plus significativement sur une prochaine version, je les voyais moins larges.

blouse la brune

Pour le reste, la blouse est assez simple. Le montage des pinces est astucieux mais demande de la minutie. Je n’ai d’ailleurs par surfilé ces coutures à la surjeteuse mais avec un simple zig zag, la finesse du tissu m’a rendue prudente. J’ai aussi réalisé des coutures anglaises sur les côtés, sans rajouter de marge supplémentaire et c’est parfait comme ça.

En revanche, la technique des fronces au fil élastique a été une catastrophe. ma machine n’a pas aimé du tout. Le tissu s’est coincé dans les griffes de la plaque à aiguilles et résultat, un beau trou dans ce tissu tout fin. a n’a pas été si catastrophique car j’avais mal lu les instructions et n’avait coupé qu’un demi-volant. J’ai recoupé deux volants en entiers mais pour le coup, j’ai réalisé mes fronces avec deux rangées de fil et c’était très bien comme ça.

Ensuite, le plus long a été comme toujours les finitions. J’ai réalisé l’encolure et les emmanchures au biais rapporté. C’est toujours un peu plus compliqué sur les emmanchures mais cela offre une jolie finition et un vêtement aussi propre sur l’envers que sur l’endroit.

La brune

Au final, cette couture s’est révélée plus longue que je ne l’aurais pensé mais j’y ai pris beaucoup de plaisir. Malgré mes petites erreurs, j’aime beaucoup cette blouse.

La brune

La brune

La brune

La brune

La légèreté du plumetis est juste magique avec la chaleur. Il faudra juste que je m’habitue aux volants. Il y aura bientôt une seconde version mais avec des volants réduits en ampleur et en largeur… Affaire à suivre 😉

Les petites cousettes de la Pentecôte

Cette année, on a été gâté en longs week-ends en mai et juin. On en a pas mal profité pour partir mais à la Pentecôte, on a décidé de passer le week-end à la cool à la maison. Et qui dit week-end prolongé à la cool, dit couture. C’était l’occasion rêvée pour rattraper mon retard dans les cadeaux couture.

Tout d’abord, j’ai attaqué la housse des coussins de mon salon. Cela faisait longtemps que les vieilles housses de chez *kéa m’exaspéraient avec leurs tâches qui ne partaient pas. J’ai donc attaqué ces housses dans un beau coton art gallery fabric acheté chez un chat sur un fil avec un bon cadeau d’anniversaire. Je l’avais initialement choisi pour un top, mais je ne me voyais pas assumer le motif. En revanche, je les voyais bien pour égayer mon intérieur. Avec un passepoil moutarde, les chutes de mes tote bags lin et coton et le tutoriel des housses portefeuilles, c’était la combinaison gagnante. Je les ai réalisés assez vite et le résultat me plaît, il faut juste éloigner les petits doigts au chocolat 😉

IMG_5658

IMG_5592 - Copie

IMG_5590 - Copie

J’ai sauvé un beau morceau de ce tissu mais il y avait une belle chute de 10 cm de large, parfait pour des lingettes démaquillantes, selon le tutoriel d’Hélène et les jolis mômes. J’en ai cousu sept, pour le cadeau d’anniversaire de ma mère. Sur ma lancée, j’en ai cousu 10 dans un petit coupon petit pan, offert lors d’une commande mamzelle fourmi, idéales pour les bouilles pleines de glaces et de fruits avec les beaux jours.

IMG_5593 - Copie

IMG_5598

IMG_5599 (1)

J’ai ensuite attaqué la couture de la turbulette d’été de ma nièce, presque même pas en retard pour son anniversaire (Sérieux, un mois de retard, ça ne compte pas non?). Ses parents m’ayant laissé carte libre pour les tissus et les couleurs, j’ai utilisé un coton blanc et corail à motif écailles et du première étoile taupe, uni et étoilé. En découpant, je me suis aperçue que mon coupon en taupe uni imposait de couper en deux pièces une pièce unique. J’ai donc décoré cette découpe supplémentaire avec une broderie machine étoilée, en fil corail, assortie au coton à motif.

FullSizeRender (15)

En dehors de la couture de finition de la fermeture éclair, cette cousette a été très rapide et plutôt simple. J’ai utilisé le modèle de « Ma petite couture » de la barakossa, déjà réalisé il y a deux ans. Des pressions kam, deux rangées pour s’adapter à la taille de la bestiole et c’était fini. J’espère juste que mon choix de couleurs leur plaira.

FullSizeRender (3) - Copie

FullSizeRender (4)

FullSizeRender (6)

FullSizeRender (13)

Lancée sur ma foulée, je n’allais pas m’arrêter. J’ai continué avec le sac à main de Pépette la chouette. Découpé il y a plusieurs semaines sur un autre modèle de ‘Ma petite couture », il devait être cousu par la jeune fille en personne mais comment dire? Elle a préféré me confier la réalisation 😉 Là aussi, c’était dans les chutes, du jean donné il y a longtemps par ma belle-soeur quand j’ai commencé la couture et du première étoile coloris guimauve. Un ruban doré pour faire la anse (pas assez de tissus pour cette bande) et c’était parti. Je n’ai fait qu’une modification, laisser une ouverture dans la couture de la doublure pour retourner. Je trouve que cela fait une finition plus nette qu’en la laissant dans l’assemblage entre le corps du sac et le rabas. Une pression kam et une heure de couture plus tard et le sac était fièrement porté par la jeune fille.

FullSizeRender (1) - Copie

FullSizeRender (2)
FullSizeRender - Copie

Et enfin, il me restait à coudre un petit pochon pour ma mère. Il me reste de la viscose de son Moelleux et je lui avais proposé des lingettes démaquillantes. Elle a préféré un pochon. J’ai suivi le tutoriel de Mes petites coutures, comme toujours clair et très bien expliqué. Une heure plus tard, le pochon était cousu, le plus dur étant de dompter la viscose…

IMG_5637

FullSizeRender (9)

FullSizeRender (11)

FullSizeRender (10)

FullSizeRender (12)

Et voilà, en un long week-end j’ai rattrapé pas mal de coutures en retard, fini des encours, je vais pouvoir attaquer d’autres projets, notamment celui de ma garde robe capsule du mois… et des cadeaux de fin d’année scolaire!

Milan fleurie

La blouse milan m’a fait de l’oeil dès sa sortie mais voilà, ma liste de projets était déjà bien longue. J’ai passé mon tour mais ce patron est resté dans un coin de ma tête. Il y a plusieurs semaines, pretty mercerie a proposé une viscose fleurie à tomber. Je n’ai pas réfléchi et commandé cette merveille. C’était une évidence, ce serait ma blouse milan.

IMG_5371

Seulement, je ne voulais pas faire d’erreur. J’ai donc cousu une toile et c’était bien nécessaire. J’ai respecté le tableau des tailles en coupant un 36 en haut, s’élargissant vers un 38 à la taille. J’ai monté ma blouse dans un coton fleuri des coupons de saint pierre avec les modifications que je souhaitais faire : suppression du volant et découpe du devant en une seule pièce. La blouse se monte très facilement mais voilà, elle est trop juste sur le haut et il y a un vilain pli au niveau de la poitrine.

IMG_5369

IMG_5345

Il me fallait donc couper ma blouse en 38.

IMG_5315

La viscose étant très fine et fluide, des coutures anglaises étaient indispensables. Je ne pouvais pas en coudre aux emmanchures cela allait créer un surplus de tissu disgracieux, j’ai donc gansé ces coutures avec un biais à cheval liberty.

FullSizeRender

La couture de ce projet a été assez longue en raison de la fluidité de ce tissu. Je l’ai régulièrement empesé avec du fabulon mais elle bougeait vraiment beaucoup. Deuxième difficulté, les surjets se défaisaient à l’encolure et aux poignets. J’ai pris mon temps pour coudre la blouse mais arrivée à l’encolure, mauvaise surprise, mes parementures étaient trop courtes. J’ai opté pour un biais rapporté afin de bien maintenir l’encolure. Même problème pour les poignets et j’ai fait un ourlet simple. L’ourlet de la blouse a aussi été délicat et j’ai cousu un biais rapporté qui me semblait être la meilleure solution pour réaliser un ourlet droit et propre.

blouse milan

FullSizeRender (3)

Après toutes ces mésaventures, j’avais enfin cousu ma blouse et ça a été un vrai coup de coeur à l’essayage. la couple est flatteuse et féminine. J’adore ce décolleté du dos! Et ce tissu, une vraie caresse sur la peau, et tellement lumineux. J’en ai bavé, mais elle en valait la peine ma blouse milan.

blouse milan

blouse milan

blouse milan

blouse milan