Ma Blouse Zéphir

Avec l’automne qui doit arriver, j’ai relancé la production de blouses et tops. Une jolie blouse sur un jean, ça fait tout de suite son effet, y compris avec un gros gilet en hiver. Ayant cousu trois versions de la blouse Stockholm, j’ai eu envie de tester un autre patron d’Atelier Scämmit. J’ai décidé de sortir de ma zone de confort avec cette blouse un peu ample et sans pince poitrine.

Avant de couper dans mes précieux, j’ai décidé de couper une toile normalement portable, en crêpe noir de chez Rascol. J’aime beaucoup le rapport qualité-prix de ce crêpe qui se coud très bien, je l’ai déjà cousu dans quatre couleurs! M’étant trouvée un peu serrée à la poitrine dans ma blouse Be Pretty réalisée en 38, j’ai coupé une taille 40.

IMG_1992

Cette fois-ci, j’ai fait ma bonne élève et j’ai réalisé ma couture en suivant le pas-à-pas vidéo proposé par la marque. J’ai appris pas mal de choses sur le plan technique : mon V est nettement plus réussi (mais pas parfait encore) et j’ai enfin réussi à réaliser la technique du fourreau ! Bon, ça n’a pas été facile du tout cette affaire. Au début, je n’avais rien compris du tout et mes pièces étaient impossibles à retourner. J’ai tout défait et visionné la vidéo au moins 10 fois avant d’y arriver. En fait, il manque une précision à mon avis essentielle : la couture sur tout le long des hauts extérieurs et doublure, d’assemblage avec la partie basse du top, passe elle-même par l’emmanchure. C’est donc assez difficile à réaliser et il faut prendre son temps car on fait passer toute la couture petit à petit par une des emmanchures. On a d’ailleurs intérêt à bien repasser les pièces avant pour éviter des petits plis.

Ensuite, je n’ai plus rencontré de difficultés techniques. J’avais initialement prévu les froufous aux poignets mais je n’étais pas totalement convaincue et surtout, cela a fait trop d’épaisseurs (trois épaisseurs de crêpe dont deux entoilées) pour une boutonnière à la machine. J’ai préféré finalement recouper en manches trois quarts toutes simples.

IMG_2155

Les ourlets des manches et du top sont cousus au biais rapporté (du liberty comme toujours). Je trouvais la longueur du top juste bonne et le biais rapporté permettait de ne pas perdre en longueur. D’ailleurs, sur une future version je rajouterai quelques centimètres en longueur. J’ai aussi gansé du même biais liberty les coutures d’emmanchures pour une finition nickel. C’est un peu plus long qu’un coup de surjeteuse mais c’est tellement plus joli et je trouvais dommage d’avoir le sentiment de bâcler les emmanchures en me limitant à un surjet.

IMG_2151

Je suis très contente de ma blouse Zéphir. Les finitions intérieures sont impeccables et ce crêpe noir a un beau tombé. Je trouve cette blouse très classe, sans faire endimanchée, et parfaite avec un jean ou un jupe. En plus, son ampleur est idéale pour les soirées raclette qui vont bientôt commencer 😉

IMG_2139

IMG_2138

IMG_2141

IMG_2147

IMG_2150

Il y aura d’autres versions et sûrement une version robe, il faut juste que je réfléchisse à mon prochain tissu!

Décontracté du sweat

Après avoir cousu le patron de chino le culotté des beaux gosses, j’ai eu envie de me lancer dans la couture du décontracté. Dès sa sortie, j’ai aimé son allure un peu sportive et sa ligne. Sweat à capuche avec poche kangourou ou tout simple avec une encolure ronde, c’est le basique idéal pour une garde robe masculine.

J’ai rapidement acheté le patron pour coudre une version pour l’anniversaire de chacun de mes frères (en mars et en mai) et comme souvent j’ai laissé traîné. Seulement, Noël va arriver et j’ai eu honte de mon délai de retard. D’un seul coup, j’ai attaqué les deux sweats en même temps. J’ai pas mal joué à Tétris mais j’ai réussi à caser toutes les pièces en double dans un coupon de deux mètres de maille merveilleuse de Mamzelle fourmi. Ce tissu a l’avantage d’être en très grande laize (180) et d’avoir un rendu différent d’un molleton classique. En plus, ce coupon était dans mon stock depuis près de trois ans. C’était la combinaison parfaite!

IMG_1882

La couture du décontracté est assez simple et rapide, surtout avec une surjeteuse. Il faut prendre son temps pour bien placer les poches et les bâtir. La deuxième difficulté a été pour moi la couture de la capuche pour que les deux côtés soient bien bord à bord au niveau du milieu devant. J’ai eu le sentiment que le tissu était un peu détendu et fragile à ce niveau sur ma première version et je l’ai renforcé avec un morceau de thermocollant. Sur la deuxième, j’ai renforcé cette partie ab initio.

Sur ma première version, je n’ai pas compris comment réaliser l’ourlet et j’ai fait un ourlet classique. Sur la deuxième, j’ai fait plus attention et l’ourlet a été conforme aux instructions du livret. Je n’ai fait qu’une petite modification, coucher les marges de couture des épaules vers le dos et les surpiquer à l’aiguille double pour un bon maintien.

J’ai cherché du cordon gris assorti au tissu mais j’ai dû me rabattre sur du cordon kaki. Au final, je trouve le contraste très sympa et cela réveille le gris du tissu. J’ai aussi testé pour la première fois la pose d’oeillets au marteau (ma table s’en souviendra) et j’ai trouvé ça plus simple qu’avec la pince Prym.

Le décontracté

Le rendu de ces décontractés me plaît beaucoup. C’est un modèle sympa, facile à porter et à assortir, et qui trouve sa place dans toute garde robe masculine. C’était la première fois que je cousais pour mes frères et je suis satisfaite du résultat. Malheureusement, je n’ai pas de photos du pull porté :-(

Le décontracté

Le décontracté

Seulement, après avoir fini mes deux décontractés et compris que mon amoureux en voulait un aussi , j’ai eu envie d’en coudre un pour moi. J’ai donc décalqué à nouveau les pièces pour avoir une taille M et j’ai pioché dans mon stock un beau molleton acheté il y a deux ans chez Atelier Brunette. J’avais eu un coup de coeur sur ce tissu à la sortie mais je n’arrivais pas à l’imaginer dans un projet. D’un coup, ça a été l’illumination, le gris avec des pois roses irisés casseraient le côté masculin de ce modèle.

Le décontracté

IMG_2076

IMG_1972

Evidemment, la troisième réalisation dans la foulée a été très simple surtout que ce molleton est très facile à coudre. Je me suis fait plaisir en bordant l’ourlet de la capuche d’un biais liberty à cheval. Cette finition est bien plus jolie que le simple surjet et permet de jouer la carte girly à fond.

Le décontracté

Deuxième petite modification, je n’ai pas mis de cordon à la capuche. Je ne m’en sers jamais sur mes sweats du commerce et je me suis évité une nouvelle pose d’oeillets ou la couture de boutonnières. Troisième modification, j’ai ajouté des bracelets de manche et une bande de taille pour un esprit plus sportswear. Dernière modification, j’ai ajouté un centimètre en largeur à chaque côté de capuche pour les faire se croiser légèrement au niveau du milieu devant.

Gros coup de coeur pour ce sweat doudou, tellement agréable et réconfortant à porter et je me blottis dedans dès que je le peux. je suis ravie de mon choix de tissu qui allie le plaisir du porter et la réduction du stock (excellente excuse pour le reconstituer).

Le décontracté

Le décontracté

Le décontracté

Le décontracté

Je crois que je vais bientôt avoir l’occasion d’en coudre une quatrième version pour mon amoureux mais d’ici là, je dois trouver un patron équivalent pour mes lutins!