Anissa et moi

L’an dernier, j’ai cousu ma première combishort dans le cadre de la garde robe capsule, la Mine de rien de Aime comme Marie. J’ai alors découvert que j’aimais porter des combishorts l’été et que ça m’allait plutôt bien. J’avais à peine fini de la coudre que sortait Anissa, la combishort de Chez Machine. Le coup de foudre a été immédiat mais je me suis raisonnée : pas le temps d’en coudre une deuxième, patronthèque déjà monstrueuse etc. Seulement, elle est restée dans un coin de ma tête surtout en voyant toutes les versions fleurir sur Instagram, toutes plus jolies les unes que les autres. Alors, quand elle est revenue en stock en hiver, je n’ai pas hésité et je l’ai achetée (comme Clarisse et un autre patron que je n’ai pas encore eu le temps de réaliser).

La perspective d’un week-end prolongé dans le Sud au mois de Mai m’a fait sauter le pas et attaquer sa couture. Et puis, je voulais tester ce modèle pour coudre du jaune et répondre à l’appel de Chez Machine pour les endogirls (bon, j’ai cousu autre chose mais c’est une autre histoire). Evidemment, je voulais une toile portable (têtue comme une mule) et je n’avais pas le bon tissu dans mon stock (non, non, aucune mauvaise foi là-dedans). J’ai craqué pour du plumetis noir chez 36 Bobines qui offrait les frais de port (c’était un signe).

Combishort Anissa

Le patron se décalque très vite et il y a beaucoup de repères bien pensés. Et puis, la présentation est très maligne car la pochette de rangement du patron est grande et on peut y ranger ses pièces décalquées sans problème. Attention, il faut être très minutieux car les pièces devant et dos du buste se replient selon que l’on a choisi le boutonnage dos ou devant. Il faut donc être très vigilant en découpant le tissu. Bon, je préfère le boutonnage dos que je trouve ultra féminin mais l’association combishort et boutonnage dos, ça m’a fait peur. J’ai eu peur pour ma dignité en allant aux toilettes 😉 J’ai donc préféré le boutonnage devant.

Combishort Anissa

Le montage est très très bien pensé. La couture de la parementure au buste est déroutante mais la vidéo sur la chaîne youtube de Chez Machine est très claire et permet de comprendre sans souci. Honnêtement, sans la vidéo, je pense que je n’aurai pas compris. Et puis, cette vidéo est magique pour le montage de la coulisse. La technique est très propre et facile à réaliser, pour un résultat nickel. J’ai fait une double piqûre pour renforcer cette coulisse. Autre grand bon point d’Anissa, les manches se montent avec une facilité déconcertante, moi qui déteste résorber l’embû, j’ai beaucoup apprécié!

Mon seul problème est venu du montage des poches, elles baillaient terriblement une fois la combi enfilée. Alors je le reconnais, j’ai des hanches mais je sentais bien que ce n’était pas qu’une question de morphologie. J’ai défait ma coulisse et ai compris mon erreur : les pointes des shorts, prises dans la couture de la coulisse, étaient cousues dans le sens opposé à celui des fonds de poches. Forcément, cela créait une contrainte supplémentaire sur les poches. J’ai donc fait très attention en recousant ces parties et le résultat est bien plus net. La prochaine fois, je poserai un renfort droit fil comme conseillé par ma belle soeur, pour être sûre que ces coutures ne se déforment pas.

Pour celles qui se demandent pourquoi ce petit bouquet de fleurs jaunes, cette combishort a été cousue pendant l’opération lancée par Chez Machine : 50 nuances de jaune contre l’endométriose. Mes lutins m’ont spontanément fait ce bouquet avec le retour des beaux jours et j’ai trouvé ce bouquet parfait pour le petit détail jaune qui me tenait à coeur :

Combishort Anissa

Combishort Anissa
00

Combishort Anissa

Combishort Anissa

Combishort Anissa

Pour les jolis petits détails, j’ai cousu des boutons roses pailletés un chat sur un fil. J’ai littéralement craqué dessus et je trouve qu’ils apportent du peps à cette jolie combinaison. Et évidemment, j’ai choisi un cordon liberty pour la taille. A ma décharge, j’ai cherché de jolis cordons unis sur internet mais n’ai rien trouvé qui me plaisait.

Combishort Anissa

Combishort Anissa

Combishort Anissa

Alors bilan des opérations : je trouve le 38 un peu grand en haut. Ce type de vêtement ne doit pas être trop ajusté mais quand même, je la trouve un poil large. Anissa est très agréable à porter et je trouve cette coupe flatteuse pour la silhouette. Et puis, ce plumetis de coton est une merveille à travailler et à porter. Je pense que c’est la tenue idéale pour l’été. Elle se coud très rapidement et facilement si on ne fait pas le boulet comme moi 😉 Je ne regrette pas du tout d’avoir cédé aux chants d’Anissa et j’imagine la prochaine version en chambray, tencel ou lin-coton…

Une réflexion au sujet de « Anissa et moi »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *