Gourde et fière de l’être

Lorsque j’ai débuté la couture, j’ai pas mal traîné sur la toile et lu de nombreux blogs. Tous les projets me tentaient et je lisais énormément de billets pour savoir quoi coudre, comment avec quel tissu etc. Parmi les blogs que j’ai le plus consultés, il y avait celui de Barbara Gourde. Ses cousettes étaient toujours de très bon goût, avec de superbes tissus et paysages d’Inde et son sens de l’humour rendait chaque billet agréable à lire. Et puis, Barbara Gourde, les Nuls, toussa toussa.

Elle a arrêté son blog il y a deux ans mais a lancé l’Atelier des gourdes avec des tutos, des patrons, des vidéos sur Youtube et des cours en direct sur Rodez, bien trop loin de chez moi malheureusement. J’ai été très vite tentée par son patron de vanity mais je couds assez peu d’accessoires, la faute principalement à mon sens sens plus que déplorable de la géométrie dans l’espace (ma prof de mathématiques du collège aurait pu en témoigner). Le projet a trotté dans ma tête et j’ai acheté son patron en pensant éventuellement en faire pour Noël. Evidemment, je n’ai pas eu du tout le temps et suis partie sur les sacs Malo, un patron simple que je maîtrise bien. Et récemment, j’ai vu un vanity fait maison qui m’a fait de l’oeil.

J’ai profité d’une accalmie dans mon emploi du temps pour me lancer dans ce projet. J’ai pioché dans mon stock de tissus enduit un bel imprimé de chez cousette et un enduit moutarde acheté au marché aux tissus d’Arras l’an dernier. Ce n’était d’ailleurs pas la meilleure idée comme je m’en suis aperçue après. J’ai utilisé un renfort à coudre qui traînait dans mon stock mais un entoilage un peu plus rigide aurait été encore mieux.

IMG_3399

IMG_3367

Les explications sont hyper claires et accompagnées de photos voire de vidéos pour les étapes les plus difficiles. J’ai préféré coudre la poignée dans le même tissu que le tissu extérieur et non dans la doublure comme préconisé dans le patron. Pour le raccord passepoil, j’ai préféré reprendre le livre de Christelle Beneytout car sa méthode me convient plutôt bien. Pour le reste, j’ai entièrement fait confiance au patron et j’ai très bien fait. Le vanity se monte sous nos yeux et c’est vraiment chouette. Moi qui suis en grande difficulté dans la géométrie dans l’espace, je n’ai pas rencontré de difficultés de montage.

Passepoil jaune de mon stock:
IMG_3364

Il y a quelques points à améliorer sur ma première version, le passepoil pourrait être mieux posé. Pour la prochaine version, j’utiliserai un fil de cannette bien contrastant avec le tissu, ce sera bien plus facile de repasser sur ma première couture qu’en utilisant un fil blanc sur fond blanc… Je pense utiliser un natté de coton pour le tissu extérieur en le renforçant pour une bonne tenue et un enduit plus fin pour la doublure. J’aime beaucoup l’enduit pour l’intérieur d’un vanity ou d’une trousse de toilette, cela permet une bonne étanchéité s’il y a un peu d’eau ou une crème qui s’ouvre. Et l’enduit fin permettra une plus belle poche passepoilée et une meilleure résorption de l’embû, assez important sur ce modèle. Enfin, je le ferai un peu plus grand car certains de mes produits habituels n’y rentrent pas.

Vanity L'Atelier des gourdes

Vanity L'Atelier des gourdes

Vanity L'Atelier des gourdes

Vanity L'Atelier des gourdes

Vanity L'Atelier des gourdes

En dehors de ces petits points à améliorer, je suis totalement séduite par ce modèle et la qualité des explications. Je vais sûrement réaliser un autre de ses patrons prochainement et une chose est sûre, je suis gourde et fière de l’être!

Grand’Ourse en mode lutin du père Noël

Comme d’habitude, Noël est arrivé trop vite ! Je prévois un maximum de cadeaux maison et encore une fois, j’ai fini à l’arrache. Première réalisation, le gilet Grand’Ourse d’Ikatee couture, un modèle que j’ai toujours eu envie de tester. Il s’agit d’un gilet ou manteau avec plusieurs versions possibles : avec ou sans capuche, capuche avec ou sans oreilles de lapin, avec ou sans oreilles d’ours, avec ou sans biais à cheval… J’aime beaucoup la modèle avec capuche à oreilles de lapin qui me fait penser à Balthazar, le personnage principal d’une série de livres qu’adorait l’un de mes frères quand il était enfant.

téléchargement

J’ai pensé à ce modèle pour ma nièce ce que son père a validé mais sans les oreilles de lapin (snif). J’ai choisi en revanche un molleton avec un imprimé lapin, c’est l’animal préféré de ma nièce. J’adore ce motif qui me fait irrésistiblement penser à Alice au pays des merveilles. La doublure apporte vraiment un plus en matière de finition, j’ai donc pioché dans mon stock du molleton fin vert menthe et le jersey assorti en mode à bas les chutes!

Gilet Grand'Ourse

Gilet Grand'Ourse

Gilet Grand'Ourse

J’ai découpé le modèle à capuche, intégralement doublé en taille 3 ans. Le molleton imprimé manque de souplesse et j’ai donc préféré prendre la taille la plus grande sachant qu’elle a 2 ans et demi. Tout a roulé jusqu’à la couture de la capuche. Première difficulté, le patron n’indique pas que la capuche se coupe au pli. Ce n’est en soi pas très grave, ayant tout simplement assemblé les deux parties. Le hic, c’est que c’est le repère d’assemblage de la capuche au col. Et du coup, deuxième grosse difficulté, je suis restée bien bête au moment de cette couture, sachant qu’il n’y a pas de repère sur l’encolure. Evidemment, je n’ai pas assemblé correctement la capuche et je n’ai pas réalisé tout de suite mon erreur.

J’ai continué sur ma lancée et finalisé l’intégralité de ma cousette. J’aurais voulu coudre des boutons avec de vraies boutonnières mais ma machine n’a pas du tout aimé l’épaisseur et le manque de souplesse du sweat extérieur. Les boutonnières étaient catastrophiques sur mes tests et j’ai laissé tomber. Du coup, j’ai posé des pressions kam en forme d’étoiles jaunes. J’étais ravie de finir ma cousette quand j’ai réalisé que la capuche était beaucoup trop serrée et gênerait forcément sa propriétaire grrr.

Gilet Grand'Ourse

J’ai préféré laisser ma cousette de côté pour réfléchir calmement et en ai profité pour coudre deux autres réalisations que je vous présenterai plus tard. Après quelques jours de réflexion, je n’ai pas vu d’autre solution que de reprendre ma couture. J’ai retiré (plutôt cassé) mes pressions kam et défait tout l’assemblage sauf celui des manches. Après vérifications, j’avais bien cousu la capuche dans le mauvais sens. J’ai donc repris le montage dans le bon sens cette fois-ci et tout a roulé. J’ai reposé les pressions kam sur les anciens emplacements et fermé à la main l’ouverture.

Bilan : ce gilet est hyper mignon. J’aime beaucoup l’association de ces deux tissus, l’imprimé poétique de l’extérieur et le vert léger plein de peps de l’intérieur.

Gilet Grand'Ourse

Gilet Grand'Ourse

Gilet Grand'Ourse

IMG_2853

Les jolis flexs de la Fabrique d’Ava pour personnaliser la doublure :

Gilet Grand'Ourse

Gilet Grand'Ourse

Gilet Grand'Ourse

A refaire, je laisserai une ouverture dans une couture de manche ou d’assemblage du dos et d’un côté, moins visible si la couture à la main n’est pas parfaite. Je regrette juste qu’il n’y ait pas eu une indication de plus pour la capuche. Bon, je vous rassure, je pense bien être la seule à y avoir vu une difficulté 😉 Ceci étant, si on ne fait pas cette erreur, ce patron est simple et rapide et réaliser, il va sûrement devenir un basique de mes cadeaux de naissance !

Et dans la série des cadeaux de Noël homemade, la série des six sacs malo (déjà cousus ici et ici), réalisés dans les très jolis cotons épais de la collection hiver de Mondial Tissus.

Sacs Malo

Vamos à la playa – Mon sac Malo des vacances

En juin, j’ai cousu les traditionnels cadeaux de fin d’année des maîtresses et ATSEM de mes lutins et j’avais opté pour des sacs Malo de Petit Patron. Le joli tissu déniché chez Mondial Tissu a fait son effet et j’ai beaucoup aimé réaliser ce sac simple mais aux finitions propres et bien pensées. Les sangles prises dans la couture apportent un côté bien fini et surtout de la solidité au sac contrairement aux tote bags dont les anses peuvent être bien fragiles surtout si, comme moi, on a tendance à bien les remplir…

A peine finie cette première version, je savais que je m’en coudrais un pour la plage cet été. Cette année, nous avons déménagé une nouvelle fois, et nous ne partons qu’une semaine en vacances. Du coup, mon sac de plage est trèèèèsss important :-) Je suis allée faire un tour chez Mondial Tissus, non que je n’avais rien en stock, et j’ai craqué sur cette toile de coton imprimée perroquets. Je reconnais, le modèle de présentation du sac week-end d’Hélène et les jolis mômes n’y est sûrement pas pour rien. D’ailleurs, jai pris suffisamment de métrage pour me coudre quasiment le même 😉 Pour la sangle, j’ai pris en noir, j’aurai préféré une couleur vive rappelant les motifs du tissu mais ils n’en avaient plus…

Sac Malo

Encore une fois, ce sac est très rapide à coudre, deux heures coupe du tissu compris et encore, c’est parce que j’ai du réenfiler ma surjeteuse avec du fil assorti pour les finitions intérieures. Les étapes sont très bien expliquées par le tutoriel et le seul point délicat est de faire les raccords pour le positionnement des sangles au moment du montage final. Ceci étant, si on a été bien précise dans la couture, les raccords se font très facilement et bien aidée d’un bon épinglage, il n’y a aucune difficulté!

Sac Malo

Sac Malo

Sac Malo

Un petit tour au lave linge et je suis devenue l’heureuse propriétaire d’un sac Malo plein de pep’s. Il a la bonne contenance pour
mon paréo, une serviette, ma crème solaire et ma liseuse électronique, donc l’essentiel pour la plage !

Sac Malo

Sac Malo

Avec la fin d’année, arrive le traditionnel « merci maîtresse » ou la course des parents pour offrir un cadeau sympa et un peu original à la maîtresse. Depuis maintenant trois ans, je fais systématiquement les cadeaux maison et je les couds au dernier moment. Chaque année, je me promets que l’an prochain, j’anticiperai plus… et je ne m’y tiens jamais !

Après réflexion, j’ai décidé de coudre le sac Malo, un patron gratuit de petit patron. Je trouve sa construction originale et avec un beau tissu, cela rend vraiment bien. Deuxième critère, ce sac n’est pas trop difficile à coudre même s’il requiert de la minutie pour être bien réussi. Je pensais utiliser mon stock et évidemment, j’ai craqué sur un beau coton, bien épais chez Mondial Tissus et je n’ai pas su y résister 😉

IMG_0599

Le livret d’explication de petit patron est très bien fait et clair. Il n’y a aucune difficulté pour couper le patron et coudre ce modèle, surtout qu’il est préconisé d’utiliser des sangles en coton pour les anses (je déteste coudre les anses moi-même). Il faut juste prendre son temps pour la couture des dites anses et avoir des finitions parfaites. J’ai surjeté les coutures intérieures mais sur une prochaine version, j’envisagerai des coutures anglaises…

IMG_0600

Un petit flex pour décorer l’intérieur :
IMG_0608

Sac Malo

Sac Malo IMG_0613

La couture des sacs a été assez rapide et le résultat me plaît beaucoup. D’ailleurs, je regrette de ne pas avoir commandé assez de tissu pour m’en coudre un (mais je pourrai sûrement y remédier). Le modèle a une belle tenue et cela fait un super sac pour les vacances. C’est sûr, il y aura d’autres versions du sac Malo!

Mon sac week-end

Je l’admets, je couds assez peu d’accessoires. Quelques tote bags, des trousses ou des pochons et les cartables de mes lutins, c’est à peu près tout ce que j’ai cousu comme accessoires en trois ans. J’apprécie particulièrement la couture de vêtements et je délaisse souvent les accessoires.

Il y a quelques mois, j’ai flashé sur le sac cousu par ma copine Lena dans un beau jacquard de chez Henry et Henriette. Et peu de temps après, j’ai eu un coup de coeur pour un jacquard chez Cousette. J’ai décidé de me coudre enfin le sac week-end de Aime comme Marie en associant ce jacquard à un natté de coton fraise toujours chez Cousette. J’avais peur que le sac ne manque de tenue et j’ai demandé conseil à ma belle-soeur experte en accessoire. Elle m’a conseillé de le tripler avec une toile Ikéa et m’en a généreusement offert un coupon d’un mètre :-)

sac week-end

La découpe est très rapide et le montage est très bien expliqué jusqu’à la pose des faces de côtés. Là, j’avoue, je n’ai pas tout compris. J’ai d’abord été induite en erreur par l’indication que désormais on coudrait la doublure et l’extérieur ensemble, comme une seule pièce. En fait, ce n’est valable que pour la partie déjà montée du sac. Je n’arrivais pas à résorber proprement l’embu, c’était une catastrophe! J’ai modifié mes coins en faisant un plus grand arrondi et c’est tout de suite allé mieux.

sac week-end

Et puis, je n’ai rien compris à la technique du ravioli… J’ai eu beau chercher sur internet, retourner mon sac dans tous les sens, grosse panique! J’ai trouvé un pas à pas en photos mais il ne m’a pas éclairée… Et finalement, d’un coup, j’ai compris (comment je ne sais pas). Pour le deuxième côté, j’ai cousu la doublure à 0,5 cm de la première couture d’assemblage ce qui était nettement plus facile et a permis d’absorber les quelques petits plis de la résorption de l’embu.

J’ai ensuite attaqué la couture des anses. Au départ, j’ai voulu les renforcer avec la toile ikéa mais impossible de les retourner. Après deux heures à torturer mon tissu, j’ai fini par admettre que je n’arriverai pas à les retourner. J’ai donc enlevé la doublure et j’ai enfin pu les retourner (ouf)!

L’étiquette en cuir pailleté provient de Little Fabrics, je n’ai pas réussi à découper proprement les languettes dans mes chutes et j’ai choisi de les découper dans le jacquard. Je trouve que ces détails ajoutent un côté chic et bien fini au sac.

Le détail de cette merveille de tissu:
sac week-end

sac week-end

Malgré quelques difficultés techniques principalement dues à mon manque d’expérience en matière d’accessoire, j’ai adoré coudre mon sac. J’aime beaucoup le rendu de ce sac et son ampleur, sa taille est idéale pour de petites vacances. Et ce tissu, je ne me lasse pas de ce jacquard, il m’en reste un tout petit coupon pour me faire une trousse assortie. Et maintenant que j’ai mon sac, mon amoureux n’a plus qu’à nous organiser un week-end 😉

Des petits cadeaux de naissance

Les cadeaux de naissance, je les couds toujours en série. Je reconnais que s’agissant de cousettes rapides, je me dis toujours « encore un projet, puis j’attaque » et « encore un » etc. Et puis d’un coup, je me motive et j’en fais toute une série d’un coup.

La, j’ai décidé de coudre des bavoirs (trop originale je sais).
Je devais coudre pour deux petits garçons et une petite fille. J’ai voulu rendre mes bavoirs un peu plus originaux en faisant un empiècement sur le côté coton. J’ai simplement tracé une ligne sur mon patron de base pour l’empiècement et ajoute un centimètre de marge sur chaque pièce. Je suis partie du coton première étoile bleu glaçon, je les utilise beaucoup pour ces accessoires. Ce coton se travaille très bien, est très doux et supports très bien les nombreux lavages et passages au sèche linge. J’ai ensuite choisi des empiècements liberty pour égayer les bavoirs. Dans des chutes de liberty cars bleu, j’ai pu tailler deux empiècements et un dernier dans du liberty Betsy.

IMG_7417

IMG_7416

J’ai ensuite cousu les bavoirs avec de l’éponge jaune claire. Sachant que j’allais les customiser, je n’ai pas ajouté de petits rubans décoratifs sur les côtés.

Les voici avant customisation :

IMG_7419

IMG_7420

IMG_7421

Pour les petits garçons, j’ai demandé à mon amoureux de m’écrire les prénoms dans la police Malisia que j’aime beaucoup. J’ai ensuite découpé ces prénoms dans du flex pailleté et j’adore le rendu.

IMG_7501

IMG_7498

Pour la petite fille, les parents ne voulaient pas trop girly. Vous allez me dire que je n’ai pas choisi la facilité en choisissant un empiècement en Liberty. C’est vrai. J’avais une idée derrière la tête : le bavoir monstre que je trouve très drôle. Je ne suis pas très douée en appliqué et je manquais de temps. J’ai donc mis à contribution l’amoureux pour transformer les fichiers pour qu’ils soient compatibles avec la scanncut. Après mesure sur le bavoir fini, j’ai découpé mes formes dans du flex blanc et noir pailleté et tadam ! Là, on ne peut pas me dire que ça fait trop girly 😉

IMG_7503

J’ai ensuite cousu deux petits doudous dans des chutes de minkee bleu ciel et de liberty. J’ai repris le tuto de Mondial tissu du doudou à oreilles mais mes oreilles n’ont pas vraiment une forme d’oreille de lapin je trouve…

IMG_7508

IMG_7505

J’ai donc cousu deux ensembles doudous et bavoirs assortis.

La photo est un peu floue mais prise à l’arrache avant de faire le paquet cadeau
IMG_7504

IMG_7506

Le troisième aura son bavoir et un cadeau sera aussi prévu pour le nouveau grand frère. Ce sera sûrement un libre car Noël approche et j’aimerais ne pas être (trop) en retard cette année dans la réalisation des cadeaux maison.

Il me reste encore à coudre un cadeau de naissance pour un petit Gabriel mais là je n’ai que 15 jours de retard, franchement, ça ne compte pas, non? 😉

Un mariage en atelier brunette

Il y a quelques mois, nous avons reçu une invitation pour un mariage dans la famille de mon mari. Evidemment, j’allais coudre ma tenue, cela allait sans dire! Je m’étais offert le patron de la robe jade de Louis Antoinette et c’était l’occasion parfaite pour le réaliser. Il me fallait ensuite choisir le tissu et ce choix a été dicté par… le choix de mes chaussures 😉 J’avais flashé sur des escarpins de la collection d’été Bocage et j’ai pu vendre à mon amoureux que ces chaussures seraient parfaites pour le mariage… Le tissu Tabby d’atelier brunette était totalement assorti et j’en ai commandé un bon métrage…

FullSizeRender (2)

Comme d’habitude, j’ai laissé traîné et me suis réveillée 15 jours avant le mariage (j’étais laaaaarrrrgeee). J’ai réalisé une toile de la robe un 36 s’élargissant vers un 38 à la taille. Le haut de la robe était parfait mais les jupes étaient trop froncées à mon goût et alourdissaient ma silhouette. Je me suis rabattue sur les jupes de ma robe chouchou et ai légèrement redessiné les bustes dos et devant pour matcher avec ces pièces.

Essayage de la robe avant les finitions :

Robe jade

Deuxième modification, j’ai supprimé les parementures dos, devant et aux emmanchures pour poser du biais rapporté. Je ne suis pas fan des parementures qui ont souvent tendance à ressortir et me gênent. Et puis, cela donne des finitions moins soignées qu’avec du biais rapporté. Du coup, j’ai réalisé mon biais moi-même dans mon tissu. C’est très joli mais c’est long et cela donne souvent des biais plus fins que dans le commerce. Là, je n’ai pas eu trop le choix car il n’y avait pas de boutiques dans les environs proposant des biais Liberty assortis, j’ai donc remonté mes manches 😉

IMG_6252

Troisième modification, j’ai remplacé les coutures surfilées par des coutures anglaises. La robe étant un peu ample, je n’ai pas modifié les marges de couture et je l’enfile sans difficulté.

Et enfin dernière modification, j’ai ajouté un cm de chaque côté de la bride du dos et ai refermé la pièce par des points invisibles. Je trouvais dommage de juste surfiler les côtés alors que cette modification permet des finitions parfaites.

Après avoir fini la robe, j’ai réalisé que mon sac à main ne serait pas assorti et qu’il me restait pas mal de tissu. Il y avait aussi dans mon stock des chutes de natté de coton jaune dans lequel j’ai réalisé des paniers réversibles avec de la toile enduite petit pan. C’était parfaitement assorti et j’ai donc cousu une pochette Juliette de la Maison Victor avec une pression Kam jaune.

Les petits paniers :

IMG_6029

Ma Pochette Juliette:

Pochette Juliette

L’ensemble enfin fini et prêt à être porté :

FullSizeRender

Et Tadam !

Robe jade

Robe jade

Robe jade

Robe jade

Robe jade

Je ne suis pas peu fière d’avoir entièrement réalisé ma tenue pour la cérémonie moi-même. Et puis, toutes les pièces sont réutilisables et j’en suis ravie :-)

FullSizeRender (1)

Couture de l’extrême

Et voilà, la fin d’année est arrivée, et avec elle le moment de coudre les cadeaux des maîtresses et A.T.S.E.M. Je m’étais bien promis de commencer le 01er juin cette année mais quelque chose a dérapé car j’ai commencé le 25 juin… Après les pochettes de l’an dernier, j’ai décidé de coudre des tote bags. Je devais en coudre 5 et k’avais acheté en prévision un grand coupon de lin et coton dans lequel j’en ai casé 7. J’ai ensuite sorti mon stock pour les doublures et j’ai fait choisir mes enfants : deux cotons japonais, un coton fleuri, un coton à écaille et un coton imprimé. Quand tu peux tout piocher dans ton stock, tu comprends pourquoi l’amoureux râle sur la place occupée par les tissus!

IMG_5846

J’ai utilisé le même tutoriel que la dernière fois en le modifiant un peu. Cette fois-ci, j’ai découpé un coupon de tissu extérieur et un coupon de doublure et les ai pliés en deux avant de les coudre sur les côtés. Pour certains sacs, j’ai utilisé la sangle toute faite lorsque je n’avais pas assez de doublure pour les anses. J’ai ensuite attaqué la couture de 6 tote bags (je m’en suis cousu un au passage). En moyenne, la couture de chaque tote bag m’a pris 01h30, j’ai passé toutes mes soirées à coudre et au bout d’une semaine, les sacs étaient cousus.

IMG_5882

Dernière étape : la customisation. Tout s’est bien déroulé sur la première partie. J’ai découpé des étoiles dans des flexs assortis à la doublure pour trois sacs. Mon amoureux avait préparé les fichiers du texte en écriture liée (bien plus facile à poser que toutes les lettres). Les sacs à offrir à la maîtresse de pépette la chouette, de la maîtresse de l’étude surveillée et de sa garderie étaient prêts ainsi que celui de l’A.T.S.E.M. de mon lutin. Il ne m’en restait qu’un, celui de la maîtresse de mon lutin.

IMG_5960

IMG_5966

IMG_5972

FullSizeRender (18)

FullSizeRender (20)

IMG_5964

IMG_5958

FullSizeRender (9)

FullSizeRender (2)

FullSizeRender (3)

Et là, le couteau de la scanncut a rendu l’âme. Impossible de découper proprement une feuille et j’ai dû improviser. J’ai ressorti des flexs tout prêts achetés il y a longtemps chez la Fabrique d’Ava et pour le texte, j’ai utilisé un feutre textile et un pochoir alphabet. Il était 23h00 et je n’en pouvais plus.

IMG_5963

IMG_5962

Et je méritais bien mon sac non?

IMG_5923

J’ai fini les sacs le 02 juillet et mes lutins ont pu les offrir fièrement le 03, sachant que l’école s’arrêtait pour eux le 04, j’étais laaarrrgggeee. Encore une fois, j’ai cousu tout mon projet en cousette de l’extrême mais finalement, ça m’évite de traîner des projets boulets :-)

Les petites cousettes de la Pentecôte

Cette année, on a été gâté en longs week-ends en mai et juin. On en a pas mal profité pour partir mais à la Pentecôte, on a décidé de passer le week-end à la cool à la maison. Et qui dit week-end prolongé à la cool, dit couture. C’était l’occasion rêvée pour rattraper mon retard dans les cadeaux couture.

Tout d’abord, j’ai attaqué la housse des coussins de mon salon. Cela faisait longtemps que les vieilles housses de chez *kéa m’exaspéraient avec leurs tâches qui ne partaient pas. J’ai donc attaqué ces housses dans un beau coton art gallery fabric acheté chez un chat sur un fil avec un bon cadeau d’anniversaire. Je l’avais initialement choisi pour un top, mais je ne me voyais pas assumer le motif. En revanche, je les voyais bien pour égayer mon intérieur. Avec un passepoil moutarde, les chutes de mes tote bags lin et coton et le tutoriel des housses portefeuilles, c’était la combinaison gagnante. Je les ai réalisés assez vite et le résultat me plaît, il faut juste éloigner les petits doigts au chocolat 😉

IMG_5658

IMG_5592 - Copie

IMG_5590 - Copie

J’ai sauvé un beau morceau de ce tissu mais il y avait une belle chute de 10 cm de large, parfait pour des lingettes démaquillantes, selon le tutoriel d’Hélène et les jolis mômes. J’en ai cousu sept, pour le cadeau d’anniversaire de ma mère. Sur ma lancée, j’en ai cousu 10 dans un petit coupon petit pan, offert lors d’une commande mamzelle fourmi, idéales pour les bouilles pleines de glaces et de fruits avec les beaux jours.

IMG_5593 - Copie

IMG_5598

IMG_5599 (1)

J’ai ensuite attaqué la couture de la turbulette d’été de ma nièce, presque même pas en retard pour son anniversaire (Sérieux, un mois de retard, ça ne compte pas non?). Ses parents m’ayant laissé carte libre pour les tissus et les couleurs, j’ai utilisé un coton blanc et corail à motif écailles et du première étoile taupe, uni et étoilé. En découpant, je me suis aperçue que mon coupon en taupe uni imposait de couper en deux pièces une pièce unique. J’ai donc décoré cette découpe supplémentaire avec une broderie machine étoilée, en fil corail, assortie au coton à motif.

FullSizeRender (15)

En dehors de la couture de finition de la fermeture éclair, cette cousette a été très rapide et plutôt simple. J’ai utilisé le modèle de « Ma petite couture » de la barakossa, déjà réalisé il y a deux ans. Des pressions kam, deux rangées pour s’adapter à la taille de la bestiole et c’était fini. J’espère juste que mon choix de couleurs leur plaira.

FullSizeRender (3) - Copie

FullSizeRender (4)

FullSizeRender (6)

FullSizeRender (13)

Lancée sur ma foulée, je n’allais pas m’arrêter. J’ai continué avec le sac à main de Pépette la chouette. Découpé il y a plusieurs semaines sur un autre modèle de ‘Ma petite couture », il devait être cousu par la jeune fille en personne mais comment dire? Elle a préféré me confier la réalisation 😉 Là aussi, c’était dans les chutes, du jean donné il y a longtemps par ma belle-soeur quand j’ai commencé la couture et du première étoile coloris guimauve. Un ruban doré pour faire la anse (pas assez de tissus pour cette bande) et c’était parti. Je n’ai fait qu’une modification, laisser une ouverture dans la couture de la doublure pour retourner. Je trouve que cela fait une finition plus nette qu’en la laissant dans l’assemblage entre le corps du sac et le rabas. Une pression kam et une heure de couture plus tard et le sac était fièrement porté par la jeune fille.

FullSizeRender (1) - Copie

FullSizeRender (2)
FullSizeRender - Copie

Et enfin, il me restait à coudre un petit pochon pour ma mère. Il me reste de la viscose de son Moelleux et je lui avais proposé des lingettes démaquillantes. Elle a préféré un pochon. J’ai suivi le tutoriel de Mes petites coutures, comme toujours clair et très bien expliqué. Une heure plus tard, le pochon était cousu, le plus dur étant de dompter la viscose…

IMG_5637

FullSizeRender (9)

FullSizeRender (11)

FullSizeRender (10)

FullSizeRender (12)

Et voilà, en un long week-end j’ai rattrapé pas mal de coutures en retard, fini des encours, je vais pouvoir attaquer d’autres projets, notamment celui de ma garde robe capsule du mois… et des cadeaux de fin d’année scolaire!

Petits accessoires en petit pan

J’adore les enduits petit pan. Ils ont une tenue parfaite, des motifs originaux et des couleurs lumineuses. Je n’en achète pas très souvent car je les utilise toujours très vite :-) Encore une fois, ça n’a pas raté. Profitant d’une commande commune chez Mamzelle fourmi, je me suis achetée un coupon de coquelicot bleu enduit et il n’a pas traîné longtemps.

Depuis un moment, je suis agacée de voir les snoods, bonnets et gants de mes enfants traîner partout dans l’entrée. On ne retrouve plus rien et notamment les matins où on est en retard (genre tous les matins en fait). Et je me disais souvent que j’allais coudre un grand panier en toile enduite et natté de coton, selon le tuto d’Ernest est céleste pour ranger tout ça. Evidemment, c’est le genre de cousette que je repousse car je sus plus motivée par les vêtements que par les accessoires.

Seulement, pépette la chouette avait besoin d’une trousse à bons points, la boîte qu’elle avait choisie déborde dans son cartable. Aussi, dimanche, je me suis bougée et j’ai sorti ma toile enduite pour une petite pochette en toile enduite selon le patron maison de Zazacam. J’ai choisi une doublure en toile enduite plus fine achetée chez Mamzelle fourmi en me disant que je lui trouverai toujours une utilité. Et une pression kam de mon stock pour finir le tout. Tant que j’y étais, je m’en suis cousue une aussi, histoire de ranger mes clefs au bureau et d’arrêter de les chercher partout douze fois par jour…

img_3707

fullsizerender

Ensuite, j’ai cousu mon panier. Je voulais un grand panier donc j’ai agrandi le gabarit en respectant les proportions (vive la règle de trois). J’ai utilisé les chutes de mon natté de coton cousette (une très grande laize qui me dure depuis un an) gris clair et mon enduit petit pan. Bon, juste pour le fun, j’ai cousu envers contre envers les deux paniers et j’ai donc du recommencer. Enfin, une jolie surpiqûre pour fermer le tout et une heure après le panier était installé dans l’entrée.

img_3710

img_3710

img_3709

En deux heures, j’ai donc fait un sort à mon coupon d’enduit :-) Maintenant, pépette la chouette a une jolie pochette à bons points et les accessoires d’hiver sont bien rangés dans l’entrée mais jusqu’à quand ? 😉

img_3713