Coudre le mange-problèmes d’Alice Balice

Alice Balice propose un certain nombre de tutoriels couture et crochet sur son site. Depuis plusieurs années maintenant, elle propose des kits créatifs dont celui du mange problèmes. A titre personnel, je ne suis pas fan des kits. Je trouve que c’est souvent très cher, nettement plus que lorsqu’on choisit ses fournitures soi-même. J’en ai acheté quelques uns mais, à une exception prês, celui de la robe Belle-Ile de Anne Kerdilès couture, j’ai toujours utilisé les fournitures pour d’autres projets au final…

Lorsque le kit du Mange problèmes est sorti, j’ai trouvé le concept très intéressant. Il s’agit d’un coussin avec une face monstre et une face renard ou licorne. La face monstre contient une bouche ouverte dans laquelle l’enfant peut ranger des pastilles correspondant à ses émotions du moment. L’objectif est d’aider l’enfant à identifier ses émotions, les exprimer et pouvoir en échanger. Seulement, le prix du kit complet est assez onéreux (48 €) et je m’étais dit que je ferai moi-même à la scanncut… Seulement entre le manque de temps, la grossesse, une famille nouvellement nombreuse, je n’ai jamais eu le temps de me lancer dans ce projet assez gourmand en temps et en tissu.

Fin juin, un marché de créateurs a été organisé à Orléans et Alice Balice y exposait. C’était l’occasion parfaite pour voir le kit en vrai. Alors oui, c’est assez onéreux, mais tout est très bien pensé, il y a juste à découper les pièces et à coudre. Les thermocollants sont fournis dans le kit ainsi que les scratchs. Enfin, il y a tous les tutoriels en pdf donc le prix est largement justifié. J’ai donc acheté un kit complet pour mon lutin et le lendemain uniquement les faces pour le coussin pour ma chouette qui en voulait un aussi.

La réalisation est assez simple surtout si on a déjà cousu. Il faut juste être vigilant à bien cranter les épaisseurs et les arrondis pour le coussin et le pochon à émotions.

Les faces avant assemblage :
IMG_5889

Le pochon à émotions :
IMG_5930

Le plus long, ça a été la couture des pastilles à émotions. Chaque émotion a son propre dessin et sa couleur personnalisée. Il y a trois pastilles par émotions pour exprimer l’intensité : une petite, une moyenne et une grande. C’est assez long à thermocoller et à découper, sachant que j’ai pris les deux planches soit 13 émotions donc 182 faces à découper puis à assembler.

Mange Problèmes

Heureusement, mon stock de fil est tel que j’ai systématiquement trouvé les fils assortis 😉 J’ai choisi la finition au point de bourdon, qui sera plus solide dans la durée qu’une simple surpiqûre sur un tissu à cru, même thermocollé.

Mange Problèmes

Et voici, le résultat :

Les faces monstres :

Mange Problèmes

Les faces renards :

Mange Problèmes

Mix and Match :

Mange Problèmes

Mange Problèmes

Ce projet m’a donc pris environ 07 heures entre les découpes et les différentes coutures. Je le trouve très bien pensé et adapté à l’expression des émotions par de jeunes enfants. Mon lutin en a tout de suite vu l’utilité et l’a surnommé Raoul Bavoule :-) Il lui reste maintenant à s’en servir…

Les sweats de mes lutins

Comme chaque hiver, j’ai cousu un sweat à chacun de mes lutins. Ils adorent en porter et je suis sûre de leur faire plaisir. L’an dernier, j’ai acheté avec eux un grand coupon de molleton doublé minky, seulement nous étions déjà en mars et la couture de ce tissu épais n’était déjà plus trop de saison. J’ai donc attendu cet hiver pour lancer mon projet.

J’étais sûre du choix de tissu, c’était le leur 😉 La deuxième étape a été de leur faire choisir un patron chacun. Ma chouette a souhaité un grand sweat à capuche avec une poche ventrale. C’est un basique mais trouver un patron n’était pas si facile. Coup de chance, le magazine Ottobre 6/2018 a proposé exactement ce modèle, je l’ai donc acheté sans hésiter! Leurs modèles sont très bien faits et vraiment sympas pour les enfants. Il y a quand même deux difficultés majeures : le décalquage, j’ai les yeux qui saignent avec toutes ces couleurs qui se chevauchent et leurs explications qui sont souvent minimalistes et sans schémas. Sur ce coup-là, je n’ai pas eu peur de me lancer, le montage étant le même que le décontracté, cousu à trois reprises le mois dernier.

La planche patrons :
IMG_2646

J’ai choisi de coudre du 9 ans. Ma chouette est entre le 8 et le 10 ans dans le commerce selon les marques, je voulais qu’il lui aille au moins tout l’hiver. Côté fournitures, j’ai utilisé le fameux tissu, du bord côte noir acheté l’an dernier au marché aux tissus d’Arras (et j’ai encore du stock dans d’autres couleurs) et une chute de matelassé France Duval Stalla pour la poche ventrale.

La couture est assez simple, la vraie difficulté provient de l’épaisseur du tissu. Ma surjeteuse n’a pas tellement aimé et j’ai joué sur la pression du pied pour y arriver. Le point le plus compliqué a été la jonction des deux pans de la capuche à l’avant, le tissu a eu tendance à glisser. A refaire, je bâtirai à points larges, ce sera sûrement plus simple.

Côté modifications, j’ai recouvert de biais à cheval satiné noir la couture centrale de la capuche. Je voulais faire de même avec l’ourlet intérieur comme sur mon décontracté, mais je n’en avais plus assez. Au final, mon surjet n’est pas trop mal équilibré et ça passe.

Gray Uniform

Le sweat a été immédiatement adopté même si ma chouette l’a trouvé un peu long et trop proche d’une tunique (les robes, jupes et tout ce qui se rapproche du rose sont bannis de sa garde-robe). Essayé sur un jogging, elle a finalement trouvé que cela ne faisait pas fille (ouf).

Deuxième projet, le sweat de mon lutin et ça se corse tout de suite. Il n’aime que les sweat shirts zippés à capuche et de préférence non doublés. La pose du zip reste toujours difficile et l’absence de doublure rend tout de suite le projet plus difficile à réaliser, les finitions doivent être impeccables car totalement apparentes.

J’ai donc repris le patron du sweat Stevie de La Maison Victor, déjà réalisé ici et bien rentabilisé. J’ai décidé cependant de faire quelques modifications. Tout d’abord, j’ai changé les poches. Le fond de poche a une taille unique sur le patron et est trop grand je trouve pour les petites tailles, il peut un peu dépasser de la ceinture en bord côte :-( J’ai donc repris le modèles des poches souvent présent sur les modèles Ottobre : une découpe arrondie et bordée de bord côte. Une petite modification sur le patron, deux bandes de 4 cm de largeur et une longueur correspondant à la longueur de la pièce x 0,8 ont été découpées pour border cette poche.

Sweat Stevie

Deuxième modification : mon lutin voulait un cordon comme sur ceux des grands. J’ai donc renforcé la zone pour l’oeillet avec de la vlieseline sur l’envers, à priori située à 4 cm au dessus de la couture de la capuche à l’encolure et à 2,5 cm du bord, soit 1,5 cm après couture de la doublure capuche.

Sweat Stevie

Côté tissu, j’ai à nouveau utilisé mon sweat doublé (vu l’épaisseur, une doublure aurait vraiment été de trop), du jersey et du bord côte noirs venant tous deux aussi du marché aux tissus d’Arras (une vraie mine d’or). Pour le biais, j’ai farfouillé dans des chutes et choisi.

Et j’ai enfin réussi à prendre des photos des deux sweats portés en même temps! Les séances photos sont de plus en plus difficiles à réaliser, j’ai sauté sur l’occasion quand ils ont choisi de les porter en même temps :-)

Sweat Stevie

IMG_3692

Sweat Stevie

IMG_3704

Sweat Stevie

Sweat Stevie

Sweat Stevie

Après avoir découpé mes deux sweats, il me restait du tissu et j’ai utilisé les chutes pour trois snoods maison. C’est une couture rapide mais je crains qu’ils ne soient quand même perdus à la vitesse de l’éclair :-( J’ai joué sur l’envers et l’endroit pour avoir le côté doudou sur l’intérieur. J’ai cousu deux tailles différentes mais exactement le même modèles et mes lutins ont choisi des petits rubans décoratifs pour les personnaliser.

Sweat Stevie

En bonus, les petites pochettes Juliette de la Maison Victor cousues pour mes deux collègues pour les fêtes de fin d’année dans les chutes de coton épais Mondial Tissu des sacs Malo offerts à Noël. Les doublures sont des chutes de coton première étoile et je les ai triplées dans des chutes de polaire noire achetée l’an dernier au marché du tissu d’Arras, n’ayant plus de molleton thermocollant ou d’entoilage sous la main. C’est un patron très chouette, facile à réaliser et en plus disponible gratuitement sur le site de la Maison Victor ici.

Pochette Juliette

Pochette Juliette

Pochette Juliette

Pochette Juliette

Pochette Juliette

Grand’Ourse en mode lutin du père Noël

Comme d’habitude, Noël est arrivé trop vite ! Je prévois un maximum de cadeaux maison et encore une fois, j’ai fini à l’arrache. Première réalisation, le gilet Grand’Ourse d’Ikatee couture, un modèle que j’ai toujours eu envie de tester. Il s’agit d’un gilet ou manteau avec plusieurs versions possibles : avec ou sans capuche, capuche avec ou sans oreilles de lapin, avec ou sans oreilles d’ours, avec ou sans biais à cheval… J’aime beaucoup la modèle avec capuche à oreilles de lapin qui me fait penser à Balthazar, le personnage principal d’une série de livres qu’adorait l’un de mes frères quand il était enfant.

téléchargement

J’ai pensé à ce modèle pour ma nièce ce que son père a validé mais sans les oreilles de lapin (snif). J’ai choisi en revanche un molleton avec un imprimé lapin, c’est l’animal préféré de ma nièce. J’adore ce motif qui me fait irrésistiblement penser à Alice au pays des merveilles. La doublure apporte vraiment un plus en matière de finition, j’ai donc pioché dans mon stock du molleton fin vert menthe et le jersey assorti en mode à bas les chutes!

Gilet Grand'Ourse

Gilet Grand'Ourse

Gilet Grand'Ourse

J’ai découpé le modèle à capuche, intégralement doublé en taille 3 ans. Le molleton imprimé manque de souplesse et j’ai donc préféré prendre la taille la plus grande sachant qu’elle a 2 ans et demi. Tout a roulé jusqu’à la couture de la capuche. Première difficulté, le patron n’indique pas que la capuche se coupe au pli. Ce n’est en soi pas très grave, ayant tout simplement assemblé les deux parties. Le hic, c’est que c’est le repère d’assemblage de la capuche au col. Et du coup, deuxième grosse difficulté, je suis restée bien bête au moment de cette couture, sachant qu’il n’y a pas de repère sur l’encolure. Evidemment, je n’ai pas assemblé correctement la capuche et je n’ai pas réalisé tout de suite mon erreur.

J’ai continué sur ma lancée et finalisé l’intégralité de ma cousette. J’aurais voulu coudre des boutons avec de vraies boutonnières mais ma machine n’a pas du tout aimé l’épaisseur et le manque de souplesse du sweat extérieur. Les boutonnières étaient catastrophiques sur mes tests et j’ai laissé tomber. Du coup, j’ai posé des pressions kam en forme d’étoiles jaunes. J’étais ravie de finir ma cousette quand j’ai réalisé que la capuche était beaucoup trop serrée et gênerait forcément sa propriétaire grrr.

Gilet Grand'Ourse

J’ai préféré laisser ma cousette de côté pour réfléchir calmement et en ai profité pour coudre deux autres réalisations que je vous présenterai plus tard. Après quelques jours de réflexion, je n’ai pas vu d’autre solution que de reprendre ma couture. J’ai retiré (plutôt cassé) mes pressions kam et défait tout l’assemblage sauf celui des manches. Après vérifications, j’avais bien cousu la capuche dans le mauvais sens. J’ai donc repris le montage dans le bon sens cette fois-ci et tout a roulé. J’ai reposé les pressions kam sur les anciens emplacements et fermé à la main l’ouverture.

Bilan : ce gilet est hyper mignon. J’aime beaucoup l’association de ces deux tissus, l’imprimé poétique de l’extérieur et le vert léger plein de peps de l’intérieur.

Gilet Grand'Ourse

Gilet Grand'Ourse

Gilet Grand'Ourse

IMG_2853

Les jolis flexs de la Fabrique d’Ava pour personnaliser la doublure :

Gilet Grand'Ourse

Gilet Grand'Ourse

Gilet Grand'Ourse

A refaire, je laisserai une ouverture dans une couture de manche ou d’assemblage du dos et d’un côté, moins visible si la couture à la main n’est pas parfaite. Je regrette juste qu’il n’y ait pas eu une indication de plus pour la capuche. Bon, je vous rassure, je pense bien être la seule à y avoir vu une difficulté 😉 Ceci étant, si on ne fait pas cette erreur, ce patron est simple et rapide et réaliser, il va sûrement devenir un basique de mes cadeaux de naissance !

Et dans la série des cadeaux de Noël homemade, la série des six sacs malo (déjà cousus ici et ici), réalisés dans les très jolis cotons épais de la collection hiver de Mondial Tissus.

Sacs Malo

Au lit les lutins

Depuis que je couds, il y a des choses que je n’achète plus et les pyjamas de mes lutins en font partie. Je trouve les pyjamas du commerce très chers par rapport à de la couture maison et ce d’autant plus que ce sont des projets simples et rapides. J’ai souvent utilisé divers patrons ottobre pour coudre des pyjamas (ici, ici ou ici) mais ma chouette grandit et il n’y a plus autant de patrons facilement adaptables pour des bas de pyjamas dans sa stature. Je réfléchissais au bidouillage à faire quand Ikatee a sorti le pyjama Sacha. C’est quasiment la réplique du pyjama bébé cousu en juillet dernier mais pour les enfants de 3 à 12 ans.

J’ai décidé de me simplifier la vie, les patrons ottobre sont très bien faits mais quelle galère le décalquage avec tous ces modèles qui se chevauchent, et j’ai acheté le patron dès qu’il est sorti en version papier. Je ne suis pas une grande adepte des PDF, même si j’en utilise régulièrement, il y a toujours un petit décalage à l’impression sur certaines pièces et j’ai toujours peur d’un résultat approximatif.

Mon stock de jersey est très conséquent et a permis à chacun de mes lutins de choisir leurs tissus. Mon lutin a tout de suite craqué sur le jersey à motif dragons et chevaliers acheté l’été 2017 aux soldes de tissus.net. Il est assez chargé mais pour un pyjama, ça ne pose pas de difficulté. Et je veux surtout que ma cousette plaise et soit portée. J’ai complété ce tissu avec du bord côte taupe acheté l’an dernier aux marchés aux tissus d’Arras.

IMG_2429

Ma chouette a d’abord porté son choix sur des molletons doublés minky. Après lui avoir expliqué que ce serait beaucoup trop chaud, elle s’est reporté sur un chouette jersey petit bateau (un des supers bons plans de ma belle soeur) avec de très jolis motifs animaux. En plus, il est super doux et très agréable à porter! Pour les bord côtes, je n’avais pas suffisamment de stock pour tout faire dans la même couleur (sauf à en recommander ce que je ne voulais pas). L’encolure et les bracelets de chevilles sont bleu pétrole, les bracelets de manche rouges et la ceinture vert mint. Cela fait un peu punky brewster mais les différentes couleurs des motifs le permettent et ça lui va bien.

IMG_2289

Sur le plan technique, il y a peu de pièces et la découpe est hyper rapide. Attention, le haut étant coupé en deux pièces intégrant les manches, il est très gourmand en tissu. Les bracelets de chevilles et de manches sont aussi très gourmands en bord côte. La couture est très rapide pour les différentes pièces. Comme toujours, le plus complexe est finalement la couture de l’encolure en bord côte. Il vaut mieux prendre son temps et être précis pour un résultat régulier. D’ailleurs, je ne me limite plus aux repères aux quatre quarts, je rajoute des pinces intermédiaires. Ca me permet d’être plus régulière quand j’étire la bande d’encolure et d’avoir un résultat plus propre. L’insertion de l’élastique est toujours un peu pénible mais ça se fait sans difficulté. Enfin, ma surjeteuse n’a pas du tout aimé les petits bracelets de manche et l’enfilage a régulièrement cassé (grrr).

Je n’ai fait qu’une seule toute petite modification au patron, surpiquer l’encolure à l’aiguille double. Cela nécessite d’être minutieuse surtout quand elle est contrastée comme pour le pyj de mon lutin mais cela permet de bien maintenir la bande d’encolure en place par la suite. J’ai ajouté les petits thermocollants Madame Mademoiselle pour permettre de différencier le devant du derrière sur l’envers.

Pyjama Sacha width=

Pyjama Sacha

Pyjama Sacha

Pyjama Sacha

Pyjama Sacha

Le bilan de ces cousettes est très positif. Ces pyjamas sont manifestement très confortables et ont été immédiatement adoptés. Attention, ce patron taille grand. J’ai cousu du 6 ans pour mon lutin et du 9 ans pour ma chouette et il y a fort à parier que ces pyjamas feront aussi l’hiver 2019 😉 Le bilan temps passé et rentabilité du projet est top. Je vais sûrement profiter de ma virée au C.S.F. pour acheter de jolis jerseys ou molletons pour une deuxième version 😉

A bas les chutes, culottes et boxers pour mes lutins

Cet été, nous avons déménagé et changé de région. Comme toujours, il faut faire du tri avant les cartons et en déballant et je déteste ça! Cette année, on a été encore plus speed que d’habitude (on en est à notre dixième déménagement en 15 ans) et je n’ai pas fait autant de tri avant le départ que je l’aurais du… En rangeant les habits de mes lutins, je me suis aperçue qu’ils n’avaient plus beaucoup de sous-vêtements à leur taille et que je pouvais rentabiliser mes (trop nombreuses) chutes de jersey.

Comme souvent lorsque je couds pour mes enfants, j’ai utilisé des modèles ottobre. Avec quelques années de couture, je comprends beaucoup plus facilement leurs explications en dépit de l’absence de schémas et il faut reconnaître que leurs modèles sont très bien coupés et conçus.

Première étape, la couture des culottes. Le modèle Mrs Girly dans le numéro 6/2016 est parfait quand on lit correctement le positionnement des pièces… En effet, la planche patron ne précise par où couper le pli et ma première session de coupe n’était pas dans le bon sens grrr. Une fois réglé ce problème, la couture se fait assez facilement surtout qu’ayant déjà cousu des culottes Bel Air pour moi dans ma garde robe capsule, je me souvenais de la technique du burrito pour les goussets.

Seulement, j’avais regardé trop vite la liste des fournitures et il fallait du biais élastique préplié. Or, je n’en avais pas en stock mais j’avais de l’élastique à lingerie acheté l’an dernier chez mercerie extra. Ni une ni deux, j’ai enlevé un centimètre à la taille et aux ouvertures de jambe (mes élastiques faisant 0,7 cm de largeur au lieu des 2 cm préconisés) et je les ai cousus selon la méthode de la culotte Bel Air.

Ce n’est pas compliqué mais c’est loooonnngggg à coudre car il faut les étirer le plus régulièrement possible et faire deux coutures pour bien les maintenir en place. Une fois mes trois culottes finies, j’ai customisé les deux modèles blancs avec un bouton de mon stock (les surplus donnés avec un achat de vêtement) et un petit thermocollant chat.

Et voilà le travail :

IMG_1268

Deux modèles en jersey blanc ajouré offert par Mamzelle fourmi, déjà utilisé pour une chemise de nuit sur le modèle Milos :

IMG_1264

IMG_1263

IMG_1269

Un modèle en jersey rose Mamzelle Fourmi déjà utilisé pour un tee-shirt Maëlle pour moi et un tee-shirt pour ma chouette un coupon bien rentabilisé 😉 )

IMG_1270

J’ai ensuite attaqué les boxers de mon lutin, modèle Mr Léopard. Alors que j’appréhendais cette couture, elle s’est révélée très simple, quoiqu’un peu longue. Les explications du magazine sont limpides et les boxers se montent très facilement. Ma seule erreur a été de vouloir remplacer les surpiqûres des coutures par du flatlock à la surjeteuse. Non seulement c’est difficile de faire un flatlock bien régulier mais en plus, ce n’est pas une bonne idée sur une première couture.

Mes essais de flatlock :
IMG_1346

En relisant le magazine, il était précisé point de recouvrement si l’on a une recouvreuse (mon rêve mais mon amoureux n’est pas d’accord rapport à la place galopante de la couture à la maison) ou un point zig zag ou nid d’abeille à la machine.

Sur les deux autres modèles, j’ai utilisé le point nid d’abeille de ma super machine à coudre et c’est passé tout seul!
IMG_1315

La couture de l’élastique à la taille s’est faite sans la moindre difficulté, en visionnant à nouveau le cours spécial proposé par Artesane et France Duval Stalla, un indispensable à mon avis! Et clairement, j’ai tout misé sur les motifs de l’élastique pour plaire au jeune homme :

IMG_1348

J’ai rajouté un petit thermocollant sur l’intérieur de chaque dos afin de faciliter l’enfilage des boxers dans le bon sens 😉
IMG_1350

Je suis hyper satisfaite du rendu de ces boxers. La surpiqûre au point nid d’abeille apporte un joli détail et un fini très propre.

Le petit lot de boxers :

IMG_1347

IMG_1345

IMG_1344

Bilan de l’opération : c’est une couture qui m’a bien vidée la tête après le déménagement et je l’ai beaucoup appréciée. C’est un moyen malin de rentabiliser les stocks de jersey, je verrai à l’usage si le temps passé est rentabilisé par le port de ces sous-vêtements 😉

Short morganours

Pour attaquer la garde robe d’été de mon lutin, j’ai commencé par un patron déjà validé, le short aime comme Morganours. Mon lutin porte maintenant du 5 ans et j’ai cousu du 6 ans sans marges de coutures. Bon, le prochain, sera du 6 ans marges incluses car il n’y a vraiment rien de trop! Nous sommes en grande phase pirates et j’ai flashé sur ce coupon de coton Michaël Kauffman chez Motif personnel.

Détail du motif :
IMG_9839

Côté montage, rien à dire, c’est très rapide à réaliser (une petite soirée). Je n’ai fait qu’une modification, remplacer le bas arrondi du short gansé de biais à cheval par un bas droit rallongé pour un double ourlet classique.

short Morganours

Sans surprise, ce short a été immédiatement adopté par son propriétaire qui voulait absolument le porter (malgré les litres de pluie au dehors). Il lui va parfaitement même si du 6 ans classique aurait donné plus d’aisance et un rajout de quelques centimètres en longueur ne serait pas de trop. Et il peut se porter pour faire vélo, se balader et faire le clown. Le parfait petit short quoi !

short Morganours

short Morganours

short Morganours

short Morganours

short Morganours

Mon petit doigt me dit qu’il va bientôt être réutilisé pour un pyjashort…

short Morganours

Débuter la garde robe d’été de mes lutins

Cela fait maintenant plus de trois années que je couds, souvent guidée au gré de mes envies. Seulement, je me fais avoir chaque année à l’arrivée de l’été et je ne couds pas la moitié des projets prévus pour mes lutins, faute de temps. Or, avoir tenu le projet annuel de la garde robe capsule m’a montré que je pouvais mieux m’organiser et réaliser un grand nombre de projets avec le même temps.

J’ai donc décidé d’attaquer dès maintenant les coutures d’été pour mes lutins. Au menu, il y a des shorts, des tee-shirts, des combishorts et des robes (soyons fous).

Du coup, j’ai enfin réalisé le test de la combishort Marieke sortie l’an dernier chez Ikatee couture. J’aime beaucoup les patrons qui proposent plein d’option : jupes, pantalons, short, avec ou sans volants. Le prix est élevé mais entre le nombre de possibilités et le grand éventail des tailles, ça vaut largement le coup! Acheté en septembre dernier, je n’avais pas encore eu l’occasion de le tester, même si je me dis maintenant qu’une version en molleton et manches longues pourrait être très sympa en hiver.

En accord avec ma poulette, j’ai décalqué le combishort, sans volants et n’ai pas pas prévu de passepoil…

J’ai choisi un joli polycoton de Motif personnel dont j’aimais beaucoup le motif. La jeune fille n’étant pas une fan du rose, j’ai choisi le coloris bleu denim qui lui va très bien. Le décalquage des pièces n’est pas une mince affaire sachant que plusieurs pièces se superposent et que je n’ai pas réussi à remettre la main sur mon fluo frixion (qui s’efface d’un coup de fer chaud). Je crois bien d’ailleurs que je n’ai pas décalqué la bonne taille pour certaines pièces du short…

Combishort Marieke

Côté montage, ce n’est pas évident en dépit du livret. Je viens juste de réaliser la combishort Anissa de Chez Machine et j’ai beaucoup apprécié la simplicité et l’efficacité de leur montage. D’ailleurs, j’aurais eu beaucoup de mal à coudre les parementures du haut avec seulement les explications du livret. J’ai repris celle d’Anissa et ça a roulé tout seul.

Ensuite, j’ai eu des difficultés pour la ceinture. En effet, il faut faire des boutonnières pour le ruban (la jeune fille en voulait un) seulement, je n’arrivais pas à trouver de boutons assez petits dans mon stock pour faire les boutonnières de la taille préconisée (ma machine a le bon goût de les faire toute seule). J’ai fini par y arriver et ai attaqué le montage de la ceinture. Et là, gros moment de solitude, la ceinture était nettement trop longue ! J’ai enlevé 2 cm sur chaque ceinture pour en réduire la taille et c’était impeccable.

Et j’ai continué avec l’assemblage du short à la ceinture et là, les pièces short dos étaient trop longues de 2 cm chacune ! Je ne me suis pas laissée démonter et ai créé une pince de 2 cm en largeur sur 5 en longueur au milieu de chaque dos et zou! Après insertion de l’élastique, je trouve cela un poil serré à la taille, surtout qu’elle n’est pas franchement épaisse. Ceci étant, cela ne la gêne pas.

Enfin, je me suis aperçue que ce short était bien court. En relisant attentivement la notice, il n’est pas précisé si les ourlets sont inclus, manifestement non… J’ai surjeté le bas de mes shorts et me suis limitée à un ourlet simple de 5mm pour finir le short.

Je pensais réaliser des boutonnières classiques, ma machine les réalisant toute seule comme une grande, mais l’homme m’a convaincue de poser des pressions. J’ai choisi des 3exter aux jolis motifs. Ma princesse a opté pour les étoiles et c’était parti. Seulement, c’était mes premières pressions et ce n’est pas si simple à poser proprement. Après une pose à la pince, j’ai fini de bien les fixer avec un verre, je n’avais pas de marteau sous la main.

Mais bon, je n’avais pas compté sur l’énergie de ma poulette, qui a réussi à forcer la première en se déshabillant. Sur la prochaine version, j’envisagerai des boutonnières classiques qui craignent moins l’arrachage des petites mains 😉 Ceci étant, ces jolies étoiles apportent du peps à la combishort. Et je me suis fait plaisir en utilisant un ruban Henry et Henriette entourant ma commande annuelle pour décorer la ceinture de la combishort.

Le détail des boutons :

Combishort Marieke

Combishort Marieke

Et voilà :

Combishort Marieke

Combishort Marieke

Combishort Marieke

parfaite pour sauter :

Combishort Marieke

Combishort Marieke

Bilan : la combishort est adorable et ma princesse en est enchantée. La réalisation m’apparaît complexe et pouvoir être facilement simplifiée (peut-être en utilisant la technique de la combishort Anissa pour la coulisse). Je reconnais cependant que mon décalquage de patron n’a pas du être aussi soigné que d’habitude (j’avais décalqué 5 patrons à la chaîne) et ce que cela a forcément rajouté des difficultés imprévu. Ma princesse ayant déjà commandé une autre version, celle-là en maille polo, je vais avoir l’occasion de tester une nouvelle fois la réalisation de ce patron et de vérifier le décalquage de mes pièces;-)

C’est carnaval!

Dans le Nord, on ne plaisante pas avec le carnaval. Chaque année, l’école invite les parents à venir voir les enfants défiler et toute l’école, personnel enseignant compris, est déguisé ! L’an dernier, j’avais rentabilisé les pyjamaques adorés par mes lutins mais cette année, ils sont un peu petits. Alors j’ai anticipé le problème et acheté un beau livre de déguisements et proposé à chacun d’en choisir un. Pépette la chouette a choisi Zorro et mon lutin a choisi Jack Sparrow (version classique et pas Pirate des caraïbes).

IMG_7289

J’ai acheté des cotons noirs et blancs ainsi que de la suédine pour le gilet et les guêtres chez cousette. Leurs tissus sont de très belle qualité et c’était la seule enseigne en ligne qui avait les cotons noirs et blancs en stock dans les quantités désirées. Pour compléter le déguisement de Jack Sparrow, j’ai acheté un petit coupon de tissu à motifs pirates et fait choisir à ma princesse un tissu fleuri pour la ceinture de Zorro, utilisé pour ma première chemise Aime comme Madame.

Le détail du motif pirates :
IMG_9474

Les déguisements sont basiques : un patron de base pour le bas et les hauts garçons avec simplement trois tailles doubles. La ceinture est un rectangle tout simple cousu replié en deux dans la longueur et piqué sur une largeur.

J’ai commencé par la couture des deux pantalons. Elle se fait sans difficulté mais il y a peu d’indications sur la taille de l’élastique. J’ai repris ma méthode habituelle : tour de taille moins 3 cm et c’est impeccable. Cela c’est compliqué pour coudre la chemise, il y a très très peu d’explications et le montage du col n’est pas du tout intuitif. Il n’y a pas suffisamment de repères et je me suis faite piéger en recoupant le premier col alors qu’il ne fallait pas faire comme ça. J’ai donc recoupé un col et un peu bidouillé pour le coudre proprement. Passé cette étape, j’ai eu du mal à coudre les poignets de manche. L’insertion de petits morceaux d’élastiques est assez simple mais la piqûre de finition est compliquée car il faut étirer de toutes petites pièces et bien les maintenir tout en piquant. Une fois cousu le premier chemisier, la couture du second a été beaucoup plus simple forcément.

Premier essayage du costume :
IMG_9473

Pour me donner du coeur à l’ouvrage, mes lutins ont décoré ma machine 😉
IMG_9484

Le déguisement de Jack Sparrow comporte un veston ainsi que des guêtres pour imiter les bottes. Le livre préconisait un tissu absolument hors de prix et j’ai opté pour de la suédine. A ma grande surprise, ce tissu se coud très facilement avec une aiguille à cuir mais attention, il n’y a pas le droit à l’erreur car chaque piqûre fait un trou définitif. Je pensais avoir fait un choix malin pour éviter les finition mais cela s’effiloche aussi un peu. J’ai donc fait un ourlet simple avec une piqûre double pour le bas du gilet. Pour le reste du gilet et les guêtres, je ne me suis pas compliquée la vie, j’ai tout cranté aux ciseaux cranteurs. Ce n’est pas très académique mais ça fait le job.

IMG_6918

Enfin, je devais coudre la cape de Zorro! Elle n’est pas prévue dans le livre mais on est d’accord, Zorro sans sa cape, ça ne le fait pas! J’ai utilisé du satin de polyester noir, les deux coupons sont de provenance différentes, l’un de rascol et l’autre, je ne sais plus qui ont du coup deux textures et teintes différentes. La cape a été dessinée à l’arrache sur le modèle de la cape de super héros et est finie par un biais satiné noir acheté à la mercerie du coin.

IMG_9541

IMG_9524_censored

IMG_9545

Et voilà les deux costumes finis l’avant veille du carnaval ! J’étais hyper fière de les voir défiler dans leurs costumes maisons complétés de quelques accessoires et j’espère qu’ils vont avoir une longue vie dans les jeux de mes lutins!

IMG_9543

L’art de ranger les legos

Mon lutin a atteint l’âge des legos… C’est très bien les legos pour les enfants mais pour les parents, c’est l’enfer ! Quel parent n’a jamais marché un peu vivement sur un petit lego, un tout petit, qu’on ne voit pas, et hurlé de douleur ? Pour Noël, mon lutin a demandé des legos star wars et son père, a demandé un sac-tapis exprès pour les legos, histoire de protéger nos pieds.

J’avais déjà vu un de ces tapis il y a trois ans, mais j’étais bien incapable de savoir le réalise après deux mois de couture… Un peu plus aguerrie, j’ai recherché un tutoriel sur internet et j’ai trouvé mon bonheur sur le blog de bleu des Vosges. J’ai acheté un coupon de jean aux coupons de Saint Pierre et la doublure en coton chez Rascol. Je n’ai pas triplé le tapis afin qu’il soit plus léger et facile à utiliser pour mon lutin. J’ai raemplacé le ruban plat par du cordon fin et utilisé des oeillets Prym, achetés au marché aux tissus.

Pour la première fois, la cousette a été réalisée en duo. Mon amoureux a voulu participé et m’a aidée à découper les tissus, les épingler, les repasser entre deux coutures et à poser les oeillets. C’était très agréable d’en faire un projet commune. La couture n’est pas compliquée mais un peu longue, vu l’ampleur du tapis.

IMG_8491

IMG_8582

IMG_8583

Les oeillets :

IMG_8581

Et le tapis devenu sac :

IMG_8584

A peine fini, mon lutin se l’est approprié. Et nos pieds sont désormais en sécurité :-)

Attaque de dinosaures

Quand j’ai vu passer ce jersey à dinosaures sur Instagram, j’ai tout de suite flashé dessus. C’est typiquement le genre de tissus qui me donne la côte avec mes lutins. Seulement, ça m’ennuyait un peu de payer les frais de port pour un seul coupon.. Et ma belle-soeur m’a parlé de sa future visite à l’atelier de la création qui vendait cet imprimé… Evidemment, j’ai sauté sur l’occasion et lui ai demandé si elle pouvait m’en acheter au passage.

IMG_8527

J’ai récupéré le tissu pendant les fêtes avec l’intention de coudre une pièce par enfant pendant les vacances. Les photos de classe étant prévues à la rentrée, c’était une bonne raison de ne pas traîner pour les coudre. J’ai tout de suite pensé à un tee-shirt manches raglans pour mon lutin, avec des manches noires pour casser un peu le doré de l’imprimé. J’ai repris le modèle Basic Falls du magazine Ottobre, bien rentabilisé cette année.

Je l’ai réalisé en taille 104. Les manches sont coupées dans un jersey noir acheté au marché aux tissus d’Arras et l’encolure dans un bord côte mamzelle fourmi. La réalisation a été très rapide et il a immédiatement été adopté.

IMG_8585

IMG_8586 JPG

IMG_8596IMG_8597

Pépette la chouette voulait une tunique, avec une capuche. Or, je n’avais pas de patron de base qui correspondait à ses désirs. Je suis donc partie du patron Basic Falls en 128. J’ai rallongé le tee-shirt en l’évasant.

La partie la plus difficile a été la création de la capuche. J’ai regardé divers tutoriels sur internet pour en créer une mais je n’arrivais pas du tout à la même forme d’encolure en partant de mon patron. J’ai décidé de reprendre le patron de la capuche du sweat-shirt Stevie de la Maison Victor, réalisé ici. Ce sweat comporte des manches raglans, donc la forme de l’encolure devait correspondre. J’ai rallongé l’encolure de 3 cm et le bord de la capuche d’1 centimètre. Je voulais une capuche qui se croise sur le devant comme sur le modèle Beagle Boy d’Ottobre, réalisé ici.

J’ai ensuite épinglé ma capuche sur l’encolure en prenant un repère à 2 cm des bords de la capuche. Ce repère a été épinglé sur le milieu du devant de chaque côté, de manière à ce que les bords se croisent. Un bon coup de surjeteuse et c’était impeccable. Je suis ravie de cette bidouille qui a bien fonctionné.

Les manches et l’intérieur de la capuche ont été découpées dans les chutes de mon plantain et l’extérieur dans les chutes d’un confortable. Ces coupons ont été bien rentabilisées 😉

La tunique a tout de suite plu à la jeune fille (Ouf). Ses exigences sont de plus en plus précises et il n’est pas toujours facile d’y coller 😉

IMG_8526

IMG_8529

IMG_8528

IMG_8530

Après négociation,j’ai réussi à prendre cette photo en duo :

IMG_8601

Les cousettes ont été finies à temps pour les photos de classe 😉