Erell, mon nouveau basique

Enthousiasmée par la perspective d’avoir enfin une bible du jersey, j’ai acheté « Coudre le stretch » de Marie Poisson. Honnêtement, je n’ai pas été déçue ! Ce livre est effectivement très bien documenté et très clair. J’ai été particulièrement intéressée par les explications techniques sur les différentes méthodes pour coudre l’encolure et les tableaux pour calculer la longueur de la bande selon le type de jersey utilisé et son taux d’élasticité. Après avoir apprécié l’utilité de ces conseils techniques sur le pyjashort de mon lutin. J’étais donc impatiente de tester les modèles proposés (et je ne vous parle pas de toutes les variantes d’encolure, de longueur, de manches etc).

J’ai choisi de tester Erell pour commencer. J’aime beaucoup les tee-shirts manches courtes de forme kimono. Rapides à coudre, ils constituent des basiques d’une garde robe, déclinables à l’infini. Je me suis justement rendue compte que ma garde robe de printemps et d’été était pauvre en tee-shirt manches courtes. Qu’à cela ne tienne! Suivant le tableau des mesures, j’ai choisi une taille 38. J’ai coupé un joli jersey de coton bleu ciel chiné, déniché à un prix tout doux chez mamzelle fourmi.

IMG_5769

J’ai posé de la laminette sur les coutures d’épaule du devant et du dos pour stabiliser les coutures selon les indications de Marie Poisson. La couture s’est passée sans encombre jusqu’à la couture de l’encolure. Je me suis trompée sur le sens de couture de l’encolure, voulant absolument finir ma cousette à un horaire tardif… J’ai du tout découdre, ce qui est bien long quand la couture a été faite à la surjeteuse. Le jersey a été un peu abîmé par endroit pour couronner le tout. J’ai donc décidé après réflexion de coudre une encolure selon la méthode du biais jersey à cheval pour cacher ces petits trous et renforcer l’encolure. Après avoir découpé une nouvelle bande d’encolure, j’ai cousu ma bande à la surjeteuse. Ce n’était pas la meilleure idée que j’ai eue car cela faisait une couture trop large. En « enrobant » la couture de l’encolure à la surjeteuse, j’ai réussi à rattraper mon encolure. Sa finition à l’aiguille double est plutôt réussie et au final, cette encolure est bien propre.

IMG_5785

J’ai cousu les ourlets des manches et du bas du tee-shirt à l’aiguille double sauf que la double laminette au niveau de la couture d’épaule, ma machine à coudre déteste. Elle se bloque, fait un bourrage fil et c’est l’enfer. J’ai essayé d’allonger le point, rien n’y a fait. Finalement, je pense arrêter la laminette quelques centimètres avant le bord des manches pour éviter ce bourrage et les difficultés de couture, sur une prochaine version.

IMG_5770

IMG_5782

IMG_5783

IMG_5788

Malgré ces quelques aventures, je suis venue à bout de mon Erell et je suis conquise. J’adore sa forme, son style et maintenant que j’ai identifié mes points forts et faibles sur ce patron, je suis impatiente de réaliser d’autres versions. Mon dressing d’été et de début d’automne sera rempli d’Erell!

IMG_5823

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *