J’ai fait ma material girl

J’ai acheté aime comme matérial girl il y a quelques mois. Seulement, je n’avais jamais pris le temps de le coudre. C’est assez fou quand j’y pense car ce patron me plaisait beaucoup et j’avais fait l’acquisition d’un coupon de jersey France Duval Stalla rose pâle à un prix défiant toute concurrence… En fait, l’été est arrivé et il n’a plus été question de manches longues!

Il y a peu, je suis tombée en panne de fils et le temps que ma commande arrive, je ne pouvais donc me lancer que dans un projet pour lequel j’avais tout sous la main. J’ai donc attaqué le Matérial girl version manches longues et dos croisé.

Aime comme matérial Girl

Le jersey France Duval est une merveille, couleur superbe, agréable à coudre et une vraie caresse sur la peau. J’avais d’ailleurs pu le constater quand j’avais coupé un bout de mon coupon pour la petite jupe qui tourne de Pépette la chouette. J’ai entendu dire qu’elle arrêtait ses jerseys et c’est bien dommage, je vais être obligée de me venger sur ses matelassés…

Aime comme Matérial Girl

Bref, j’ai attaqué mon projet. J’ai été très minutieuse pour border de biais rapporté (mon obsession), le bas du devant et des deux pièces du dos. C’est après que ça se complique… Comme d’habitude, je n’ai pas coupé la bonne taille. Mon minute ayant été bien trop grand en M (genre chemise de nuit de grand-mère), j’ai coupé du S et même si je le porte sans problème, mon Matérial girl aurait peut-être mérité du M. Après avoir assemblé le devant et les dos, l’encolure ne me plaisait pas du tout, beaucoup trop serrée à la gorge. Du coup, j’ai redessiné le col et je suis plus à l’aise avec cette coupe. D’ailleurs, j’ai rallongé le corps de 7 centimètres au lieu de 1 cm et les manches de 3 cm, j’aime les tops un peu longs.

Biais première étoile coloris meringue :

Aime comme Matérial girl, le biais

Pour l’encolure, j’ai triché (enfin un peu). Pour me faciliter la couture de l’encolure, j’ai cousu les deux grands côtés de ma bande d’encolure entre eux après avoir cousu les deux petits côtés et replié la bande en deux. Cela évite d’avoir à surveiller trois épaisseurs quand on étire la bande d’encolure au fur et à mesure entre chaque repère. Du coup, c’est bien même plus facile. C’est Christelle Beneytout qui m’avait parlé de cette astuce quand on avait cousu la jupe de Pépette la chouette et j’ai testé pour la première fois. Et en plus, ça fait des finitions intérieures plus nettes.

J’ai méchamment galéré pour la couture des manches. Bon, j’ai commencé par coudre envers contre endroit la première manche parce que je suis joueuse (dans la lune)! Et ce n’est pas simple de coudre la manche à l’emmanchure sans créer de contrainte sur le dos croisé. J’ai donc recommencé à plusieurs reprises sur la première manche. Et c’est là, où le choix d’un fil bien assorti au tissu est une galère. C’est beau mais quand il faut découdre il faut de bons yeux, surtout quand on utilise le point overlock…

Aime comme matérial girl-001

Aime comme Matérial Girl,le dos

Bref, après ces mésaventures, j’ai réalisé l’ourlet des manches, un double rentré car je trouve ça plus propre. Comme je n’ai pas d’aiguille double spéciale jersey, j’ai fait deux piqûres parallèles l’une à l’autre sur chaque manche. C’est un peu de la bidouille mais ça marche.

Dernier détail, j’ai surfilé les coutures intérieures avec le point conseillé par Christelle. Certes, ça n’est pas aussi propre qu’avec une recouvreuse mais je trouve le rendu propre et assez sympa.

Aime comme Matérial Girl, les finitions intérieures

Au final, j’aime beaucoup cette matérial girl et c’est surtout lié à la qualité du jersey et à sa couleur qui égaie ma journée. La prochaine fois, j’envisagerai sûrement de couper du M…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *