La robe de maman chat

Aaaahhhh la robe plantain babydoll, c’est sûrement l’un des modèles qui m’a fait sauter le pas de la couture il y a quatre ans. Je me suis d’ailleurs lancée dans sa réalisation au bout de deux petits mois de couture et, très honnêtement, ça a été une vraie catastrophe. Mon encolure était plus qu’approximative (quelle idée de débuter les vêtements avec du jersey) et elle ressemblait clairement à une montgolfière. Je l’avais jetée sans autre forme de procès et j’en avais conclu que ce modèle ne convenait pas à ma silhouette.

Seulement, ma silhouette change beaucoup depuis quelques mois et pour cause, nous attendons un bébé pour le printemps. Alors forcément, j’ai rangé de très nombreuses cousettes dans lesquelles je ne rentre plus, (et ne rentrerai pas avant de très longs mois) et attaqué une garde robe plus adaptée. Après des hemlock tee, et deux tee-shirts givre maternité, j’ai entamé la couture de robes. Je dois porter des collants de contention pour les prochains mois (instant glamour) donc les robes sont bien plus confortables que les pantalons et tee-shirts.

Je suis finalement revenue vers la robe plantain baby doll parfaitement validée pour le babybump par Lizon Lisette (photos sur instagramm) ou Addictiph. En plus, elle est très rapide à réaliser (une petite après-midi s’il n’y a pas de boulette). Le tutoriel se trouve ici et préconise deux mètres de jersey. Honnêtement, elle passe sans souci dans un coupon de 1,50 mètres et laisse quelques petites chutes idéales pour des habits de tout petit.

Côté mensuration, j’ai coupé le haut en taille 40 sachant que je fais habituellement un 36 chez Deer and Doe. Tirant les leçons de l’effet montgolfière passé, j’ai coupé la jupe du devant en 40 pour avoir de l’aisance au niveau du ventre et le dos en 36. Après assemblage, elle est parfaite comme ça. J’ai réalisé les fronces à la laminette suivant le tutoriel de Deer and Doe pour la robe Myosotis. C’est un peu fastidieux de répartir l’élastique en quatre quarts mais c’est hyper efficace pour des fronces régulières. Et l’astuce consistant à couper plus long la laminette que nécessaire pour pouvoir l’étirer facilement sans la casser pendant sa couture change vraiment tout!

Le dernier point technique est évidemment l’encolure. J’ai beaucoup progressé à ce niveau grâce au livre « Coudre le Stretch » et au cours sur la surjeteuse d’Artesane. J’ai d’abord cousu ma bande d’encolure dans ce jersey mais elle était trop lâche au porté. Seulement, elle n’avait pas été si facile à coudre de manière régulière car ce jersey roulotte beaucoup. Après réflexion, j’ai coupé une nouvelle encolure dans un bord côte gris pâle de mon stock et ça a roulé sans difficulté.

IRobe plantain Babydoll

Je n’ai pas voulu tout de suite couper dans un de mes jerseys chouchous au cas où cette robe ne me plairait pas. J’ai donc pioché dans mon stock ce jersey gris à impressions chats. Initialement acheté pour ma chouette, elle n’en a jamais voulu, considérant le motif comme trop girly (elle devient difficile à habiller cette petite). Je ne suis pas une grande fan des motifs animaux mais j’ai considéré que celui-ci était sobre et se porterait facilement pendant la grossesse et sûrement un peu après. Et il avait l’avantage de me permettre de piocher dans mon stock qui reste tout de même important.

Robe plantain Babydoll

IRobe plantain Babydoll

Robe plantain Babydoll

Cette robe est très agréable à porter et je suis sûre de la rentabiliser. Elle reste féminine par son encolure et permet un réel confort avec les formes de grossesse sans être sac à patates. Elle aura sûrement des petites soeurs mais j’ai quelques projets qui attendent depuis longtemps sur ma to do liste comme un pantalon de pyjama pour mon amoureux 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *