Le sweat-shirt de mon lutin

Bon, on ne va pas se mentir, cette cousette n’a pas été simple. Et il m’a fallu tout mon amour de maman pour en venir à bout avec de jolies finitions (et ne pas se dire, tant pis, je vais filer acheter l’équivalent tout fait). Ben oui, mon lutin n’a pas été trop gâté question couture faite par sa maman et il était temps que je me remette au boulot pour lui (du coup, Pépette la chouette a boudé). Je me suis jetée à l’eau pour coudre un sweat-shirt à capuche dans un molleton léger, couleur menthe. Il m’en restait beaucoup de mon premier confortable et cette couleur est parfaite pour lui.

le sweat du lutin

N’ayant pas de patron de sweat-shirt à capuche et à poches, j’ai opté pour le blouson de dragon de Mon petit dressing, sans les écailles bien sûr (lui n’aurait pas été contre, Krokmou et Crochefer ont depuis longtemps élu domicile à la maison), mais à l’école ça aurait été plus difficile à porter… ou à expliquer à la maîtresse…

Tout s’est bien passé jusqu’à la fermeture à glissière. Sur le patron, elle va jusqu’en bas mais après couture, impossible de coudre proprement la parementure. Je crois que je n’ai jamais autant cousu, décousu et recousu une fermeture éclair. J’ai fait très attention au raccord de la couture de la capuche et du devant, de part et d’autre de la fermeture pour que ce soit bien symétrique. Deuxième difficulté, la parementure, ça ne collait pas (je l’ai peut être coupée dans le mauvais sens par rapport au droit fil mais je n’ai pas vu d’indications sur ce point sur le patron). Alors, j’ai bidouillé en utilisant du biais jersey gris clair pour l’ourlet du bas. J’ai fait plusieurs essais pour la couture de la parementure au bas de la fermeture avant de coudre l’intégralité de la parementure. J’ai usé de quelques points à la main pour fermer proprement le bas mais j’y suis arrivée (ouf)!

le sweat du lutin, la fermeture éclair

D’ailleurs, j’ai fait une pose après la première tentative de couture du zip. Je ne trouvais pas de solution qui me convenait alors j’ai cousu les finitions des manches et posé les poches (le temps pour mes neurones de se remettre de toutes ces cogitations). Je ne voulais pas que les bords à brut soient apparents (je n’arrive pas à couper parfaitement droit, il paraît que ça date de la maternelle). Du coup, j’ai fait de savants rentrés des marges de couture avant de coudre mes poches. Ca n’a pas été une partie de plaisir car ma machine déteste les épaisseurs et il faut y aller point par point, lentement mais sûrement. Au final, ce n’est pas parfait mais les poches ont le rendu souhaité.

le sweat du lutin, la fermeture éclair ouverte

Après ces longues aventures et de nombreux cheveux arrachés (je vous fais grâce des photos), j’ai enfin pu proposer la bête à son propriétaire. Et là, il a été conquis. Si, je vous jure! La preuve? Il l’a appelée mon sweat de calico jack (oui chez nous, les octonautes ont aussi pris leurs quartiers) et ne voulais plus l’enlever oui, même par 30° dehors…

le sweat du lutin

Alors bon, ce petit sweat m’a donné bien du fil à retordre mais il remplit tout le cahier des charges. Et je suis fière de voir mon petit lutin heureux de porter une cousette faite rien que pour lui!

le sweat du lutin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *