Mes jolis pochons à encours

Ces derniers temps, je me suis tournée vers des cousettes simples et rapides. Après de nombreux projets complexes que je vous présenterai plus tard, je n’avais plus trop l’énergie physique et intellectuelle de coudre des projets ambitieux.

Dans cette optique, je me suis lancée dans des pochons à encours. Je tente depuis le début de l’année d’apprendre à tricoter (et mes deux mains gauches et moi, on souffre). Ma mère est une experte en tricot (et le mot est faible) mais je n’habite pas assez près pour bénéficier de ses conseils au quotidien sachant que je multiplie les boulettes (maille non tricotée, maille perdue, tricot repris dans le mauvais sens…). J’ai pris quelques cours et eu la chance de trouver un café tricot deux fois par mois.

J’ai rangé mes affaires dans une jolie boîte pour éviter de continuer à coloniser la maison (mes affaires de couture ont déjà pris une place galopante). Seulement, pour emporter mon projet au café tricot, un simple sac en tissu n’est pas pratique. J’ai d’abord réquisitionné une grande trousse en toile enduite initialement cousue pour les cours de piscine de ma chouette et ensuite, j’ai eu envie d’un vrai pochon dédié.

J’ai fait quelques recherches et j’ai beaucoup aimé le tutoriel de Dodynette. J’étais intéressée par l’apprentissage d’une nouvelle technique pour faire la coulisse. J’avais envie de me coudre mon pochon en utilisant un joli coupon de coton vintage offert par Mamzelle Fourmi et une magnifique suédine achetée lors d’un déstockage de tissus de la Fée Sandrine. J’ai donc décidé de couper mon pochon extérieur en deux parties et de coudre la coulisse dans le même coton pour rappeler le bas du pochon.

J’ai zappé la réalisation de la poche extérieure qui ne me paraissait pas indispensable pour mon projet. Je craignais surtout que la poche avec deux pressions kam ne contiennent pas les anneaux marqueurs ou mon crochet, bref toutes les petites choses indispensables au tricot. J’ai reconstitué le pochon extérieur en cousant ensemble mes deux parties (j’avais bien pris soin de rajouter un centimètre de marges de couture à chaque pièce). Afin que les finitions soient vraiment parfaites, j’ai bien écrasé mes marges de couture et surpiqué chaque pièce le long de la couture en jouant sur les contrastes : moutarde pour la suédine bleue et bleu sur le coton fleuri.

IMG_4431

Pour la doublure, j’ai en revanche utilisé un coton bleu très simple, une chute d’un grand coupon acheté aux coupons de Saint Pierre il y a bien trois ans.

Le tutoriel est très bien fait et le montage est très bien expliqué. Le système pour poser la coulisse est très astucieux et m’a beaucoup plu. Et le projet est très rapide à réaliser (deux heures coupe comprise). Le sac est entièrement doublé et les finitions sont vraiment impeccables.

Je n’ai fait qu’un seul vrai changement : je n’ai pas cousu le lien comme préconisé par le patron. J’ai recyclé un ruban entourant une commande de tissus Pretty Mercerie d’il y a au moins trois ans. Cette solution m’a permis de gagner du temps (c’est toujours positif) et de recycler ce ruban qui traînait depuis longtemps dans mon stock.

IMG_4443

Le bilan de cette cousette est très positif. Ce pochon est rapide et simple à réaliser et particulièrement joli. Il est vraiment très pratique à utiliser et a une bonne contenance. Dedans, j’ai pu ranger 6 pelotes, mes aiguilles et les petits accessoires (carnet de tricot, crayon, crochet et ciseaux). A peine fini, je l’ai emmené au café tricot et il a eu un réel succès auprès de ma prof, à tel point que je lui ai cousu son petit frère dans la foulée. Je vais maintenant coudre une version pour ma mère, il n’y a plus qu’à choisir les tissus!

IMG_4433

IMG_4435

IMG_4444

C’est vraiment agréable d’alterner des cousettes techniques et qui font progresser et la couture de jolis accessoires qui permet souvent d’utiliser de beaux tissus et de se faire ou de faire plaisir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *