Mine de rien à Rome – Mai de ma garde robe capsule 2017

Le principe de la garde robe capsule est de repousser ses limites en cousant douze pièces différentes dont certaines présentent pas mal de technicité. C’est le cas de la combinaison. En toute honnêteté, je n’avais jamais pensé à m’en coudre une et encore moins à en porter une, mais ça, c’était avant! Il fallait bien jouer le jeu jusqu’au bout. Quitte à porter une combinaison, je me voyais plus facilement en coudre une courte. Ca tombait bien, ma belle soeur pouvait me prêter le patron de la mine de rien. Et puis, partant à Rome en amoureux pour le week-end du 08 mai, c’était l’occasion toute trouvée.

J’ai choisi un coupon de mon stock : un joli lin bleu roi déniché au marché de Nogent sur marne. J’ai choisi un joli passepoil fleuri esprit liberty de la Droguerie et c’était parti. Alors là, ça a été couture de l’extrême! Déjà, il y a pas mal de pièces à décalquer. Entre le décalquage et la découpe du tissu, cela m’a pris une bonne après-midi.

Aime comme Mine de rien

J’ai voulu attaquer le montage et là, horreur, mes points étaient moches. J’ai essayé de changer la tension, l’aiguille, mais rien à faire. J’ai fini par démonter la canette, tout nettoyer et huiler à nouveau ma machine. Cette petite heure de mécanique était un bon investissement puisqu’après mes points étaient nickels.

J’ai respecté le tableau des mesures et coupé un S pour le haut et un M pour le bas. Afin de faciliter les boutonnières, j’ai entoilé les parementures du devant avec de l’entoilage souple et extensible dans les deux sens. Le montage du chemisier est assez rapide et à la fin de la deuxième journée de mon grand week-end, le chemisier était monté.

Aime comme Mine de rien

Prise d’un doute, je l’essaie et horreur, je ne le ferme pas… L’angoisse, surtout que ce n’est pas ma poitrine d’adolescente prépubère qui gêne… J’étais au bord de l’abandon quand mon amoureux m’a dit l’air de rien « ça ne te ressemble pas de laisser tomber »… Vexée, j’ai attaqué le montage du short.

Aime comme Mine de rien

Là aussi, le short se monte très facilement et c’était mon premier. J’ai utilisé une chute de biais France Duval Stalla pour ganser la fermeture éclair. A la fin de la soirée, le short était cousu, il ne restait que les revers et l’assemblage avec le haut.

Aime comme mine de rien

Aime comme mine de rien

J’ai lonnngguuueeeement réfléchi et opté pour une bidouille : j’ai réduit l’ampleur des pinces à la taille tant en longueur qu’en largeur et là, miracle, le chemisier était enfin à la bonne taille (je n’y croyais plus). Ensuite, l’assemblage a été assez simple. Même les boutonnières ont été rapides à coudre. La première est légèrement décalée mais le tissu est fragile et découdre était très risqué.

Aime comme mine de rien

Après avoir cousu les boutons à la main, j’ai essayé la combinaison et j’étais plutôt satisfaite. Restait un gros point noir, les parementures avaient tendance à remonter notamment dans le dos, en mode quasimodo. J’ai donc cousu à la main à point invisibles les parementures devant. Dans le dos, cela ne convenait pas, j’ai donc cranté à plusieurs endroits la parementure du dos et surfilé à nouveau. Après ces petites modifications pas très académiques, ma combinaison était au point.

Le crantage :
Aime comme mine de rien

IMG_5560

A ma grande surprise, j’ai adoré porté ma combinaison. Elle est parfaite pour les chaleurs et je la trouve plutôt flatteuse pour ma silhouette. Et j’avoue je me suis fait plaisir en faisant la séance photo dans les rues de Rome 😉 Seul petit bémol, je trouve le haut un peu ample mais c’est sûrement lié à mon choix d’un tissu 100% lin qui manque un peu de souplesse.

Aime comme Mine de rien

Mine de rien, on a été à Rome !!!

Aime comme Mine de rien

Aime comme mine de rien

Aime comme mine de rien

Aime comme mine de rien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *