Miss Violette

Depuis quelques mois, j’avais très envie de coudre la blouse violette de Dessine moi un patron qu’on a vu fleurir un peu partout sur instagram et sur les blogs. Le dos boutonné avec le pli creux fait tout son charme à ce joli modèle. J’ai résisté plusieurs mois et j’ai craqué avec l’arrivée de l’automne et de l’hiver. Je suis un peu en panne de hauts pour l’hiver et je n’avais pas envie de les acheter dans le commerce. C’était l’excuse toute trouvée pour m’acheter le patron (comme s’il m’en fallait une).

violette

Après est venu le choix cornélien du tissu. J’ai eu envie de tester le crêpe, pour varier un peu du jersey et du coton. J’ai acheté ce crêpe vieux rose chez Rascol, une très belle qualité pour un prix très raisonnable. Il a d’ailleurs été très solidaire au fil de la couture de cette blouse 😉 Petit plus très appréciable, le site propose automatiquement une bobine de fil assortie à la couleur du tissu choisi. Cette couleur allait parfaitement avec des chutes de passepoil noir irisé (vestiges d’une virée parisienne chez Fil 2000) et des petits boutons noirs brillants provenant de la dernière box des couturières d’Ernest est céleste en 2014.

blouse violette

J’ai choisi une taille 38, conformément au tableau des mesures. Point positif, les marges de couture classiques sont comprises dans le patron. Il n’y a que 6 pièces à découper, c’est donc une affaire rondement menée. J’ai rallongé la longueur de la blouse de 10 cm, j’aime mes blouses un peu longues. Autre modification, j’ai entoilé la parementure devant et les bords de la partie supérieure gauche du dos où devaient être cousues les boutonnières, avec de la vlieseline thermocollante fine bi-élastique. Cette étape n’est pas proposée dans la notice mais je craignais que la parementure d’encolure ne se tienne pas assez. Et puis, j’ai appris à mes dépens en cousant la robe Pachira qu’il faut toujours entoiler des boutonnières.

blouse violette

J’ai surfilé l’intégralité des pièces à la surjeteuse pour des finitions internes nettes. Cousant pour la première fois ce patron, je n’ai pas osé le modifier pour des coutures anglaises, on verra pour une prochaine fois (car il y en aura une, c’est sûr). Le montage est bien expliqué et les repères de montage coïncident parfaitement, c’est un vrai plaisir! Autre légère modification, j’ai sous-piqué la couture de la parementure d’encolure pour qu’elle tienne bien en place. Pour la prochaine version, je remonterai les pinces poitrine d’1,5 cm car elles sont un peu basses pour moi. Et grosse frustration, je n’ai pas eu le temps de finir avant mon départ en vacances grrr. Bon, je ne vais pas me plaindre, un séjour à Londres avec mon amoureux et mes lutins, c’est top !

Violette a donc attendu 15 jours entre les vacances et les contraintes du boulot. J’ai repris à la couture des boutonnières. Là, il fait être minutieuse car les boutonnières doivent être bien placées par rapport à la couture du pli creux. Le patron ne prévoit pas de repères pour les boutonnières, j’ai donc du les placer moi-même. J’ai cousu une boutonnière test pour en mesure la longueur (ma machine à le bon goût de les coudre très bien toute seule) et ensuite, je les ai réparties sur la pièce à grand renfort de crayola (la participation involontaire et régulière de mes lutins à ma couture) en n’oubliant pas la marge de couture avec la deuxième pièce du dos (le genre d’erreur que je fais facilement). J’ai cousu les deux premières boutonnières sans souci et pour la dernière, ma machine était fâchée. J’ai bien dû la recommencer 5 ou 6 fois car Germaine la cousait toute petite et très serrée. Après m’être acharnée, j’ai légèrement décalé ma boutonnière en hauteur (tant pis pour mes savants calculs) et j’ai pris la pièce dans l’autre sens pour la coudre et zou!

blouse violette

La suite du montage a eu lieu sans difficulté, même la résorption de l’embu des manches. J’ai eu un peu de mal à coudre l’ourlet du bas, je n’ai pas voulu poser de biais rapporté et j’ai du m’y reprendre à deux ou trois fois avant de trouver mon ourlet marqué au fer satisfaisant. Et enfin, j’ai cousu à la main les trois petits boutons noirs. J’ai été un peu désarçonnée car je n’avais jamais cousu ce type de bouton (avec un petit cercle de mousse à l’arrière) et l’un d’eux avait été un peu endommagé par le pied spécial de la machine à coudre je pense.

blouse violette

Verdict : c’est une blouse très agréable à porter et facile à assortir avec une jupe, ou un jean. Evidemment, j’ai déjà une autre version en tête mais ma liste de projets est tellement longue que je ne sais pas quand je la coudrai 😉

blouse violette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *