Mon inédite

J’aime beaucoup les patrons de la jolie girafe.Les modèles sont jolis, bien expliqués et à prix tout doux. Je surmonte donc régulièrement ma crainte du pdf pour craquer sur ses modèles. Après trois réalisations du basic 3 ici, ici ou ici, j’avais flashé sur l’inédit. L’encolure originale me plaisait beaucoup. Je réfléchissais depuis un moment au choix du tissu quand la réponse est venue d’un coup : le sweat atelier brunette acheté lors de sa sortie. J’ai eu un coup de foudre sur les couleurs et l’imprimé mais évidemment, ce trésor est resté rangé de peur de le gâcher.

Et avec le retour de l’automne, j’ai eu envie de douceur et de chaleur. J’ai donc décidé de me coudre l’inédit en version robe. Le scotchage, découpage du patron a été laborieux. J’avais acheté du masking tape chez hema, attirée par son prix et bien, j’ai regretté. Il ne tient pas du tout et j’ai du tout rafistoler au scotch (perte de temps maximale). Pour la parementure, j’ai découpé de la viscose linna morata, dans les chutes du Moelleux offert à ma mère. Suivant les conseils du livret, j’ai rajouté 2 cm en longueur et 2 cm sur la largeur de la bande de finition de la robe mais elle supporterait encore quelques centimètres de plus.

J’ai attaqué tranquillement le montage en plusieurs temps. J’ai jonglé entre la machine à coudre et la surjeteuse selon les coutures à réaliser. Je préfère nettement utiliser la surjeteuse pour les tissus mailles mais certaines coutures étaient trop minutieuses pour être réalisées avec elle.

La couture du passepoil m’a évidemment pris du temps pour qu’elle soit bien réussie. L’utilisation du formband aide nettement à réussir cette étape. J’ai beaucoup aimé l’association avec mes parementures et c’est le genre de petit détail que j’aime soigner.

IMG_7285

La couture de la robe est très simple et il suffit de se laisser guider par les nombreux crans de montage. J’ai un peu galéré sur ce coup-là car j’avais coupé le projet il y a quinze jours au moins. Mes marquages au savon en ont un peu souffert mais rien de tragique. En deux heures environ, j’avais fini le reste du montage.

J’ai légèrement modifié les manches, en rajoutant des bracelets de manche d’une largeur de 10 cm, et calculé leur largeur selon les indications de « Coudre le stretch ».

L'inédit

L'inédit

L'inédit

L'inédit

Je suis séduite, conquise par cette robe. J’aime beaucoup cette encolure et ne regrette pas de l’avoir passepoilée (j’avais un peu peur que ce soit too much).

L'inédit

C’est une vraie robe doudou et l’alliance entre le patron et cette merveille de sweat Atelier Brunette y est pour beaucoup. Avec un collant opaque, je peux la porter au boulot même si 5 centimètres de plus n’auraient pas été de trop. Elle s’accessoirise très facilement avec une paire de baskets, de boots ou de talon (grrr je n’ai plus de bottes noires).

Avec les bottines à talons :
L'inédit

Avec les boots plates :
L'inédit

Bref, je suis très contente de cette cousette. Il me reste un joli coupon de sweat atelier brunette gris pâle à pois roses clairs irisés, je vais devoir décider quoi en faire…

2 réflexions au sujet de « Mon inédite »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *