Montmartre 2.0

Après ma première version du Montmartre réalisée pour le Printemps, je savais qu’il y en aurait une deuxième version. Cette veste est très facile à coudre pour un résultat satisfaisant mais elle taille petit. En effet, ma version était cousue en S dans une gabardine un peu souple et est trop serrée aux bras. Pourtant, je n’ai pas les bras très musclés et mes deux vestes Mina (ici et ici) sont cousues en S.

J’ai décidé d’en coudre une en version mi-saison. J’ai décalqué à nouveau le patron en taille M, élargi et rallongé les bras. J’ai choisi un lainage gris France Duval Stalla, autant être sûre de la qualité, et j’ai beaucoup réfléchi sur la doublure. Ce manteau est assez gourmand donc je n’avais pas de coupon suffisant dans mon stock. J’ai pensé au Liberty mais cela faisait un métrage tellement important que j’ai renoncé. J’ai finalement choisi une jolie batiste grise à pois argentés irréguliers chez Alice Boulay, découverte sur Instagram.

IMG_2205

La coupe m’a pris pas mal de temps puisque j’ai d’abord décati mon lainage et reporté mes modifications. Cela m’a bien pris 3 heures pour le faire soigneusement. La couture a en revanche été assez simple même si je suis bien loin des 03h30 indiquées sur le livret 😉 En maman qui travaille, j’ai profité des vacances pour coudre mon manteau durant les pauses dessins animés accordées à mes lutins en fin de journée et il s’est monté gentiment.

IMG_2173

J’ai inversé la doublure et l’intérieur des poches lors du montage. J’avais lu un peu vite et une fois la découpe de la poche faite après couture, pas moyen de revenir en arrière. Du coup, mes doublures sont visibles et cela me plaît bien plus, cela réveille un peu le gris de ce manteau.

Le montage des enformes est astucieux mais un peu déconcertant. Il faut simplement faire confiance au patron et les plis apparaissent comme par magie là où ils doivent être. J’ai surpiqué les coutures d’assemblage parementure doublure pour une plus jolie finition et m’assurer que les surplus de couture ne bougeraient pas.

Comme toujours, l’épinglage final est un peu fastidieux avec la couture de longues lignes. Et d’un coup, comme par magie, le manteau apparaît ! Ensuite, j’ai dégarni mes coutures, cranté les arrondis et fermé à la main l’ouverture laissée pour retourner la veste.

IMG_2194

Je suis plutôt satisfaite de ce manteau. Sa ligne est très jolie, ma réalisation réussie mais la coupe ne me convient pas totalement. Je peux difficilement lever les bras et quand on a deux lutins à promener, ou à emmener au parc, on doit pouvoir bouger dans ses vêtements. Je suis sûre que je vais porter mon Montmartre 2.0 maintenant que les températures ressemblent réellement aux températures d’automne (après l’été tardif et l’hiver précoce).

Aime comme Montmartre

Avec ma jolie broche nuage tissée en brickstitch:
Aime comme Montmartre

Aime comme Montmartre

Avec la coiffure du dimanche 😉
Aime comme Montmartre

Aime comme Montmartre

Je reste cependant un peu sur ma faim sur la couture d’un manteau du quotidien et je réfléchis sérieusement à me coudre le manteau Ninon de Chez Machine… En même temps, une couturière sans projet, est-ce bien possible?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *