On n’a jamais trop de confortables !

Après deux ans de couture, j’essaie d’être plus raisonnable dans le choix de mes projets. Au début, j’ai été guidée par mes coups de coeur patrons et tissus avec forcément des déceptions et des projets que je porte peu. J’ai donc décidé de mieux réfléchir à mes projets de vêtements pour ne coudre que des réalisations adaptées à mes besoins ou à ceux de mes enfants. J’ai fait un bilan de ma garde robe automne-hiver et après avoir cousu beaucoup de robes, je me rends compte que je manque de hauts.

Avec le froid qui arrive, j’avais envie d’un haut doudou et le confortable m’a semblé tout indiqué. Et j’ai eu la chance d’avoir une carte cadeau chez France Duval Stalla pour mon anniversaire. Entre autres merveilles, j’ai choisi du matelassé couleur bleuet (mon premier choix était le blanc mais avec deux lutins ce n’était pas franchement raisonnable). Comme je l’ai déjà réalisé trois fois, je savais quelles modifications je voulais faire.

le confortable

Tout d’abord, j’ai légèrement modifié l’encolure car l’encolure de base laisse systématiquement voir ma bretelle de soutien-gorge (pas très classe). Du coup, j’ai allongé de 3 cm la longueur des épaules sur les pièce devant et dos, réduisant ainsi l’ampleur de l’encolure. Une fois cousu le corps de mon confortable, il était bien trop large. J’avais hésité à supprimer les marges de couture côté mais ça m’avait joué des tours sur ma deuxième version. Malgré l’élasthanne, j’ai donc laissé les marges de couture pour éviter une grosse déception avec un projet trop petit dans ce beau tissu. J’ai enlevé environ 1,5 cm sur les bras et le corps et repassé ma surjeteuse, là c’était le fit parfait, juste l’ampleur qu’il faut pour lutter contre l’effet robe de chambre. J’ai enfin légèrement redessiné le bas pour donner un effet un peu arrondi.

le confortable

Conformément aux instructions, j’ai cousu un ourlet rapporté pour l’encolure. J’ai cédé à mon addiction pour le biais liberty, du Wilshire bleu et gris. J’ai hésité ensuite à faire des ourlets classiques pour les manches et le bas du sweat-shirt. Seulement, j’avais oublié de surfiler le bas des pièces et un ourlet à double rentré était bien trop épais. J’ai donc aussi posé du biais rapporté, ce qui a l’avantage de le faire ressortir si je roule les manches. Evidemment, ça a rallongé le temps de couture mais les jolies finitions, on en profite tous les jours.

img_6689

le confortable

le confortable

Et voilà mon nouveau sweat doudou ! Winter is coming mais je suis prête à l’affronter :-)

4 réflexions au sujet de « On n’a jamais trop de confortables ! »

  1. J’avais fait ce patron, et effectivement, pour l’hiver, j’avais trouvé que l’encolure était très (peut-être même trop) dégagée. Du coup, je ne l’avais pas réduite, mais j’y avais ajouté un col. Ta version est jolie car elle est bien ajustée sur toi, et j’ai été intriguée parce que du coup, elle ne ressemble plus beaucoup au confortable. Jolie adaptation en tout cas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *