Vertige de l’amour

Toujours dans l’optique de me préparer une jolie gare-robe post baby-bump, j’ai eu envie d’une deuxième blouse qui se boutonne sur le devant. Mon premier accouchement a eu lieu par césarienne et j’ai vite découvert que les hauts boutonnés étaient indispensables. J’ai eu beaucoup de plaisir à coudre ma blouse Envol et j’avais envie d’un deuxième modèle différent, tout en évitant un haut trop serré qui souligne mon ventre etc.

J’ai donc opté pour la blouse vertige (encore l’Atelier Scammit humhum), dont j’ai lu beaucoup de bien sur la toile. Là aussi, de nombreuses versions sont possibles mais j’avais une idée bien précise en tête : boutonnée devant et avec froufrou. Côté tissu, j’ai décidé de coudre une toile portable avec un coton lavé acheté chez Zodio. J’ai choisi du jaune pour apporter un peu de couleur aux futures cernes et répondre à l’appel annuel de Chez Machine pour faire du bruit contre l’endométriose. Enfin, je suis partie sur une taille 40, une taille supplémentaire à ma taille habituelle pour m’assurer un certain confort.

IMG_4120

Le patron comporte 5 pièces, marges comprises, donc le décalquage est très rapide ainsi que la découpe. J’ai immédiatement renforcé au thermocollant le devant droit selon les indications du patron.

Seule modification, j’ai utilisé un biais tout fait et non un biais réalisé à partir du tissu comme préconisé par Johanna. Faire du biais est assez gourmand et il me restait suffisamment de métrage pour coudre un autre projet dans mon coupon. J’ai donc pioché dans mon stock de biais, que j’alimente régulièrement, un reste de biais Liberty Mitsy rose, qui fonctionne très bien avec le jaune comme me l’avait démontré ma robe Idoia cousue l’an dernier.

Je n’ai pas suivi la technique de l’ourlet mouchoir proposée par Johanna et j’ai utilisé mon pied à ourlet roulé fourni avec ma Pfaff. Il faut un peu d’entraînement je pense pour un ourlet roulé parfaitement régulier mais le résultat est très propre. Maintenant que j’ai découvert son utilité, je vais le rentabiliser !

Les joies des fronces :

IMG_4116

Pour le reste, j’ai suivi le pas à pas et le tutoriel vidéo. ce dernier est très bien fait et évite les grosses boulettes d’inattention ou d’étourderie. Attention, ce projet paraît faussement simple alors même qu’il est bien indiqué qu’il a un niveau intermédiaire. Il y a des fronces, des empiècements, la technique du fourreau et le froufrou nécessite une certaine minutie pour être proprement assemblé.

Comme toujours chez Atelier Scammit, les finitions sont au top. Il n’y a aucune couture apparente à l’intérieur du vêtement, exception faite des ourlets. D’ailleurs, ces derniers sont très fins et impliquent une vraie précision pour être jolis. C’est du coup, un projet qui demande du temps pour être réussi mais je le trouve très gratifiant.

IMG_4135

IMG_4138

IMG_4139

J’ai hésité pour les boutons et finalement choisi des jolis boutons en nacre comme toujours. J’ai aussi maintenu au point invisible à la main les froufrous en place sur le devant comme conseillé dans le livret.

Blouse Vertige

Blouse Vertige

Je suis ravie de cette blouse qui me plaît beaucoup. Elle a un joli côté printanier, surtout en jaune, et un sacré potentiel. J’imagine déjà plein d’autres versions mais je vais déjà attendre de rentrer dedans pour en coudre d’autres 😉 Vous l’avez compris, les photos portées vont devoir attendre encore un peu…

Et en prime, les petits cadeaux pour une amie chère, toujours dans les tons jaunes : des lingettes dématquillantes en éponge de bambou et liberty avec leur petit pochon assorti selon le tutoriel d’Alice de Mes petites coutures :

432B6598-8D87-4235-A7DC-502E63426626

24539934-CC04-4E03-B93E-2DD6C8D33932

0DBCB192-D9D2-42C7-ACBE-ED963C711053

Virevolte, la jolie robe

Depuis quelques mois, j’ai cousu à plusieurs reprises des patrons de la marque Atelier Scammit. C’est un vrai plaisir au regard des coupes flatteuses, de la qualité des patrons et des vidéos de montage. J’ai pas mal rentabilisé ceux que j’avais et j’ai eu envie d’en tester d’autres (on n’a jamais trop de patrons). J’en ai donc commandé trois, au diable l’avarice, dont le patron virevolte. Il ne m’avait pas emballée au départ, craignant l’effet montgolfière des fronces.

Après avoir vu de très jolies versions de ce patron, en blouse et en robe, j’ai craqué. Et puis, les fronces sont aujourd’hui bien adaptées à ma silhouette et je pense qu’elles le seront tout autant dans quelques semaines. Honnêtement, je m’attends à avoir des kilos à perdre et je me suis cousu quelques pièces en conséquence pour cette période de transition où l’on se sent rarement à son avantage.

J’ai choisi de coudre la version robe à manches courtes et revers, agrémentées d’un froufrou sur l’épaule. Afin de tenir compte de la place pour mon petit locataire et de mes kilos en plus, je suis partie sur une taille 40. Il y a assez peu de pièces et le patron est marges comprises ce qui est un réel confort. Côté tissu, j’ai choisi d’utiliser un coupon de la vente de février chez couturette, une jolie microfibre dans les tons caramels avec du doré, du bleu et du vert. Avec les fronces, ce modèle est assez gourmand en tissu et il faut bien deux mètres. La découpe du biais dans le tissu reste délicate surtout quand on a choisi un tissu fluide comme moi. En même temps, je suis sceptique sur le rendu avec un coton raide 😉

IMG_3981

Le montage est finalement assez simple, surtout en visionnant la vidéo au fur et à mesure. Ma vraie difficulté a été dans l’assemblage des jupes froncées et des tops. La pointe de mon V n’est pas parfaite mais je suis plutôt satisfaite du résultat. J’ai aussi testé pour la première fois la technique du biais simplifié pour l’encolure et le résultat est effectivement très propre.

Le froufrou aux épaules :
IMG_3986

Cette robe a été cousue en une bonne journée, découpe du tissu compris. C’est donc un projet assez rapide mais qui nécessite de la minutie et de la concentration. Comme toujours, les finitions intérieures sont nickels : coutures anglaises, surjets ou biais à cheval, le vêtement est aussi beau dedans que dehors! Attention pour les débutants, il y a quand même pas mal de techniques à utiliser!

Robe virevolte

Robe virevolte

Robe virevolte

Robe virevolte

Le résultat est ce que j’espérais : une jolie robe féminine tout en étant confortable et évolutive pour les prochains mois. Il y aura sûrement d’autres réalisations mais vraisemblablement dans une taille en dessous dans un futur un peu lointain. J’ai bien envie de me laisser tenter par la blouse à manches longues… Et vous?

Zéphir version robe

J’avais à peine fini ma blouse Zéphir que j’avais déjà en tête une version robe. Seulement, je n’avais pas en stock le métrage nécessaire pour la réaliser. J’ai donc profité d’un week-end en amoureux à Bordeaux pour me risquer dans ce lieu de perdition qu’est La Droguerie.

J’ai déjà eu l’occasion de coudre un de leurs tissus et c’est un vrai plaisir. Le deuxième avantage est qu’on ne le voit pas sur toutes les dernières cousettes, offrant ainsi ce qu’on recherche en cousant nous-même nos vêtements, une pièce unique. Alors c’est vrai, ils sont relativement chers mais ils ne bougent pas au fil des lavages et ça vaut le coup. J’avais craqué sur un premier tissu fleuri, un coton souple mais il n’en restait pas assez. J’ai reporté mon choix sur une jolie viscose fleurie qui attend son heure. Pour tout vous dire, j’ai flashé sur la version bleue marine au départ mais j’en ai déjà un coupon pour un projet de printemps. J’ai donc décidé de la prendre en bleu clair et je n’ai pas regretté.

J’ai cousu ma version robe en 40 pour un effet oversize. J’avais prévu de rallonger l’empiècement du haut mais je me suis plantée en découpant (les erreurs d’inattention, ça ne pardonne pas). La découpe a été un peu longue, même s’il y a peu de pièces, car la viscose nécessite d’être stabilisée.

IMG_2569

Après cette étape délicate, tout a roulé. J’ai cousu ma robe en plusieurs étapes sur une semaine, me limitant parfois à des séances de 20 minutes en fonction de ma fatigue. A nouveau, j’ai bordé de biais à cheval mes coutures d’emmanchures. J’adore cette finition et avec la doublure intégrale de l’empiècement, j’avais peur que la couture anglaise ne crée un surplus disgracieux.

J’ai également fait les ourlets des manches et de la jupe au biais rapporté. L’ourlet de la jupe est réalisée avec un biais couleur citrouille, une ancienne collection première étoile (excellent rapport qualité prix chez motif personnel) et les autres dans un coloris bleu denim. C’était parfait pour rappeler les couleurs de la robe (même s’il n’y a que moi qui le vois, je le sais et j’aime ça).

IMG_2641-001

Je suis ravie de cette robe tellement agréable à porter. L’homme trouvait qu’elle faisait mémère mais avec une paire de bottes et un gilet, elle me plaît beaucoup. Il y aura sûrement une troisième version, mais je vais y réfléchir tranquillement.

Robe Zéphir

Robe Zéphir

Robe Zéphir

Robe Zéphir

Petit mot de la fin, j’ai eu la chance de rencontrer Johanna, la créatrice de la marque d’Atelier Scämmit au CSF et de pouvoir échanger avec elle. Sa gentillesse et sa grande disponibilité m’ont beaucoup impressionnée. J’aimais déjà beaucoup cette marque mais je suis encore plus convaincue depuis :-)

Ma Blouse Zéphir

Avec l’automne qui doit arriver, j’ai relancé la production de blouses et tops. Une jolie blouse sur un jean, ça fait tout de suite son effet, y compris avec un gros gilet en hiver. Ayant cousu trois versions de la blouse Stockholm, j’ai eu envie de tester un autre patron d’Atelier Scämmit. J’ai décidé de sortir de ma zone de confort avec cette blouse un peu ample et sans pince poitrine.

Avant de couper dans mes précieux, j’ai décidé de couper une toile normalement portable, en crêpe noir de chez Rascol. J’aime beaucoup le rapport qualité-prix de ce crêpe qui se coud très bien, je l’ai déjà cousu dans quatre couleurs! M’étant trouvée un peu serrée à la poitrine dans ma blouse Be Pretty réalisée en 38, j’ai coupé une taille 40.

IMG_1992

Cette fois-ci, j’ai fait ma bonne élève et j’ai réalisé ma couture en suivant le pas-à-pas vidéo proposé par la marque. J’ai appris pas mal de choses sur le plan technique : mon V est nettement plus réussi (mais pas parfait encore) et j’ai enfin réussi à réaliser la technique du fourreau ! Bon, ça n’a pas été facile du tout cette affaire. Au début, je n’avais rien compris du tout et mes pièces étaient impossibles à retourner. J’ai tout défait et visionné la vidéo au moins 10 fois avant d’y arriver. En fait, il manque une précision à mon avis essentielle : la couture sur tout le long des hauts extérieurs et doublure, d’assemblage avec la partie basse du top, passe elle-même par l’emmanchure. C’est donc assez difficile à réaliser et il faut prendre son temps car on fait passer toute la couture petit à petit par une des emmanchures. On a d’ailleurs intérêt à bien repasser les pièces avant pour éviter des petits plis.

Ensuite, je n’ai plus rencontré de difficultés techniques. J’avais initialement prévu les froufous aux poignets mais je n’étais pas totalement convaincue et surtout, cela a fait trop d’épaisseurs (trois épaisseurs de crêpe dont deux entoilées) pour une boutonnière à la machine. J’ai préféré finalement recouper en manches trois quarts toutes simples.

IMG_2155

Les ourlets des manches et du top sont cousus au biais rapporté (du liberty comme toujours). Je trouvais la longueur du top juste bonne et le biais rapporté permettait de ne pas perdre en longueur. D’ailleurs, sur une future version je rajouterai quelques centimètres en longueur. J’ai aussi gansé du même biais liberty les coutures d’emmanchures pour une finition nickel. C’est un peu plus long qu’un coup de surjeteuse mais c’est tellement plus joli et je trouvais dommage d’avoir le sentiment de bâcler les emmanchures en me limitant à un surjet.

IMG_2151

Je suis très contente de ma blouse Zéphir. Les finitions intérieures sont impeccables et ce crêpe noir a un beau tombé. Je trouve cette blouse très classe, sans faire endimanchée, et parfaite avec un jean ou un jupe. En plus, son ampleur est idéale pour les soirées raclette qui vont bientôt commencer 😉

IMG_2139

IMG_2138

IMG_2141

IMG_2147

IMG_2150

Il y aura d’autres versions et sûrement une version robe, il faut juste que je réfléchisse à mon prochain tissu!

Mon syndrome de Stockholm

La blouse Stockholm, c’est un très joli patron d’Atelier Scammit, une jolie blouse à manches raglans réalisables en chaîne et trame. J’aime beaucoup ce patron efficace, simple à monter, avec des finitions impeccables. J’en ai déjà cousu deux et je savais bien que je ne m’arrêterai pas là! Avec le soleil qui commence à pointer son nez, j’ai des envies de couleur et je voyais bien mon coupon de viscose jaune devenir un top Stockholm. Seulement, au moment de couper, je me suis aperçue que ma jolie viscose était totalement transparente! J’ai réfléchi à doubler ma blouse mais j’ai eu peur de la surépaisseur à l’encolure. Cette viscose jaune aura un autre avenir printanier mais je voulais toujours ma blouse Stockholm. J’ai récemment rangé mon stock de tissus et retrouvé quelques pépites comme une jolie viscose achetée l’année dernière chez Pretty Mercerie.

IMG_8769

J’ai découpé une taille 38, qui reste un peu large pour un rendu un peu loose. Côté modifications, j’ai repris les mêmes que la dernière fois : pinces poitrines abaissées de 3 cm, encolure dégagée de 3 cm et longueur rallongée de 8 cm. Cette jolie viscose est fuyante à la découpe et j’ai généreusement usé du fabulon. La réalisation est très rapide surtout avec l’aide de la vidéo de montage. Le tissu ayant un motif, je n’ai pas réalisé la fente dans le dos mais ce sera pour une prochaine fois!

L’encolure est finie dans un biais rapporté, une chute de biais Liberty betsy coloris fluo thé (on ne se refait pas). J’ai fait une double piqûre pour bien maintenir le biais et l’ourlet mais je reconnaîs que c’est un peu du bidouillage 😉 J’ai eu un peu de mal à coudre l’ourlet avec ce beau tissu fluide et j’hésite sérieusement à m’offrir le cours d’artesane sur la couture des tissus qui fâchent…

Le soleil a pointé son nez et on a filé faire des photos 😉

Blouse Stockholm

Blouse Stockholm

Blouse Stockholm

Blouse Stockholm

Blouse Stockholm

Blouse Stockholm

Blouse Stockholm

Blouse Stockholm

Encore une fois, j’aime beaucoup ma nouvelle version de la blouse Stockholm. Cet imprimé est vraiment joli et apporte un petit côté chic à ma blouse! Seule question, vais-je réussir à trouver le tissu jaune parfait pour ma blouse Stockholm de printemps?

Blouse Stockholm acte 2

Je vous l’avais bien dit qu’il y aurait des petites soeurs pour ma Stockholm. J’adore ma première version, qui a l’avantage d’être boulot compatible. J’ai très vite recommencé et cette fois dans une très jolie viscose vieux rose acheté au vide atelier de Mathilde Lhuiller sur Instagram. Ces vides ateliers sont parfois l’occasion d’acheter des patrons d’occasion ou des pépites en tissus. Pour celui-là, je n’ai pas hésité une seconde et miracle, c’était le premier oui!

Cette viscose a un tombé très agréable et souple, une douceur telle qu’on dirait presque de la soie. Alors forcément, elle n’est pas facile à dompter. J’ai donc usé de mon fabulon généreusement et de mes pinces à jersey pour éviter des trous irréparables. Côté modification, je l’ai rallongée de 8 cm et j’ai rallongé les manches de 22 cm. J’ai aussi creusé le décolleté par rapport à ma première version.

La couture a été plus longue cette fois-ci car j’ai cousu des biais à cheval sur les coutures d’emmanchure. Cela donne effectivement une très jolie finition mais la prochaine fois, je penserai à arrêter mon biais 1 cm avant la fin de la couture. Cela crée une surépaisseur au niveau de l’encolure et cela ajoute de la difficulté pour le biais rapporté. En revanche, l’intérieur de la blouse est très bien fini entre le biais à cheval sur les coutures d’emmanchure, les coutures anglaises, les ourlets à double rentré et le biais rapporté de l’encolure! Elle est aussi propre à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Blouse Stockholm

J’ai d’ailleurs cousu une deuxième fois mon biais d’encolure. Je l’avais cousu très près du bord libre et cela baillait un peu, c’était dommage. En le cousant moins près du bord libre, cela a modifié la répartition du poids du biais et ça ne baillait plus… Comme quoi, des fois le mieux est vraiment l’ennemi du bien! J’ai choisi un joli biais à imprimé coton de la droguerie, très souple et parfaitement coordonné avec la couleur de mon tissu. Il y avait le métrage suffisant pour l’encolure et les deux emmanchures, c’était parfait!

Blouse Stockholm

Blouse Stockholm

Blouse Stockholm

Au final, cette deuxième stockholm a un rendu un peu loose et elle me plaît beaucoup comme ça ! Elle est très agréable à porter, facile à assortir et également boulot compatible. Et en plus, elle s’entend très bien avec ma veste Mina d’amour! Maintenant, je vois des stockholms dans tous mes coupons de chaîne et trame 😉

Ma jolie Stockholm

L’an dernier, la marque atelier scämmit a offert le patron stockohlm en version pdf et lancé un joli concours. Bien que taguée sur Instagram par ma copine Lena et sa sublime version, je n’avais pas pris le temps de le coudre. Je n’arrivais pas à trouver une association de tissu avec ce patron et j’ai laissé tomber.

Et ces derniers temps, ma mission couture est de remplir mon tiroir de tops en jersey et en chaîne et trame. Je suis revenue assez naturellement vers le patron Stockholm pour une blouse un peu chic. J’ai un peu (comprendre beaucoup) fait des folies chez pretty mercerie alors pour compenser, j’essaie de réduire efficacement mon stock. J’ai donc pioché ce crêpe bleu marine acheté chez rascol. Il est très fluide, avec juste ce qu’il faut d’élasthane. Ma blouse violette est cousue dans le coloris vieux rose et elle est très agréable à porter.

Je ne suis pas fan du détail des manches, j’ai les poignets très fins voire maigres et ce genre de détail le souligne. Je me suis donc contentée de rallonger les manches de 15 cm, c’est un peu juste, d’ailleurs. Je n’ai pas cousu la fente du dos, je voulais une cousette rapide et facile à porter. Comme pour ma be pretty, j’ai coupé du 38 et c’est très bien.

La découpe a été assez rapide,puisqu’il n’y avait que 4 pièces à couper : 1 dos, 1 devant et les 2 manches. J’ai d’ailleurs rallongé le dos et le devant de 5 cm. J’aime que mes blouses soient un peu longues. Comme je n’ai pas pris le temps de relire attentivement la notice de montage, j’ai tout surjeté pour rien car le montage est en couture anglaise sauf s’agissant des emmanchures. La couture est très rapide même si j’ai du rouvrir mes coutures anglaises pour recouper les marges (je me fais avoir à chaque fois).

IMG_4447

L’encolure est cousue au biais rapporté. Je n’ai évidemment pas résisté au plaisir d’utiliser du biais Liberty. Cette encolure n’est pas gourmande alors une chute de biais Liberty Betsy coloris galet a largement suffi.

IMG_4534

IMG_4560

J’ai un peu plus galéré pour les ourlets du buste. J’ai eu un mal fou à les marquer droit. Bizarrement, je n’ai pas eu le problème sur les manches. Je m’y suis donc reprise à plusieurs fois avant de les piquer. Je suis séduite par le résultat. La coupe est très féminine et ce patron est très bien coupé. Je sais déjà que cette blouse aura des petites soeurs!

blouse Stocholm

Blouse Stockholm

Blouse Stockholm

Blouse Stockholm

PS : la coupe de cheveux, post jogging du dimanche matin, c’est cadeau 😉

IMG_4584 (2)

Be pretty voie lactée – Janvier de ma Garde robe capsule 2017

J’ai eu un énorme coup de coeur pour ce sergé de coton bleu nuit parsemé de pois dorés de la collection automne-hiver France Duval Stalla. Je n’ai pas hésité en recevant mon bon cadeau d’anniversaire, j’en ai pris un bon métrage pour me faire un haut. J’avais en tête une jolie blouse, un peu classe, qui se porterait aussi bien avec un jean qu’une jupe. J’avais initialement prévu d’en faire une blouse violette de dessine moi un patron mais j’ai changé d’avis. Ce serait une be pretty dont j’ai acheté le patron il y a un an sans jamais le réaliser! Ca a d’ailleurs été une évidence quand Clothilde a lancé le défi garde robe capsule 2017! Janvier serait le mois de ma Be Pretty.

IMG_3791

Malgré mon envie d’attaquer tout de suite, j’ai fait une toile, sans doublure, sans finition. Bilan de ma toile : la tunique en 38 est un peu trop ample mais la carrure épaule est bonne. J’ai donc réduit d’un centimètre l’ampleur de la tunique en partant du dessous des pinces poitrines, jusqu’à la taille. Les poignets de manche ne me plaisaient pas trop, j’ai les poignets très fins et ce genre de détail ne me va jamais. Les manches étaient forcément trop amples puisque prévues pour être resserrées par le poignet de manche boutonnée. J’ai donc enlevé 1,5 centimètre d’ampleur en traçant une ligne 8,5 cm en dessous de la couture d’emmanchure. J’ai rallongé 5 cm aux manches, j’aime que mes manches longues soient bien longues (je déteste le petit centimètre qui ne couvre pas le poignet et qui profite du vent en hiver).

J’avoue n’avoir rien compris aux instructions de montage de la parementure pour la version blouse. J’ai eu beau relire plusieurs fois, cela m’a paru très nébuleux. Alors que j’attaquais ma toile, la jolie girafe a posté sur instagram sa sublime version de la blouse Be pretty. Je lui ai demandé conseil car elle expliquait avoir eu beaucoup de mal avec la parementure. Elle m’a carrément conseillé de la doubler, ce qui avait aussi été l’option d’Alice de Mes petites coutures. J’ai donc sagement suivi leurs conseils avisés. Comme je n’avais pas prévu de tissu de doublure, j’ai farfouillé dans mon stock et déniché du coton première étoile coloris nude et de la batiste gris pâle France Duval Stalla. La doublure est donc composée de ces deux tissus (pas assez de métrage dans chacun de mes coupons) et nettement plus courte que la blouse elle-même (pour la même raison).

Après un surfilage minutieux à la surjeteuse et la corvée de rentrée les chaînettes de fil (la bagatelle d’une bonne heure et demie), j’ai attaqué le montage de ma blouse. La première partie ne pose pas de difficulté particulière si ce n’est la minutie sur les fronces (moins réussies sur la doublure d’ailleurs). J’ai bien positionné la doublure à l’intérieur avec ma centrale vapeur et je verrai à l’usage si une surpiqure est nécessaire pour qu’elle reste bien en place quand la blouse est portée.

J’ai cousu les ourlets des manches avant de les joindre au corps, c’est plus simple et nettement plus net. J’ai fatigué en arrivant à la couture des manches. J’ai eu beau bien résorber mon embu, mes épingles ont du considérer qu’elles avaient trop travaillé durant le week-end et elles sautaient les unes après les autres. Les manches étaient mal montées, une catastrophe, surtout qu’il y a un fort embu à résorber. J’ai donc tout démonté et changé d’angle d’attaque. J’ai réparti l’embu plus loin que les crans de montage et ça passait nettement mieux, c’est d’ailleurs ce que j’avais fait par distraction sur ma toile. J’ai bâti mes deux manches à la main et laissé reposer le tout plusieurs soirées d’affilée. En reprenant la couture à tête reposée, cela s’est fait sans grande difficulté et ma couture est tout à fait propre.

Il n’y avait plus qu’à coudre l’ourlet (un double rentré ce qu’il y a de plus classique) et tadam, une belle blouse. Verdict une fois cousue, je la trouve très élégante et très jolie, elle aurait peut-être mérité d’être un peu plus cintrée mais à voir à l’usage. Si je lui fais une petite soeur, je pense faire l’encolure au biais rapporté pour une couture plus rapide avec une jolie finition.

Pour ce premier projet de ma garde robe capsule, on a pris le temps de faire de jolies photos en extérieur. On a profité du soleil qui pointait le bout de son nez :-)

Be Pretty France Duval Stalla

Be Pretty France Duval Stalla

Be Pretty France Duval Stalla

L’empiècement passepoilé :
IMG_3916

L’ourlet de la doublure :
Be Pretty France DUval Stalla

Je me suis félicitée d’avoir cousu ma cousette dans les délais (finie le 25 sans tricher). J’ai prévu une autre pièce un peu technique en février, il faudra que je me repose en mars :-)

Be Pretty France Duval Stalla

Je couds ma garde-robe capsule 2017

J’ai immédiatement été séduite par le projet de garde robe capsule lancé par Clothilde du blog Clo piano sur Instagram. Le principe est simple, sélectionner 12 patrons pour 12 pièces différentes pour se coudre une garde robe sur mesure. Il s’agit donc de bien sélectionner ses patrons, les matières et de réfléchir aux différentes associations patrons, tissus et pièces entre elles évidemment. L’idée est que quand on coud, on coud beaucoup et souvent trop. Cela fait maintenant deux ans que je couds et s’il y a eu des réussites, il y a eu des flops ou des projets jamais portés (peu adaptés à ma morphologie, choix du tissu inadéquat pour la saison etc). Ce projet tombait pile dans ma réflexion sur une couture plus raisonnable et plus raisonnée. Et c’était aussi l’occasion de réaliser des patrons qui dorment gentiment dans mon stock. On les achète sur un coup de coeur et puis un autre projet s’impose et on finit par les oublier…

Haut chaîne et trame : la blouse be pretty, une évidence
C’est typiquement la patron coup de coeur que je n’ai pas pris le temps de réaliser. J’ai envie d’une belle blouse, bien classe que je puisse porter avec un jean ou une jupe. Je pense la coudre dans une merveille de France Duval Stalla (après une toile bien sûr).
2-blouse-be-pretty-atelier-scammit-sergé-France-Duval-Stalla-600x400

Manteau : le manteau Nelly de Coralie Bijasson créations
J’aime beaucoup la ligne féminine de ce patron que le Père Noël a déposé sous le sapin. J’aurais facilement pu craquer pour le précieux de la jolie girafe mais je pourrai toujours y succomber aussi 😉 J’ai en réserve depuis plus d’un an un très beau coupon de laine et cachemire bleu grisé des coupons de saint pierre et je couperai ma doublure dans un très beau chambray étoilé plein de peps de chez henry et henriette qui attend dans mon stock depuis bientôt deux ans.
patrons-patron-manteau-nelly-girly-mante-4669997-illu-nelly-v-ma-jpg-b778d_big

Haut jersey : Aime comme Moelleux de Aime comme Marie
J’adore ce patron, je l’ai déjà cousu 4 fois et je ne m’en lasse pas, c’est un basique très bien coupé. Cette version sera une version tee-shirt en jersey ajouré France Duval Stalla (qui attend son heure depuis le CSF de 2015) et en liberty mauvay, j’en trépigne déjà d’impatience.
Moelleux-femme-600x600

Chemise : Melilot de Deer and Doe
Je porte très peu de chemises mais j’aime beaucoup son style décontracté et ce sera l’occasion de me lancer un défi, ma première chemise! Pour la matière, je n’ai pas encore choisi.
patron-chemise-melilot

Jupe : Aime comme Mini ou 1001 perles ou Brume
Là, j’avoue que je suis dans l’indécision la plus totale… Cela dépendra sûrement du mois où je coudrais cette pièce et de mon stock.
Aime comme mini :
Mini-600x600
1001 perles :
1001 perles
Brume:
patron-jupe-brume

Short : Chataigne de Deer and Doe
J’ai récemment acheté le patron dans un vide atelier sur instagram. Je pense le réaliser en gabardine ou en sergé, dans un tissu qui ait de la tenue mais cela dépendra aussi de la saison où je le coudrai.
patron-short-chataigne

Robe : Rue de Sévigné de La droguerie
J’ai été littéralement conquise par ce patron et j’adore la première version que j’en ai cousu. Elle se porte aussi bien classe avec des bottes que casual avec un collant opaque et des boots. Et sa coupe correspond parfaitement à ma morphologie. Je vais donc oser couper dans un autre de mes précieux : mon modal Lili d’atelier brunette.
RobeS--vign--1-38

Veste : autre projet indécis, j’arbitrerai entre une nouvelle Aime comme Mina, un gilet Cannelle ou une veste Michelle
J’aime beaucoup ma Mina qui est une des pièces dont je suis les plus fières. Mon gilet cannelle est également très souvent porté et pourrait avoir un petit frère qui se plairait bien dans ma garde robe. Enfin, j’ai le patron de Michelle dans mon stock depuis longtemps mais je reste très indécise, j’ai peur que sa coupe n’aille pas à ma morphologie, j’essaierai une de celles cousues par ma copine Léna pour avoir une idée 😉
Aime comme Mina
Mina-600x600
Gilet cannelle de Christelle Beneytout :
visuel-_cannelle-300x300
Veste Michelle de République du chiffon
veste-michelle

Pantalon : Port trousers de Pauline Alice
J’ai tout de suite flashé sur ce patron de pantalon et ce sera l’un de mes défis (à coudre donc quand j’aurai du temps libre à revendre). Je n’ai pas de pantalon gris clair dans ma garde robe et ce sera l’occasion.
technicaldrawingport

Combinaison : Aime comme mine de rien
Sans la garde robe capsule, je n’aurai jamais osé me coudre une combinaison. Je me lance donc dans ce patron, en espérant que cela me conviendra et que cette combinaison sera portée. Ce sera sûrement une version printanière ou été (je ne peux pas la porter au travail) alors peut-être rose pâle ou vert pâle… à voir.
Mine-de-rien-600x600

Lingerie : ultimate pyjama sew over it

C’est exactement la forme que j’aime et je me prépare psychologiquement pour la séance de découpage et scotchage du PDF (grrr). Ce sera sûrement une version bien chaude en flanelle de coton, un pantalon doudou.
Ultimate-Pyjamas-New

Maillot de bain : ce sera un ensemble de lingerie Nora petit patron
Au prix des jolis tissus de maillot de bain et vu mon aisance limitée en maillot de bain ce sera un ensemble de lingerie à la place, vraisemblablement non photographié sur la bestiole. Je verrai si ce modèle qui me convient parfaitement à priori peut se transformer en maillot de bain avec le tissu adéquat.
Je n’ai pas réussi à copier l’image, il faudra donc aller voir sur le site 😉

Voici donc la liste à la Prévert des 12 pièces de ma garde robe capsule 2017. Evidemment, certaines vont changer, sûrement pour mieux s’harmoniser entre elles. J’ai alterné les pièces techniques (blouse be pretty, manteau, combinaison, chemise, pantalon) avec des pièces plus faciles ou déjà réalisées. Je vais aussi essayer de piocher au maximum dans mon stock de tissu qui grossit à vue d’oeil et fait froncer les sourcils de mon amoureux. Sur les patrons, je n’en ai que trois à acheter : le port trouser, Ultimate Pyjama et ensemble Nora. Le reste est déjà dans mon stock ou emprunté à des copines. J’ai alterné entre des marques que je connais déjà (aime comme marie, deer and doe, christelle beneytout, atelier scammit) et d’autres encore non réalisées (Pauline Alice, Sew over it, petit patron).

Bon, je vous laisse, je vais aller finir mon premier projet :-)

La chemise de nuit princesse aux petits pois

Après avoir cousu le pyjama cars du lutin, j’ai eu des plaintes de Pépette la chouette : Moi je n’ai jamais eu de pyjama. Evidemment, elle a oublié qu’elle a été bien plus largement gâtée sur son frère question cousettes. Je me serai bien lancée dans une mini-perle (ce patron me fait baver d’envie depuis des mois). je lui avais d’ailleurs montré un coupon d’une merveille de Linna morata : un velours milleraies rose tirant sur le mauve. Je me suis heurtée à un refus catégorique, la jeune fille avait en tête un coupon de jersey qui pique les yeux, imprimé avec des princesses, des châteaux et des chouettes. Lorsque j’avais acheté ce coupon chez Mamzelle Fourmi, au tout début de mes aventures de couturière, je n’avais pas vu que les couleurs étaient si flashys. Après négociation, nous sommes tombées d’accord sur un pyjama ou une chemise de nuit. J’ai eu juste assez pour la chemise de nuit que Pépette la chouette voulait très longue.

James version chemise de nuit

J’ai donc imprimé et découpé le patron, vérifié la taille sur le tableau des mensurations et élargi l’ampleur de 2 cm comme conseillé sur la notice de montage lorsque l’on souhaite en faire une robe ou une tunique. J’ai ensuite attaqué le montage à la surjeteuse. La couture des élastiques transparents sur les envers des dos et devants a été une vraie tannée et je ne suis pas trop satisfaite du résultat. La prochaine fois, je zapperai cette étape et ajouterai peut-être un biais jersey ou une bande de jersey contrastée comme je l’avais fait sur le premier pyjama de mon lutin. Je suis beaucoup plus satisfaite de ces finitions.

J’ai attaqué le montage en suivant les explications. Le positionnement du dos et du devant se fait très facilement grâce aux crans présents sur le patron. Les encolures américaines me font toujours peur et j’ai fait essayer le devant et le derrière juste épinglés avant couture à Pépette la chouette pour m’assurer qu’elle passait sa tête sans problèmes. J’ai ensuite cousu ces deux parties à la machine à coudre. J’ai effectué le reste des coutures à la surjeteuse, c’est vraiment magique! Les coutures sont faites proprement et rapidement, j’adore.

James version chemise de nuit

J’ai complètement oublié de coudre les bracelets de manche. Ils étaient rangés en hauteur, hors de ma vue. Du coup, j’ai fait un ourlet simple pour garder une longueur suffisante aux manches et piqué au pont droit. J’ai ajusté la longueur de la chemise de nuit, j’avais rajouté 25 cm en longueur et réalisé également un ourlet simple. Sitôt cousue, sitôt portée! Pépette la chouette a absolument voulu la mettre en sortant du bain malgré la présence des repères de couture. J’écris le nom des pièces et les repères au feutre crayola. Ca s’efface sans problème à la machine, même si les repères ont été repassés.

Sur les photos, on dirait qu’il y a un bec mais c’est dû aux aventures que vit cette chemise de nuit avec la demoiselle malgré mon repassage soigneux, snif :

James en chemise de nuit

James en chemise de nuit

Cette petite cousette rapide a rempli tous ses objectifs. La prochaine fois, je rajouterai un peu plus d’ampleur sur les côtés pour qu’elle ait plus d’aisance. En attendant, elle est très appréciée de la jeune fille et c’est ce qui compte! D’ailleurs, elle s’est choisi un look très Punky Brewster poue la séance photo :-)