Les soucis, on les règle la nuit

Je dois bien le reconnaître, sur ce coup-là, j’ai explosé mon délai de réalisation. Tout est parti d’un costume réalisé par ma copine Léna pour sa fille, le dit costume étant celui de Gluglu un des personnages des pyjamasques. C’est un dessin animé assez sympa avec des enfants qui deviennent des super héros grâce à des pyjamas magiques (si j’ai bien tout compris). Ma fille a adoré le costume et le dessin animé. Forcément, elle m’en a demandé un et… son frère aussi !

Pour celles qui ne connaissent pas, je vous présente les pyjamasques !
les-pyjamasques_100463038_1

les pyjamasques

Pépette la chouette voulait le costume de Gluglu :
carte-gluglu

Léna m’a prêté le patron et j’ai traîné… Je ne trouvais pas le courage de m’y atteler alors je me suis longtemps dit que ce serait le prochain projet. Première tentative cet été, je me rends compte qu’il me manque 20 cm de tissu sur mon coupon. J’ai racheté du jersey vert kiwi pour le corps et sapin pour les décorations (Mamzelle Fourmi) et j’ai encore laissé traîné, je sais, c’est mal! Et d’un coup, j’ai attaqué le plus facile, celui de ma fille pour lequel j’avais un patron.

Début de découpe, ça me paraît peu large même pour mon allumette… Vérification, il faut ajouter les marges de couture, 1,5 cm de chaque côté, ceci explique cela… Je redécoupe donc et ajoute des pattes de boutonnage dans le dos selon le conseil de Léna. Il est en effet impossible de couper au pli le devant et le dos si on respecte le droit fil. J’ai donc ajouté de chaque côté une bande de 4 cm de largeur sur 35 cm de longueur que j’ai replié en deux avant de piquer. J’ai ensuite cousu du scratch de chaque côté de ces demis dos (plus facile à manipuler que des fermetures éclairs). Bon, pour le fun, j’ai cousu les deux sur l’extérieur avant de comprendre que pour fermer correctement, il en fallait un à l’intérieur et un à l’extérieur.

J’ai tout monté à la surjeteuse, y compris l’encolure. Là, je me suis un peu plantée, j’ai mal positionné la bande au début et le couteau en a coupé un peu, du coup ça manque de régularité dans le dos… Ceci étant, la jeune fille n’est pas exigeante côté finition et ça fait le job. Deuxième gros écueil, le raccordement des deux demis dos après le scratch. J’aurais du bâtir… Et flemme oblige, je ne l’ai pas fait. J’ai mal positionné un des côtés et paf, un petit bec :-( Impossible de rattraper ça d’autant plus que c’était monté à la surjeteuse. J’ai voulu découdre mais clairement cela aurait trop fragilisé la couture. J’ai donc décidé d’assumer ce petit bec. Ce n’est pas joli mais ce n’est pas non plus monstrueux et puis bon, je n’avais pas de tissu pour recommencer!

Evidemment, j’ai rajouté une petite queue, comme pour le vrai gluglu, un triangle isocèle cousu à la machine à coudre pour le coup et rembourré avec de la bourre à coussin. Je l’ai pris dans la couture du bas du dos et zou galinette. Pour le reste, rien de spécial, montage à la surjeteuse et ourlet classique à l’aiguille double avec du fil mousse dans la cannette.

J’ai utilisé le patron du masque qui a clairement la forme de spiderman et l’ai agrémenté de triangles isocèles vers sapin, également rembourrés pour donner du volume, un petit coup d’ourlet et zou…

les pyjamasques

les pyjamasques

Mon lutin voulait quant à lui le costume de Yoyo :
carte-yoyo

J’ai ensuite réfléchi avant d’attaquer le costume de mon lutin, et pour cause, là, je n’avais pas de patron ! J’ai décalqué le legging Viola et le polo Paco, deux patrons de la maison victor en 4 ans. J’ai pris les mesures qui me paraissaient essentielles directement sur la bête : longueur des bras, longueur des jambes, longueur encolure entre jambes etc. Ensuite, j’ai attaqué l’adaptation sauvage des patrons pour en faire des combis. J’ai commencé par enlever la marge d’ourlet pour le polo ainsi que celle correspondant à la coulisse de l’élastique du legging. Puis, j’ai réduit proportionnellement jusqu’à arriver à la longueur encolure entrejambe et encolure entrefesse de mon lutin + 4 cm pour prévoir les marges de couture et de l’aisance suffisante pour gigoter dedans. Evidemment, j’avais posé le patron de la combi de sa grande soeur pour avoir une idée de l’angle entre les jambes et le buste. J’ai ajouté une patte de boutonnage plus simple, deux bandes de 2,5 cm de large avec un arrondi en bas permettant de replier sur l’intérieur. J’ai légèrement redessiné les jambes pour respecter les proportions du patron original. Et ensuite, soyons folle, j’ai découpé dans un beau jersey bio couleur blueberry que j’aurais bien gardé pour moi (Encore Mamzelle Fourmi).

Cette fois-ci, j’ai renforcé avec une vlieseline légère mes pattes de boutonnage et cousu le strach (deux fois le même côté du scratch pour vérifier si je suivais). Pour le coup, j’ai voulu m’assurer que le bas du dos serait propre. Clairement, mes pattes de boutonnage sauvage manquaient de précision car ce n’était pas nickel. J’ai bâti à la main puis cousu à la machine mais cela créait des pinces très moches. Après plusieurs tentatives, j’ai bâti proprement puis surpiqué à la machine. Alors oui, ça se voit mais c’est propre et c’est ce que je voulais.

J’ai été très minutieuse pour l’encolure. Encore une fois, j’ai suivi à la lettre les conseils de « Coudre le stretch ». J’ai contrôlé l’élasticité de mon jersey et appliqué sa méthode de calcul. J’ai fait attention à ne pas couper à la sauvage ma bande d’encolure et elle est presque parfaite (j’ai fait une reprise à la machine à coudre à un endroit).

Pour la cagoule, j’ai imprimé le gabarit papier pour faire des masques sur Internet que j’ai repris pour en faire une cagoule. J’ai ajouté des oreilles de chat en jersey bleu marine (l’art d’utiliser les chutes), rembourées également, que j’ai pris dans la couture centrale. Bon, j’ai cousu une première fois sans car j’avais oublié de les insérer.. Grrr, quelle tannée de découdre des coutures réalisées à la surjeteuse… J’ai fini par un ourlet double classique.

les pyjamasques

Après essayage des costumes, il a fallu attaquer la customisation, la touche finale qui fait la différence! J’ai délégué à mon amoureux les manipulations photoshop pour reproduire les écussons sur les poitrines des héros ainsi que les genouillères et coudières. Ensuite, tout a été découpé en thermocollant à la scanncut (je commence à bien la rentabiliser), un petit coup de centrale vapeur et c’était parti !

les pyjamasques

img_6328

Evidemment, ces costumes ne sont pas parfaits, mais j’en suis très fière. D’abord, le costume de mon lutin est ma première grosse bidouille maison et je suis contente de voir qu’elle fait le job. Ensuite, la joie dans leurs yeux et le plaisir qu’ils ont à jouer avec valait bien le nombre d’heures passés sur ce projet ! En revanche, j’ai eu beaucoup de mal à convaincre mon lutin que non, je ne me coudrais pas le costume de Bibou, le troisième pyjamasque 😉

les pyjamasques

Chasse au trésor pour enfants

Ca y est, pépette la chouette va avoir 6 ans! C’est fou comme ça passe vite! J’ai l’impression d’avoir ramené hier ce tout petit bébé fragile et de ne pas avoir vu le temps passer jusqu’à ce que boum, elle ait 6 ans. Je dis boum car 6 ans, c’est l’entrée au CP, les premiers passages de la petite souris et je réalise combien elle a grandi…

Pour sa fête d’anniversaire avec ses copines, elle savait précisément ce qu’elle voulait : un gâteau au chocolat décoré de smarties et de sucre glace, des crêpes et une chasse au trésor. Pour la partie pâtisserie, ça va, mais la chasse au trésor, c’est tout de suite plus de boulot. Et évidemment, j’ai voulu réaliser le trésor moi-même.

Première idée, faire des petits bracelets. J’ai vu les réalisations de mes copines Léna et Zazacam et je me suis dit pourquoi pas, surtout que l’an dernier, j’avais acheté un lot de trois pinces à bijoux chez fifi jolipois qui ont gentiment dormi depuis. De passage à Nantes, j’ai été me fournir à la droguerie en chaînette, breloques émaillées, connecteurs et fermoirs. Et depuis, je n’y ai pas touché… La veille de l’anniversaire, je me suis lancée, pas trop sûre de moi, je dois dire. Heureusement, Internet regorge de tutoriels avec photos très bien faits et j’ai réalisé les 4 bracelets en une bonne heure. après, le premier, j’avoue j’ai fini en regardant la télé…

Chaque bracelet est constitué d’une chaînette de 16 cm, d’un fermoir, et de deux étoiles en émail. Je voulais faire les quatre même pour éviter les histoires et jalousie, mais une des étoiles mauves (ils n’avaient plus de roses à la droguerie), avait un défaut et je ne pouvais pas l’enfiler sur le connecteur proprement. Du coup, j’ai remplacé par une étoile beige. Je croise les doigts pour éviter les larmes…

bracelet la droguerie

bracelets la droguerie

Seulement, si l’idée des bracelets me plaisait beaucoup, je ne me voyais pas en faire un pour mon lutin. Du coup, j’ai cherché une deuxième idée do it yourself.

J’ai finalement décidé de faire des mini tote bags. Pensant gagner du temps, je ne les ai pas doublés, erreur, car j’ai bien plus galéré sur les finitions… J’ai bidouillé un patron maison, un grand rectangle plié en deux et cousu sur les deux côtés à la surjeteuse, des anses à la façon des bretelles de débardeurs, un ourlet à double rentré pour le haut du sac et la couture des anses renforcée d’une croix systématiquement. Pour que ces petits sacs soient bien fonctionnels, j’ai posé une pression KAM entre les deux anses de manière à pouvoir les fermer. Comme rien ne se perd, j’ai utilisé des chutes de coton première étoile lavande et émeraude pour les réaliser.

intérieur des mini tote bags

Seulement, si ces petits sacs étaient très jolis, ils manquaient de pep’s pour plaire à des enfants. J’avais donc prévu de les customiser. Pour les filles, j’ai découpé à la scanncut un flex doré pailleté (happyflex) en forme de chat, dont le fichier est gentiment offert par la cocotte à carreaux et leurs prénoms. J’ai bien galéré pour les lettres, le tapis de découpe commence à fatiguer et la feuille de flex a tendance à bouger. Au troisième essai, j’en ai eu assez et elles ont, selon ce qui était découpé proprement, leur prénom en doré ou en doré pailleté.

mini tote bag chat

Et pour mon lutin, ça a été mon morceau de bravoure. J’ai réussi pour la première fois à convertir une image en format classique en image compatible avec la scanncut. Bon, j’ai eu un gros coup de pouce, mon amoureux, qui travaille mon autonomie sur l’usage de la scanncut, m’a tourné un tutoriel vidéo exprès. Et du premier coup, j’ai obtenu un beau krokmou découpé dans un flex noir. J’adore le résultat, il tranche bien sur ce sac vert. Son deuxième cadeau est une petite voiture cars parce que là, je ne sais pas faire (faut pas pousser hein).

mini tote bag krokmou

mini tote bags premi-re étoile chat et krokmou

J’ai ainsi constitué le trésor de cinq petits sacs en tissu au prénom de chaque enfant (pour éviter les disputes inutiles) contenant chacun un petit cadeau supplémentaire. Mon amoureux a créé les indices et le parcours de la chasse au trésor. Il a imprimé ces indices sur du papier imitation carte à l’ancienne et les a roulé et fermés avec un petit morceau de ruban bleu.

indices chasseu au trésor

Quand on a eu enfin fini tout ça, on se serait bien posés mais ding dong, la première copine est arrivée :-)

La famille Gecko

J’ai flashé sur le jersey bleu ciel imprimé gecko de The Sweet Mercerie. Je n’ai qu’un regret, avoir un peu trop hésité avant de passer ma commande et du coup, je n’ai pas pu en acheter pour moi aussi. Cet imprimé m’a tout de suite inspirée et j’ai su que j’en ferai un tee-shirt pour mon lutin et une robe bidouillage à partir du Trop Top kimono enfant d’Ivanne S pour Pépette la chouette.

La famille gecko

Je voulais un patron tout simple de tee-shirt pour mon lutin, à manches courtes car les beaux jours reviennent (en tous cas, je les attends). J’ai farfouillé et ai fini par porter mon choix sur le tee-shirt Thomas de La Maison Victor. Un col rond, des emmanchures classiques, tout ce que je voulais. J’ai donc découpé le tee-shirt en 3 ans. Et là, catastrophe, impossible de poser l’encolure correctement avec ma surjeteuse. J’ai décousu, recommencé mais rien n’y a fait. Mon encolure était horrible, irrégulière, impossible de ne pas le voir.

Tee-shirt Thomas La maison victor

Comme je suis déterminée (une vraie tête de mule), j’ai redécoupé un dos, un devant et une bande d’encolure. J’ai écouté les conseils de mon amoureux (parfois, ceux qui n’y connaissent pas grand chose sont plus lucides) et cousu tout bêtement l’encolure avec Germaine en utilisant le point extensible. J’ai mieux maîtrisé l’étirement de ma bande d’encolure qui a été plus régulier. Et aussi, j’ai abandonné en cours de route un des repères de La Maison Victor. Il était clairement mal placé et en utilisant uniquement les trois autres j’étirais de façon constante la bande. Je ne dirai pas que l’encolure est parfaite mais elle bien plus réussie et tout à fait acceptable ! Les ourlets ont été cousus en utilisant le point spécial pour ourlet sur tissu extensible de Germaine.

Tee-shirt Thomas La Maison Victor

Tee-shirt Thomas La Maison Victor

Passons à la robe, j’ai beaucoup aimé un modèle de robe de la nouvelle collection vertbaudet. Même si son prix n’était pas excessif, j’ai eu envie d’en bidouiller une moi-même plutôt que de l’acheter, même si je n’avais pas l’intention de la coudre réversible (il ne faut pas pousser hein).

robe vertbaudet

Je suis partie du patron du trop top d’Ivanne S (en 8 ans, sans marges de couture, pour du 7 ans dans le commerce) que j’ai rallongé de 7 cm. en l’évasant petit à petit d’1 cm de chaque côté à partir de la taille. Pour la jupe, j’ai fait tout simple en utilisant les chutes de chambray de ma robe chouchou de l’été dernier et de mon Miss. J’ai mesuré les côtés du tee-shirt évasés, et je pensais coudre des jupes en augmentant d’un tiers la largeur du tee-shirt. Seulement, ce n’était pas assez froncé. J’ai finalement ajouté la moitié de cette largeur et c’était plus satisfaisant. J’ai froncé avec deux fils de fronces mes jupes (je déteste ça et je vous passe les nombreux noms d’oiseaux que j’ai prononcés durant l’opération) puis les ai cousues au bas du tee-shirt à la surjeteuse pour des finitions nickels. J’avais prévu de rallonger les manches de 2 cm mais j’ai oublié en découpant. Enfin, l’encolure est posée au biais rapporté donc je lui ai rajouté 1 cm pour qu’elle ne baille pas trop (une chute de biais première étoile coloris meringue).

Trop Top Ivanne S version robe

J’ai monté cette robe assez rapidement sur la fin d’après-midi et durant une soirée match de foot. L’ourlet des jupes est un ourlet classique après avoir surjeté les bords pour plus de propreté. J’ai un peu galéré sur l’ourlet des manches. Et oui, les manches kimono, c’est joli mais faire un ourlet régulier, ce n’est pas simple. J’ai rajouté quelques points au niveau de la couture sous les bras pour être sûre que l’ourlet ne se retourne pas. Enfin, je me suis fait plaisir en ajoutant mon étiquette personnalisée.

Trop Top Ivanne S version robe

Le bilan de cette robe est positif. Je suis satisfaite de ma bidouille qui rend très bien et m’a permis d’utiliser intelligemment mes chutes de chambray. La prochaine fois, car il y aura une prochaine fois, c’est sûr, je rallongerai le tee-shirt de 3 cm uniquement et je ferai les jupes plus longues. J’essaierai de ne pas oublier de rallonger les manches pour des ourlets plus propres, sauf à ce que le tissu permette les revers de manches que j’aime beaucoup. Alors certes, ce n’est pas la robe réversible de vertbaudet mais une petite robe maison, avec ses défauts, cousue par une maman pour sa princesse et ça, c’est unique, non ?

J’ai inauguré sur ce tee-shirt mes étiquettes. J’ai enfin commandé des étiquettes à mon nom et j’adore. J’en avais envie depuis très longtemps sans oser. Sur les conseils de Léna, j’ai commandé chez Cotton trends, ils ont un choix de police très sympas et mes étiquettes sont en jersey et ne s’effilochent pas.

Trop Top Ivanne S version robe

Trop Top Ivanne S version robe, détail de l'étiquette

On s’est beaucoup amusés pendant la séance photo et mes deux lutins ont joué le jeu. Du coup, j’ai mitraillé :-)

La famille gecko

La famille gecko

La famille gecko

pyjama party

Mon lutin a eu trois ans, c’est fou comme ça passe vite ! Pour l’occasion, j’ai voulu lui coudre des pyjamas à son goût. Je me suis laissée convaincre par mon cher et tendre d’acheter du tissu imprimé cars. Je ne suis pas fan de ce type de tissus mais mon amoureux m’a rappelé que c’était l’anniversaire du petit bonhomme et pas le mien. J’ai donc trouvé mon bonheur sur ma petite mercerie.

Pyjama Cars

Pour le haut, j’ai utilisé le patron du tee shirt Smart Guitars (Ottobre n° 1/2015) en modifiant légèrement la longueur de la bande d’encolure (0.75 au lieu des 0.70 comme préconisé) et des bracelets de manche que j’ai doublés comme pour son précédent tee-shirt. J’ai utilisé du bord côte rouge pour réveiller ce tissu gris. J’ai monté tout le tee-shirt à la surjeteuse et réalisé l’ourlet à l’aiguille double avec ma machine à coudre avec des fils contrastés gris et rouge pour rappeler les motifs.

Pyjama Cars

Les choses se sont corsées pour le bas. Je voulais un bas de pyjama et je n’ai pas trouvé mon bonheur dans mon stock de patron ou sur internet. Du coup, j’y suis allée un peu à la sauvage. J’ai attrapé un bas de jogging du lutin et je l’ai décalqué en ajoutant les marges de couture et en le rallongeant de 2 cm (c’est une taille 2 ans qui commence à être un peu juste). J’ai rajouté des bracelets de cheville en bord côte et une ceinture en bord côte. Mon lutin n’est pas très épais et une ceinture en bord côte lui tient mieux à la taille sans le serrer autant qu’un élastique. Cette bidouille a été intégralement montée à la surjeteuse, je commence à savoir me servir de la bête.

Pyjama Cars de dos

J’ai retaillé le bas après les premières coutures et j’ai fait un peu serré aux chevilles. Les bracelets de cheville en bord côte lui tiennent presque trop bien aux chevilles et j’espère qu’ils vont se détendre un peu sinon, il ne portera pas longtemps le bas. D’ailleurs, quelle galère la couture des bracelets de cheville ! J’ai d’ailleurs compris qu’on pouvait soulever plus haut le pied de biche de la surjeteuse que jusqu’alors et ça m’a bien aidé.

Pyjama Cars

Aussitôt fini, aussitôt porté par mon lutin, les repères de couture étaient encore visibles mais ça lui était bien égal! Il était tout fier dans son pyjama cars. Du coup, Pépette la chouette a boudé et j’ai du lui promettre de lui en coudre un aussi avec des princesses… Facile, car j’ai déjà un coupon de jersey lillestof prévu pour ça !

Et voilà le résultat ! Du coup, je vais bientôt récidiver avec un coupon de jersey Papii à motifs camions (craquage aux soldes de motif personnel), toujours au goût du jeune homme! Et pour une fois, je n’ai pas trop galéré sur une cousette spéciale lutin!

Pyjama Cars