Anissa et moi

L’an dernier, j’ai cousu ma première combishort dans le cadre de la garde robe capsule, la Mine de rien de Aime comme Marie. J’ai alors découvert que j’aimais porter des combishorts l’été et que ça m’allait plutôt bien. J’avais à peine fini de la coudre que sortait Anissa, la combishort de Chez Machine. Le coup de foudre a été immédiat mais je me suis raisonnée : pas le temps d’en coudre une deuxième, patronthèque déjà monstrueuse etc. Seulement, elle est restée dans un coin de ma tête surtout en voyant toutes les versions fleurir sur Instagram, toutes plus jolies les unes que les autres. Alors, quand elle est revenue en stock en hiver, je n’ai pas hésité et je l’ai achetée (comme Clarisse et un autre patron que je n’ai pas encore eu le temps de réaliser).

La perspective d’un week-end prolongé dans le Sud au mois de Mai m’a fait sauter le pas et attaquer sa couture. Et puis, je voulais tester ce modèle pour coudre du jaune et répondre à l’appel de Chez Machine pour les endogirls (bon, j’ai cousu autre chose mais c’est une autre histoire). Evidemment, je voulais une toile portable (têtue comme une mule) et je n’avais pas le bon tissu dans mon stock (non, non, aucune mauvaise foi là-dedans). J’ai craqué pour du plumetis noir chez 36 Bobines qui offrait les frais de port (c’était un signe).

Combishort Anissa

Le patron se décalque très vite et il y a beaucoup de repères bien pensés. Et puis, la présentation est très maligne car la pochette de rangement du patron est grande et on peut y ranger ses pièces décalquées sans problème. Attention, il faut être très minutieux car les pièces devant et dos du buste se replient selon que l’on a choisi le boutonnage dos ou devant. Il faut donc être très vigilant en découpant le tissu. Bon, je préfère le boutonnage dos que je trouve ultra féminin mais l’association combishort et boutonnage dos, ça m’a fait peur. J’ai eu peur pour ma dignité en allant aux toilettes 😉 J’ai donc préféré le boutonnage devant.

Combishort Anissa

Le montage est très très bien pensé. La couture de la parementure au buste est déroutante mais la vidéo sur la chaîne youtube de Chez Machine est très claire et permet de comprendre sans souci. Honnêtement, sans la vidéo, je pense que je n’aurai pas compris. Et puis, cette vidéo est magique pour le montage de la coulisse. La technique est très propre et facile à réaliser, pour un résultat nickel. J’ai fait une double piqûre pour renforcer cette coulisse. Autre grand bon point d’Anissa, les manches se montent avec une facilité déconcertante, moi qui déteste résorber l’embû, j’ai beaucoup apprécié!

Mon seul problème est venu du montage des poches, elles baillaient terriblement une fois la combi enfilée. Alors je le reconnais, j’ai des hanches mais je sentais bien que ce n’était pas qu’une question de morphologie. J’ai défait ma coulisse et ai compris mon erreur : les pointes des shorts, prises dans la couture de la coulisse, étaient cousues dans le sens opposé à celui des fonds de poches. Forcément, cela créait une contrainte supplémentaire sur les poches. J’ai donc fait très attention en recousant ces parties et le résultat est bien plus net. La prochaine fois, je poserai un renfort droit fil comme conseillé par ma belle soeur, pour être sûre que ces coutures ne se déforment pas.

Pour celles qui se demandent pourquoi ce petit bouquet de fleurs jaunes, cette combishort a été cousue pendant l’opération lancée par Chez Machine : 50 nuances de jaune contre l’endométriose. Mes lutins m’ont spontanément fait ce bouquet avec le retour des beaux jours et j’ai trouvé ce bouquet parfait pour le petit détail jaune qui me tenait à coeur :

Combishort Anissa

Combishort Anissa
00

Combishort Anissa

Combishort Anissa

Combishort Anissa

Pour les jolis petits détails, j’ai cousu des boutons roses pailletés un chat sur un fil. J’ai littéralement craqué dessus et je trouve qu’ils apportent du peps à cette jolie combinaison. Et évidemment, j’ai choisi un cordon liberty pour la taille. A ma décharge, j’ai cherché de jolis cordons unis sur internet mais n’ai rien trouvé qui me plaisait.

Combishort Anissa

Combishort Anissa

Combishort Anissa

Alors bilan des opérations : je trouve le 38 un peu grand en haut. Ce type de vêtement ne doit pas être trop ajusté mais quand même, je la trouve un poil large. Anissa est très agréable à porter et je trouve cette coupe flatteuse pour la silhouette. Et puis, ce plumetis de coton est une merveille à travailler et à porter. Je pense que c’est la tenue idéale pour l’été. Elle se coud très rapidement et facilement si on ne fait pas le boulet comme moi 😉 Je ne regrette pas du tout d’avoir cédé aux chants d’Anissa et j’imagine la prochaine version en chambray, tencel ou lin-coton…

Clarisse, l’indispensable petite robe noire

Croyez le ou non, je n’ai pas de petite robe noire dans ma garde robe. J’ai bien ma Basic 3 de la jolie girafe, mais honnêtement, elle est franchement courte et relève plus de la tunique. Je suis donc partie en chasse d’une petite robe noire, toute simple, facile à assortir avec des chaussures à talon ou des baskets pour un look plus cool. Après maintes recherches sur la toile, j’ai craqué sur Clarisse, un des patrons phares de Chez Machine.

Je n’avais pas particulièrement remarqué la première version de ce patron sortie l’an dernier. En fait, je craignais l’effet montgolfière des plis creux de la jupe. La nouvelle version retravaillée par les créatrices m’a bien plus emballée. J’ai longtemps hésité, craignant un effet sac à patate et j’ai fini par craquer. Ce patron est très travaillé et la marque propose deux encolures, coeur ou ronde, deux longueurs de manches, des poches et des pinces dos facultatives. Côte technique, il y a quelques points minutieux : les plis creux, les raccords pinces et plis, la pose de la fermeture éclair invisible, la doublure du buste et la couture des manches.

J’ai choisi un beau crêpe noir de Little fabrics et une fermeture éclair invisible avec de la dentelle de Rascol. Le scotchage a été rapide, surtout que les pièces sont bien identifiées. Ensuite, j’ai découpé ma robe en taille 38 avec manches courtes, l’encolure ronde et des pinces pour le dos. Je trouve l’encolure coeur très jolie mais je voulais vraiment une petite robe basique, une encolure ronde est plus classique. Evidemment, j’ai commencé par ne couper que deux poches.

IMG_9360

Les explications sont très bien faites et tout se déroule assez facilement. Bien sûr, les assemblages nécessitent de la minutie pour bien faire correspondre les pinces du buste et les plis creux de la jupe devant. Après avoir bâti mes pièces et obtenu un résultat nickel, j’ai réalisé que j’avais assemblé la doublure buste à la jupe (grrr). Deuxième écueil, la couture de la fermeture éclair invisible, je n’arrivais pas à la coudre correctement. Après avoir décousu trois fois, j’ai regardé le tutoriel d’Elsa, la créatrice des patrons Urban Fairy et j’ai réalisé que je cousais ladite fermeture à l’envers. Et oui, la dentelle décorant la fermeture m’a perturbée! J’ai pris mon temps pour coudre la fermeture et que la couture soit bien symétrique des deux côtés et ça a été assez rapide finalement!

IMG_9366

J’ai tranquillement continué le montage sans grosse difficulté, si ce n’est que j’ai beaucoup bâti et notamment la couture de la doublure du buste. Ce crêpe est très agréable à coudre mais comporte un peu d’élasthanne et peut donc se déformer sous la couture. Du coup, j’ai allègrement usé de la centrale vapeur pour bien positionner la doublure. Cette doublure offre une très jolie finition mais elle rajoute de la matière et de la difficulté notamment pour une parfaite symétrie en haut du dos de la robe. Sur une prochaine version, si le tissu n’est pas transparent, je réfléchirais à finir l’encolure par un biais. Dernière étape, la couture des manches, elle se fait sans difficulté, l’embu se résorbe très simplement sans manquer de confort pour autant. D’ailleurs, à l’essayage sans manche, Clarisse m’a aussi beaucoup plu. Si j’ai le temps, je ferai une version été sans manche, dans un chambray ou un plumetis… Mais si j’avais autant de temps que d’idées…

Je ne suis pas peu fière de mes raccords buste et jupe :

Robe Clarisse

Robe Clarisse

Robe Clarisse

Robe Clarisse

Sur la photo, on a l’impression que les deux côtés dos ne sont pas équivalents, mais c’est un petit problème de repassage. J’ai soigneusement mesuré en cousant la doublure pour être certaine de la symétrie parfaite de mes deux milieux dos :

Robe Clarisse

Robe Clarisse

Bilan de la cousette : j’adore cette robe! Je trouve la coupe particulièrement flatteuse et élégante. Cette robe est exactement le modèle de basique que je cherchais, facile à décliner et à assortir. Je pense cependant la rallonger de 5 cm pour une version qui soit plus boulot compatible car là, interdit de me baisser! Il faudra aussi que je tente l’encolure coeur sur une prochaine version. Si je dois chipoter, j’enlèverai un centimètre à l’encolure, elle est un poil grande, mais là, je chipote vraiment. Et puis, le crêpe Little fabrics est de très belle qualité, souple, doux à porter, facile à coudre. Bref, je suis conquise par ma Clarisse, mon indispensable petite robe noire.

Robe Clarisse

Arsène

Le tee-shirt Arsène est sorti l’an dernier, un patron gratuit offert par la marque c’est Machine. A l’époque, un joli concours avait été organisé sur Instagram mais je n’avais trouvé ni le temps ni la motivation pour y participer… J’ai cependant téléchargé ce patron. Et oui, un patron de tee-shirt en jersey et gratuit, je ne passe pas à côté.

Il y a peu, j’ai eu besoin de douceur pour une journée difficile. Coudre un tee-shirt doudou pour l’affronter m’a paru être une bonne solution. J’ai donc attaqué Arsène. J’ai suivi les conseils sur Instagram et décalqué une taille en dessous du tableau de mensuration pour limiter l’effet loose. J’ai découpé mon projet dans un jersey anthracite tout doux de Mamzelle Fourmi (promis, je n’ai aucune action chez elle). Ayant envie de réveiller un peu ce gris, j’ai décidé de coudre des surpiqûres contrastées.

FullSizeRender (1)

Le montage est très simple et rapide et l’originalité du modèle réside dans ses découpes sur le côté. L’ourlet est cousu avant d’assembler le devant et le dos. Ensuite, comme d’habitude, la difficulté est dans l’assemblage de la bande d’encolure en jersey. Je progresse sur la technique même si ce n’est pas encore parfait… je suis franchement plus à l’aise avec les encolure rabattues.

teesh Arsène

teesh Arsène

teesh Arsène

teesh Arsène

Ce tee-shirt a été cousu en une petite soirée avec ces surpiqûres qui me plaisent beaucoup. Arsène est très agréable à porter mais un peu court à mon goût. A refaire, je le rallongerai de 5 à 8 cm mais c’est un bon basique qui sera porté! La coupe est seyante et le côté loose est top pour les week-ends avec mes lutins :-)