Double dose de cannelle

Le gilet cannelle, c’est LE gilet basique à avoir dans sa garde robe. J’ai cousu ma première version il y a deux ans, en sachant très bien qu’il y en aurait d’autres. Sauf que un projet en entraîne un autre et j’avais un peu oublié ce patron. Pour mémoire, c’est un patron de Christelle Beneytout.

Avec l’été et les vacances, j’avais envie d’un gilet facile à enfiler et à porter, s’accordant avec ma garde robe. Le gilet cannelle s’est imposé et j’ai puisé dans mon stock un jersey milano blanc acheté aux coupons de Saint-Pierre. Tout doux, il a une très belle tenue et se coud très facilement.

Cette fois-ci, j’ai lu attentivement les instructions. La première fois, je n’avais pas bien saisi comme fermer le col. Après avoir connecté tous mes neurones ensemble, j’ai compris la méthode (j’avoue, ce n’est franchement pas sorcier). En une soirée, j’avais cousu mon gilet. Les finitions à l’aiguille double permettent un rendu très net et un petit coup de ciseau cranteur permet de rendre l’intérieur parfaitement net.

D’ailleurs, les photos ont été prises en vacances (pas de piscine dans ma maison, snif)

gilet cannelle

En total look home made 😉

gilet cannelle

gilet cannelle

gilet cannelle

Comme il me restait un peu de temps avant le départ (quoi? il faut préparer les bagages), j’ai cousu dans la foulée une autre version dans un molleton rose poudré chiné lurex acheté sur un coup de tête chez Mamzelle Fourmi. En deux petites heures, il était fini et prêt à m’accompagner pour mes vacances.

gilet cannelle

gilet cannelle

Et vous remarquerez en guest star, ma broche maison en tissage brickstitch selon un modèle de perles and co, en mode qui s’y frotte s’y pique 😉

gilet cannelle

Rien à dire sur ce patron, j’ai coupé un 38 pour mon 38 habituel. Il est effectivement ajusté aux bras mais ça ne me dérange pas, sachant que je ne les porte pas avec un pull dessous. Pari tenu pour mes deux nouveaux cannelles, je les ai souvent portés. Ils sont parfaits pour les soirées d’été un peu fraîches. Cette double dose de cannelle me ravit et je sais qu’il y aura encore des doses de cannelles dans le futur 😉

Le pantalon d’intérieur de mon amoureux

Mon amoureux ne m’a quasiment pas demandé de coudre pour lui, sauf des pantalons de pyjama, les siens ayant rendu l’âme. J’ai acheté pour lui le livre de couture pour homme « Casual Wear » de Christelle Beneytout. Il a choisi des coloris de jersey chez Rijs Textiles, du bleu marine très foncé et du gris anthracite.

J’ai cousu le premier pantalon en octobre et je ne l’ai jamais blogué car il a rapidement déchiré des coutures et leur réparation n’est pas très jolie. Il avait lui-même décalqué le patron et il y avait eu des petits couacs (un petit mélange entre le pantalon et le caleçon et des marges de coutures à 1,5 cm). Cette fois ci, j’ai retaillé le patron en enlevant toutes les marges de couture, j’avais réduit l’ampleur de la première version de 3 cm et en enlevant la partie correspondant au caleçon. Tout de suite, cela lui allait mieux et c’était beaucoup plus simple à monter.

Pantalon Casual Wear

J’ai monté tout l’intérieur à la surjeteuse, c’est magique de voir un intérieur si net! J’ai bien galéré à insérer l’élastique dans la coulisse comme d’habitude. Il m’a fallu une bonne heure pour y parvenir et je l’ai cousu une première fois vrillé évidemment! A part cette erreur, cela a été comme sur des roulettes, ourlets à doubles rentrés pour les jambes.

Pantalon Casual Wear

En une petite journée, le pantalon a été fini et j’ai pu l’offrir à son propriétaire qui était ravi d’en avoir enfin un deuxième !

Cannelle dans les nuages

C’est simple, Cannelle m’a fait envie dès que j’ai vu ce patron. J’adore les gilets et l’idée de pouvoir m’en coudre plein dans des coloris et des matières différentes me séduisait. Et comme j’ai pris des cours avec Christelle Beneytout, sa créatrice, je pensais le coudre avec elle. Sauf qu’Annabelle nous a pris bien plus longtemps que ce qu’on pensait et que j’ai déménagé bien loin dans l’été… Alors à mon dernier cours, j’ai acheté le patron.

Cannelle dans les nuages

Et Camillette Création a sorti sa nouvelle collection et le coup de coeur pour son nuage d’enfer a été immédiat. Je l’ai tout de suite imaginé en Cannelle. Un cannelle tout doux, tout moelleux avec des petits nuages, c’était une évidence. Alors j’ai lavé mon coupon, décalqué le patron, épinglé les pièces sur le tissu et là, ça a été le drame! Les nuages du col n’auraient pas été dans le bon sens en respectant les indications de coupe. Je n’y avais pas du tout pensé. Je me suis consolée en me disant que je l’avais vu avant de couper (c’est déjà un net progrès).

Seulement, Cannelle dans les nuages, je n’avais pas envie d’abandonner (non je ne suis pas têtue)! Et j’ai trouvé la solution : couper le col dans du matelassé noir uni. Cette solution me permettait de garder mon idée de départ et ce col uni m’a bien plu. Cela casse un peu le motif du corps du gilet. Faible que je suis, j’ai commandé du matelassé noir France Duval Stalla. Je sais ça n’était pas franchement urgent vu l’ampleur de mon stock (du massacre selon mon amoureux), seulement ses matelassés sont souvent en rupture de stock et je n’avais pas envie d’attendre l’hiver prochain pour mon cannelle, une véritable obsession cette histoire!

Cannelle dans les nuages de dos

Je me suis lancée dès que j’ai reçu le coupon de matelassé noir. J’avais d’autres projets plus urgents pour être honnête mais j’étais en panne de papier à patron, Cannelle était déjà décalquée. J’ai coupé en 38 ce qui me correspond bien. Aucune difficulté particulière pendant la couture du gilet jusqu’au col. Comme d’habitude avec le jersey, j’ai surfilé au fur et à mesure à l’intérieur après l’assemblage des pièces pour éviter que ça s’abîme. Le matelassé nécessite ce surfilage pour être bien propre à l’intérieur. Fidèle à moi-même, j’ai cousu le col dans le mauvais sens (bon, j’ai des excuses hein, je cumule angine et infection à l’oeil). Je deviens une spécialiste pour découdre le point overlock. J’ai choisi la version col double (col B) avec les ourlets de la version A, je n’avais pas envie de roulotté et Léna avait fait ce compromis qui m’avait bien plu.

Cannelle du village dans les nuages

J’ai rallongé les manches de 3 cm supplémentaire et fait un ourlet avec double rentré que je trouve plus net. Comme je n’ai toujours pas d’aiguilles doubles jersey, j’ai fait les finitions avec deux piqûres parallèles au point droit :

Cannelle dans les nuages le poignet

Une fois monté le col dans le bon sens, j’ai bordé toute la couture de l’encolure avec du biais banane étoiles argentées de chez France Duval Stalla. J’adore ce type de finition, mon amoureux n’est pas emballé ce choix mais moi j’adore. Un jour, je réfléchirai à mon addiction aux biais soyeux type Liberty ou France Duval Stalla, c’est tellement plus agréable que les biais tous textiles ou coton très rigides qu’on trouve partout.

Cannelle dans les nuages la couture de l'encolure bordée de biais banane France Duval Stalla

Sitôt finie, sitôt enfilée et je l’adore. La coupe est parfaite, Cannelle est hyper agréable à porter. J’ai hésité à ajouter des poches mais avec le motif, je trouvais ça trop chargé. Je les rajouterai sûrement si je couds une version unie. Et le tissu Camillette création est top, hyper agréable à coudre et à porter, un vrai doudou, souple, chaud, je suis conquise! C’est simple quand j’enfile mon cannelle, je pense au village dans les nuages!

Cannelle dans les nuages

Cannelle dans les nuages

J’ai cousu pour mon amoureux!

Après plusieurs mois de couture, je me suis enfin lancée dans une cousette pour mon cher et tendre. Il patientait sans râler mais bon, le message était clair, il m’avait offert Casual Wear, le livre de couture pour homme de Christelle Beneytout.

Pour tout dire, j’avais très peur de l’encolure en jersey. C’est ma bête noire. Sur le plantain, le patron gratuit de Deer and Doe, j’y avais passé une semaine entière, bon c’était ma première cousette de vêtement, en jersey en plus et après un mois et demi de couture. Depuis, j’avais récidivé mais c’était toujours raté et je m’en sortais à chaque fois par une pirouette comme pour ma robe Jasmin. Je me suis donc armée de courage et j’ai tenté à nouveau de dépasser mon Everest, comptant sur la clarté des explications de Christelle.

T-S Franck

Et bien, ça valait le coup! Pour la première fois, j’ai une encolure bien nette, bien propre, qui ne baille pas. Et là, franchement, ça fait une jolie finition. Pour le reste rien de particulier, le montage est très bien expliqué et ce tee-shirt a été cousu en un petit après-midi, coupe du tissu compris.

T-S Franck encolure devant

T-S Franck, encolure derrière

Bon, clairement, ce tee-shirt ne brille pas par son originalité. J’avais annoncé que c’était une version crash test, j’ai donc utilisé un grand coupon de jersey blanc des coupons de Saint Pierre. J’ai aussi osé l’ourlet à l’aiguille double mais je n’adore pas. Le problème vient sûrement du fait que ma seule aiguille double n’est pas spéciale jersey, toutes celles que j’ai acheté ne correspondent pas à ma machine et cassent au premier point… Au final, je pense qu’une double piqûre avec une aiguille jersey aurait été plus propre.

T-S Franck derrière

J’ai soumis ma cousette au verdict de son propriétaire qui l’a trouvé très à son goût. La prochaine fois, je coudrai sûrement une taille de moins, mon amoureux était entre deux tailles et j’ai choisi la plus grande (plus facile de rétrécir que d’agrandir). D’ailleurs, j’ai repris un cm de chaque côté après essayeage. Je vais pouvoir rentabiliser ce patron, j’ai déjà une commande dans d’autres coloris. Encore une fois, merci Christelle !