Je couds ma garde-robe capsule 2017

J’ai immédiatement été séduite par le projet de garde robe capsule lancé par Clothilde du blog Clo piano sur Instagram. Le principe est simple, sélectionner 12 patrons pour 12 pièces différentes pour se coudre une garde robe sur mesure. Il s’agit donc de bien sélectionner ses patrons, les matières et de réfléchir aux différentes associations patrons, tissus et pièces entre elles évidemment. L’idée est que quand on coud, on coud beaucoup et souvent trop. Cela fait maintenant deux ans que je couds et s’il y a eu des réussites, il y a eu des flops ou des projets jamais portés (peu adaptés à ma morphologie, choix du tissu inadéquat pour la saison etc). Ce projet tombait pile dans ma réflexion sur une couture plus raisonnable et plus raisonnée. Et c’était aussi l’occasion de réaliser des patrons qui dorment gentiment dans mon stock. On les achète sur un coup de coeur et puis un autre projet s’impose et on finit par les oublier…

Haut chaîne et trame : la blouse be pretty, une évidence
C’est typiquement la patron coup de coeur que je n’ai pas pris le temps de réaliser. J’ai envie d’une belle blouse, bien classe que je puisse porter avec un jean ou une jupe. Je pense la coudre dans une merveille de France Duval Stalla (après une toile bien sûr).
2-blouse-be-pretty-atelier-scammit-sergé-France-Duval-Stalla-600x400

Manteau : le manteau Nelly de Coralie Bijasson créations
J’aime beaucoup la ligne féminine de ce patron que le Père Noël a déposé sous le sapin. J’aurais facilement pu craquer pour le précieux de la jolie girafe mais je pourrai toujours y succomber aussi 😉 J’ai en réserve depuis plus d’un an un très beau coupon de laine et cachemire bleu grisé des coupons de saint pierre et je couperai ma doublure dans un très beau chambray étoilé plein de peps de chez henry et henriette qui attend dans mon stock depuis bientôt deux ans.
patrons-patron-manteau-nelly-girly-mante-4669997-illu-nelly-v-ma-jpg-b778d_big

Haut jersey : Aime comme Moelleux de Aime comme Marie
J’adore ce patron, je l’ai déjà cousu 4 fois et je ne m’en lasse pas, c’est un basique très bien coupé. Cette version sera une version tee-shirt en jersey ajouré France Duval Stalla (qui attend son heure depuis le CSF de 2015) et en liberty mauvay, j’en trépigne déjà d’impatience.
Moelleux-femme-600x600

Chemise : Melilot de Deer and Doe
Je porte très peu de chemises mais j’aime beaucoup son style décontracté et ce sera l’occasion de me lancer un défi, ma première chemise! Pour la matière, je n’ai pas encore choisi.
patron-chemise-melilot

Jupe : Aime comme Mini ou 1001 perles ou Brume
Là, j’avoue que je suis dans l’indécision la plus totale… Cela dépendra sûrement du mois où je coudrais cette pièce et de mon stock.
Aime comme mini :
Mini-600x600
1001 perles :
1001 perles
Brume:
patron-jupe-brume

Short : Chataigne de Deer and Doe
J’ai récemment acheté le patron dans un vide atelier sur instagram. Je pense le réaliser en gabardine ou en sergé, dans un tissu qui ait de la tenue mais cela dépendra aussi de la saison où je le coudrai.
patron-short-chataigne

Robe : Rue de Sévigné de La droguerie
J’ai été littéralement conquise par ce patron et j’adore la première version que j’en ai cousu. Elle se porte aussi bien classe avec des bottes que casual avec un collant opaque et des boots. Et sa coupe correspond parfaitement à ma morphologie. Je vais donc oser couper dans un autre de mes précieux : mon modal Lili d’atelier brunette.
RobeS--vign--1-38

Veste : autre projet indécis, j’arbitrerai entre une nouvelle Aime comme Mina, un gilet Cannelle ou une veste Michelle
J’aime beaucoup ma Mina qui est une des pièces dont je suis les plus fières. Mon gilet cannelle est également très souvent porté et pourrait avoir un petit frère qui se plairait bien dans ma garde robe. Enfin, j’ai le patron de Michelle dans mon stock depuis longtemps mais je reste très indécise, j’ai peur que sa coupe n’aille pas à ma morphologie, j’essaierai une de celles cousues par ma copine Léna pour avoir une idée 😉
Aime comme Mina
Mina-600x600
Gilet cannelle de Christelle Beneytout :
visuel-_cannelle-300x300
Veste Michelle de République du chiffon
veste-michelle

Pantalon : Port trousers de Pauline Alice
J’ai tout de suite flashé sur ce patron de pantalon et ce sera l’un de mes défis (à coudre donc quand j’aurai du temps libre à revendre). Je n’ai pas de pantalon gris clair dans ma garde robe et ce sera l’occasion.
technicaldrawingport

Combinaison : Aime comme mine de rien
Sans la garde robe capsule, je n’aurai jamais osé me coudre une combinaison. Je me lance donc dans ce patron, en espérant que cela me conviendra et que cette combinaison sera portée. Ce sera sûrement une version printanière ou été (je ne peux pas la porter au travail) alors peut-être rose pâle ou vert pâle… à voir.
Mine-de-rien-600x600

Lingerie : ultimate pyjama sew over it

C’est exactement la forme que j’aime et je me prépare psychologiquement pour la séance de découpage et scotchage du PDF (grrr). Ce sera sûrement une version bien chaude en flanelle de coton, un pantalon doudou.
Ultimate-Pyjamas-New

Maillot de bain : ce sera un ensemble de lingerie Nora petit patron
Au prix des jolis tissus de maillot de bain et vu mon aisance limitée en maillot de bain ce sera un ensemble de lingerie à la place, vraisemblablement non photographié sur la bestiole. Je verrai si ce modèle qui me convient parfaitement à priori peut se transformer en maillot de bain avec le tissu adéquat.
Je n’ai pas réussi à copier l’image, il faudra donc aller voir sur le site 😉

Voici donc la liste à la Prévert des 12 pièces de ma garde robe capsule 2017. Evidemment, certaines vont changer, sûrement pour mieux s’harmoniser entre elles. J’ai alterné les pièces techniques (blouse be pretty, manteau, combinaison, chemise, pantalon) avec des pièces plus faciles ou déjà réalisées. Je vais aussi essayer de piocher au maximum dans mon stock de tissu qui grossit à vue d’oeil et fait froncer les sourcils de mon amoureux. Sur les patrons, je n’en ai que trois à acheter : le port trouser, Ultimate Pyjama et ensemble Nora. Le reste est déjà dans mon stock ou emprunté à des copines. J’ai alterné entre des marques que je connais déjà (aime comme marie, deer and doe, christelle beneytout, atelier scammit) et d’autres encore non réalisées (Pauline Alice, Sew over it, petit patron).

Bon, je vous laisse, je vais aller finir mon premier projet :-)

Promenade en rue de Sévigné

Rue de Sévigné, c’est un très joli modèle de robe fluide de La Droguerie. Cela fait maintenant deux ans que je me suis lancée dans l’aventure de la couture et je n’avais, jusqu’à hier, jamais cousu de modèle de La Droguerie. Et oui, pour moi, La Droguerie, c’était l’antre des tricoteuses, ma mère a des doigts de fée et j’y suis souvent allée enfant.

Justement, pour mon anniversaire, ma mère m’a emmenée à la droguerie, choisir deux patrons et tout le matos pour les réaliser. Evidemment, je n’ai pas pu m’empêcher de craquer sur ce patron de robe (c’est pas comme si mon armoire était remplie de robes hein). Le côté loose et décontracté de ce modèle avec les petits revers de manche ainsi que la possibilité de la porter ceinturée ou non m’a tout de suite tapé dans l’oeil. J’avais initialement choisi du coton mais la vendeuse m’a conseillé de rester sur de la viscose pour garder ce côté loose et que ma robe ait un joli tombé. J’ai finalement craqué pour le tissu dans lequel le patron d’expo était réalisé, une merveilleuse viscose bleu marine à feuillage brun, réveillée par des petits points bleus ciels.

viscose la droguerie

Je n’ai pas attaqué tout de suite la réalisation, ayant d’autres en cours mais j’ai voulu coudre cette robe avant d’attaquer les cadeaux de Noël maison (maintenant je ne peux plus reculer). J’ai décalqué la robe en 38, pour ma taille habituelle. Le patron est marges de couture incluses ce qui est assez pratique. Je n’ai pas voulu tenter les coutures anglaises pour une première réalisation mais je ne suis pas sûre que ce soit très compatible avec les découpes du devant pour garder ce joli tombé fluide. Je n’ai pas suivi le plan de coupe du patron qui propose une coupe tissu à plat pour deux raisons. D’abord ma table n’est pas assez grande pour qu’un coupon de 2 m sur 145 de laize tienne à plat. Le tissu aurait pendouillé par endroit et c’est le meilleur moyen de ne pas avoir une coupe droite. En plus, les pièces étant décalquées en demi-pièces, il aurait fallu épingler chaque pièce en dessinant son empreinte puis la repositionner en miroir pour découper l’autre moitié. Bref, cela aurait été très compliqué pour un résultat risqué. J’ai préféré plier en portefeuille mon coupon pour découper les pièces au pli, sauf pour les manches qui se découpent à plat en miroir. J’ai empesé ma viscose avec du fabulon en spray, elle a moins bougé et m’a permis une coupe plus rapide et plus nette.

Après la découpe, j’ai cousu immédiatement les pinces du dos et attaqué la soirée surfilage… J’ai eu beau suivre à la lettre les conseils de Marie-Emilienne dans son cours d’Artesane sur la surjeteuse pour équilibrer mon surjet, il n’est pas au top. Il faut dire que les aiguilles fines que j’ai achetées pour la surjeteuse semblent avoir un défaut et sortent de leur logement. J’ai donc du remettre celle pour le molleton, un peu fatiguée et épaisse pour ce tissu fin. Bon, mon surjet fait le job, mais ce n’est pas du travail nickel.

J’ai été désarçonnée par le livret de montage de la droguerie. Les explications sont très succinctes et je ne le recommande pas aux débutantes. La robe est d’un niveau 3/4 mais j’ai surtout été gênée par les schémas. J’ai l’habitude des notices de montage qui montrent comment disposer les pièces avant couture (Aime comme Marie, Christelle coud) et là, c’est l’inverse. Surtout que toutes les étapes ne font pas l’objet d’un schéma. J’ai principalement été gênée pour la couture des côtés du devant, et d’un coup, j’ai compris qu’il fallait inverser la logique. En cherchant à reconstruire le devant une fois monté, j’ai compris comment faire et ça a été tout seul.

Cette viscose est très agréable à porter car très fluide. Du coup, elle a tendance à glisser et à ne vouloir en faire qu’à sa tête sous le pied de biche. Heureusement que Germaine a le système double entraînement car sinon, cela aurait été l’enfer et j’aurais dû tout bâtir.

Cette robe se porte aussi bien ceinturée :
Robe rue de sévigné

Que non :
Robe rue de Sévigné

Robe rue de Sévigné

L’ourlet a été un peu compliqué et il n’est pas parfait. J’ai découpé à nouveau proprement le bas de la robe pour garder la forme initiale et fait un double ourlet de deux fois deux cm, un tout petit peu plus court que celui de la notice. J’ai passé une soirée entière à marquer mon ourlet à la craie, le plier, repasser pour finalement le piquer.

Robe Rue de Sévigné

Le petit revers des manches :

Robe Rue de Sévigné

Un petit tour au lave-linge, un séchage sur cintre et ma robe était prête à porter le lendemain matin. Je suis ravie de ce modèle qui est un bonheur à porter et se marie très bien avec ma garde robe actuelle. Je peux maintenant crâner dans ma robe Rue de Sévigné :-)