Une tenue pour une mini

Vous l’avez compris, je suis souvent en retard pour les cadeaux maison. Ceci étant, c’est en général car je prends le temps de réfléchir longuement à mes choix et que je suis encore plus soigneuse (et forcément plus longue) dans leur réalisation.

La famille s’est agrandie au mois de mai avec l’arrivée de ma nièce, pas un petit modèle hein, 4 kilos à la première pesée ! J’ai attendu un peu car je n’offre que très rarement des toutes petites tailles, on s’en sert tellement peu. J’avais proposé de coudre une turbulette d’été, c’est tellement difficile à trouver, mais les parents préféraient une fringue, soit.

Pour les petits, je préfère de loin le jersey. C’est confortable à porter et il y a plus d’aisance que dans un chaîne et trame. J’ai choisi des modèles pas trop compliqués dans les Ottobre. Leurs modèles sont souvent très sympas et bien coupés, seul hic, ils ne sont pas accompagnés de schémas, seulement d’explications et pas toujours très claires pour moi. J’ai donc sélectionné ceux dont les explications étaient à ma portée. La jeune fille mettant déjà du 6 mois, j’ai joué la carte de la sécurité en découpant du 12 mois.

Pour la robe, j’ai choisi le modèle classic stripes. J’adore les emmanchures américaines pour les bébés et cela permet de faire de jolis contrastes. J’aimais bien les poches qui apportent un peu d’originalité à cette robe toute simple. J’ai puisé dans mon stock, j’essaie de m’y astreindre ces derniers temps. J’ai donc choisi du jersey rose pâle france duval stalla, les chutes de mon Matérial girl (un coupon bien rentabilisé puisque j’ai aussi taillé dedans la ceinture d’une jupe qui tourne et un sarrouel de bébé) et du jersey bleu pétrole acheté chez mamzelle fourmi. La maman souhaite des habits qui font fille et le papa n’aime pas le rose ou le violet. j’ai donc essayé de combiner les deux préférences, tout en ayant un joli contraste.

ottobredesign classicstripes

Pour l’encolure, j’ai eu la peau de deux aiguilles doubles, un enfer, j’en suis venue à bout mais j’ai passé une soirée entière dessus ! Les poches demandent aussi un peu de minutie surtout que le jersey bleu pétrole utilisé a tendance à roulotter, j’ai donc du m’armer d’épingles pour bien positionner les marges de couture et coudre proprement les poches. J’ai ajouté des petites coutures en biais sur les ouvertures des poches aux deux coins pour plus de solidité.

ottobredesign classicstripes

La couture des fronces au framilon n’a pas été trop difficile, j’ai cependant du m’y reprendre à deux fois pour trouver le bon étirement permettant des fronces régulières.

ottobredesign classicstripes

Les manches et les coutures des côtés sont réalisées à la surjeteuse pour plus de solidité, c’est que ça bouge à cet âge là! Petite différence avec les explications Ottobre, j’ai cousu les bracelets de manche une fois la robe montée. Même si ce n’est pas facile sur des petites pièces, cela évite un raccord supplémentaire au moment de la couture des manches. J’ai cousu ces bracelets de manche comme une emmanchure au bord côte selon la méthode de Coudre le stretch, et mise à part une erreur de réglage qui a été fatale pour mon aiguille double (la troisième sur ce projet), ça s’est passé comme sur des roulettes. L’ourlet du bas de la robe est réalisé à l’aiguille double à 1,5 cm du bord pour un ourlet plus résistant selon les conseils de Christelle Beneytout.

ottobredesign classicstripes

J’ai ensuite cousu un legging dans le jersey bleu pétrole, le même que celui des poches. Ce tissu est tout doux, avec ce qu’il faut d’élasthanne pour être confortable, encore une merveille dénichée chez mamzelle fourmi. J’ai choisi le modèle caterpillar legging dans un numéro d’Ottobre. La vraie difficulté a été ma surjeteuse, j’ai passé une heure entière à l’enfiler, voir les fils craquer et recommencer, bref, un enfer. Au moment où j’allais abandonner pour utiliser le point overlock de Germaine, la situation s’est débloquée, ouf!

ottobredesign caterpillar

Le montage est très rapide. j’ai juste fait à ma sauce pour la coulisse de la taille, la même méthode que celle du pantalon d’intérieur de Christelle Beneytout. J’ai cousu à chaque fois au point d’ourlet pour tissu élastique de Germaine ainsi qu’une couture verticale au niveau de la couture d’assemblage pour éviter que l’élastique ne vrille (ça m’exaspère quand l’élastique vrille à l’intérieur). Pour rappeler la couleur rose de la robe, l’ourlet des jambes est fait à l’aiguille double et au fil rose. Là aussi, j’ai fait à ma sauce, je préfère faire l’ourlet à la fin du montage, je suis plus à l’aise ainsi.

ottobredesign caterpillar

Maintenant, ce petit ensemble est parti rejoindre sa propriétaire, j’espère qu’il lui ira bien et plaira aux parents :-)

Ottobredesign

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *